En effet, notre Vladimir qui, il sera le premier à l'admettre, n’avait guère impressionné lors du Montcalm 1, nous montre depuis quelques semaines qu’il est pleinement redevenu lui-même, avec pour résultat qu’il détient pour l’instant seul la tête de la section A du Montcalm 2.

Vladimir a eu l’humilité de s’installer au deuxième échiquier pour la quatrième ronde, tandis que Bertrand et Michel, qui partageaient à ce moment la première place avec lui, ont aussi fui le premier échiquier, s’installant au troisième !

Ce n’est donc pas par forfanterie que François et Claude, derniers arrivés, se sont saisis du premier échiquier : C’est parce que c’était le seul qui soit encore disponible !

Toujours agressif, Claude a lancé une marée de pions vers le roque de son adversaire. Il a sacrifié un pion, puis a dû en concéder un second, tandis que les dames disparaissaient de l’échiquier. François a quelque peu hésité quant est venu le temps de concrétiser, peut-être parce que la tour et le cavalier de Claude, qui tournoyaient autour de son roi, lui rappelaient de mauvais souvenirs (la nulle contre Bertrand en première ronde), mais cette fois-ci, la disposition des pièces ne permettaient pas aux Blancs un échec perpétuel :

Claude Lessard (2036) – François Caire (2248)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Dc2 0-0 5.a3 Fxc3+ 6.Dxc3 De8 (une variante rare dont François se sert de temps à autre) 7.f3 d6 8.e4 e5 9.d5 Cfd7 10.g4 a5 11.Fe3 a4 12.Ce2 Ca6 13.Cg3 Cdc5 14.h4 Fd7 15.h5 b5 16.g5 Tb8 17.Fe2 bxc4 18.Fxc4 Fb5 19.Th2 f6 20.g6 hxg6 21.hxg6 Fxc4 22.Dxc4 Dxg6 23.Cf5 De8 24.0-0-0 Db5 25.Dxb5 Txb5 26.Tg1 g5 27.Ce7+ Rf7 28.Th7+ Re8 29.Cc6 Tf7 30.Th8+ Tf8 31.Th7 Tf7 32.Th6 Cb3+ 33.Rb1 Ca5 34.Th8+ Tf8 35.Txf8+ Rxf8 36.Cd8 Cc4 37.Ce6+ Rg8 38.Fc1 Cxa3+ 39.Ra2 Cc4 40.Th1 Tb3 41.f4 Cb4+ 42.Ra1 Cc2+ 43.Ra2 Cb4+ 44.Ra1 Cc2+ 45.Ra2 exf4 46.Th6 Cb4+ 47.Ra1 Cc2+ 48.Ra2 Cb4+ 49.Ra1 Ce3 50.Tg6+ Rh7 51.Cf8+ Rh8



et les Blancs abandonnèrent à cause de la menace…a3. 0-1.

Au deuxième échiquier, Vladimir a joué une finale remarquable, compte tenu surtout du peu de temps qui lui restait au cadran après le 55è coup (trois ou quatre minutes). Antoine a résisté de son mieux, mais dans la position finale, il devait encore céder du matériel pour éviter le mat :

Antoine Bérubé (2107) – Vladimir Gaspariants (2254)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 d6 8.c3 0-0 9.h3 Ca5 10.Fc2 c5 11.d4 Dc7 12.Cbd2 Cc6 13.d5 Cd8 14.Cf1 Ce8 15.a4 Tb8 16.axb5 axb5 17.b4 c4 18.Fe3 g6 19.C3h2 f5 20.exf5 gxf5 21.f4 e4 22.Fd4 Ff6 23.Ce3 Dg7 24.Ta7 Tf7 25.Txf7 Cxf7 26.Chf1 Fxd4 27.Dxd4 Dxd4 28.cxd4 Ta8 29.g4 Cf6 30.Cg3 fxg4 31.hxg4 Cxg4 32.Cxe4 Cxe3 33.Txe3 Ta1+ 34.Rg2 Ta2 35.Te2 Ff5 36.Rf3 Ta3+ 37.Rf2 Rg7 38.Cg5 Cxg5 39.Fxf5 Tf3+ 40.Rg2 Txf4 41.Fd7 Txd4 42.Fxb5 c3 43.Te7+ Rf6 44.Tc7 Txb4 45.Fd3 Tb3 46.Fc2 Ta3 47.Rg3 Re5 48.Rg4 h6 49.Rh5 Rxd5 50.Rxh6 Ce6 51.Tc8 Cc5 52.Fg6 Ta2




53.Ff7+ (Vladimir a-t-il gaffé ?) Rd4 (non ! Les Blancs ne peuvent plus empêcher les Noirs de damer. Chapeau !) 54.Fxa2 c2 55.Ff7 c1=D+ 56.Rh7 Dh1+ 57.Rg7 Dg2+ 58.Rf8 Dg5 59.Ta8 Cd7+ 60.Re8 Ce5 61.Ta4+ Rc5 62.Fa2 Df6 63.Ta5+ Rb6 64.Ta3 Cc6 65.Te3 Rc7 66.Fb3 Df4 67.Te6 Df3 68.Fa2 Ce5 69.Te7+ Rc6 70.Fe6 Df6 71.Rd8 Cg6 72.Fd7+ Rc5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au troisième échiquier, Bertrand a disposé de l’initiative durant toute la partie, et il y avait sans doute moyen pour lui de jouer pour le gain dans la position finale. Manquant de temps au cadran et ne trouvant pas comment prendre la forteresse de Michel, il s’est contenté du demi point :

Bertrand Auger (1960) – Michel Valley (2021)

1.d4 Cf6 2.Cf3 d5 3.g3 e6 4.Fg2 Fd6 5.b3 0-0 6.0-0 Cbd7 7.Fb2 Te8 8.Ce5 c6 9.Cbd2 Dc7 10.Cdf3 Ce4 11.c4 f6 12.Cd3 dxc4 13.bxc4 c5 14.Tc1 cxd4 15.Cxd4 Cec5 16.Cb5 Db8 17.Cxd6 Dxd6 18.Fa3 Dc7 19.Cxc5 Cxc5 20.Dd4 Ca6 21.Tfd1 Da5 22.Fd6 Cb4 23.Dd2 Cc6 24.Tb1 e5 25.Fd5+ Rh8 26.e3 Da6 27.Db2 Cd8 28.c5 Ff5 29.Tbc1 Tc8 30.Tc3 Fd7 31.Ta3 Db5 32.Tb3 Da4 33.Tc1 Dg4 34.Tb4 Df5 35.Db1 Dxb1 36.Tcxb1 Fc6 37.e4 Ce6 38.Fxc6 bxc6 39.Tb7 Ta8 40.Td7 a6 41.h4 h5 42.a4



et la nulle fut conclue. 1/2-1/2. (Peut-être Tbb7 suivi de Ta7 et de Te7 aurait-il gagné le pion a6 ?)

Dans la section B, les deux meneurs s’affrontaient. La variante d’échange de la Ruy Lopez a mené à une partie nulle entre Paul et Clément :

Paul Marquis (1856) – Clément L’Heureux (1873)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fxc6 dxc6 5.0-0 Fg4 6.h3 h5 7.d3 Df6 8.Cbd2 g5 9.Cc4 Fxf3 10.Dxf3 Dxf3 11.gxf3 f6 12.Ce3 Ce7 13.Rh2 0-0-0 14.Rg3 Cg6 15.Cf5 Fd6 16.Fe3 b6 17.Th1 h4+ 18.Rg2 c5 19.Rf1 Ce7 20.Cxe7+ Fxe7 21.Re2 f5 22.a4 a5 23.Thg1 Thg8 24.Tg2 Tdf8 25.Tag1 f4 26.Fd2 Rd7 27.Fc3 Re6 28.b3 Ta8 29.Ta1 Tgb8 30.Tgg1 et on s’entendit pour la nulle. 1/2-1/2.

Au cinquième échiquier, le roque de Gaétan semblait vulnérable à une attaque noire, mais tout a bien tenu et c’est Pierre qui a dû abandonner, à court de temps et ne trouvant pas comment éviter de céder du matériel :

Gaétan Lapierre (1879) – Pierre Lemieux (1899)

1.Cf3 Cf6 2.c4 d6 3.d4 g6 4.g3 Fg7 5.Fg2 0-0 6.0-0 Cc6 7.Cc3 Fg4 8.h3 Fd7 9.e3 e5 10.d5 Ce7 11.c5 h6 12.cxd6 cxd6 13.Cd2 Ch7 14.e4 f5 15.Rh2 f4 16.gxf4 exf4 17.Cf3 g5 18.Db3 Cg6 19.Ce2 g4 20.hxg4 Fxg4 21.Fh3 Fxh3 22.Rxh3 Dd7+ 23.Rg2 Dg4+ 24.Rh1 Dh3+ 25.Ch2 f3 26.Tg1 Dh5 27.Cg3 De5 28.Cxf3 De7 29.Cf5 Txf5 30.exf5 Dh4+ Ch2 et le cadran des Noirs tomba à zéro. 1-0.

Au sixième échiquier, la Benoni des quatre pions m’a porté chance. Je crois que Jean-François aurait dü jouer 20…Rh8, par exemple, pour préparer Cg8 et une bien meilleure résistance. Il a choisi 20…f5 et a dû ensuite sacrifier du matériel, sans obtenir de compensation suffisante :

Richard Sauvé (1875) – Jean-François Dion (1959)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f4 0-0 6.Cf3 c5 7.d5 a6 8.Fd3 Dc7 9.0-0 Cbd7 10.Fd2 Tb8 11.a4 b6 12.De1 e6 13.e5 dxe5 14.fxe5 Cg4 15.d6 Dd8 16.Ff4 Fb7 17.Fe4 Fxe4 18.Dxe4 Dc8 19.h3 Ch6 20.g4 f5 ? 21.exf6 Cxf6 22.De3 Cfxg4 23.hxg4 Cxg4 24.Dd2 e5 25.d7 Db7 26.Fg5 Ff6 27.Fxf6 Cxf6 28.Cxe5 Tbd8 29.Tad1 Db8 30.Dg5 Rg7 31.Cc6 Da8 32.Cxd8 Dxd8 33.De5 Tf7 34.Ce4 Txd7 35.Txd7+ Dxd7 36.Dxf6+ Rh6 37.Df8+ Rh5 38.Cf6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Dans la section C, Paul a préservé sa première place en annulant contre François après une ouverture du centre peu usitée :

Paul Cummins (1787) – François Moisan (1814)

1.e4 e5 2.d4 exd4 3.Fc4 Cf6 4.Cf3 Cc6 5.c3 d5 6.exd5 De7+ 7.Rf1 Ce5 8.Cxe5 Dxe5 9.cxd4 Dd6 10.b3 Cxd5 11.Fa3 Dd8 12.Fb2 Fe7 13.Cd2 0-0 14.Df3 c6 15.Ce4 b5 16.Fe2 f5 17.Cc3 Fe6 18.a4 b4 19.Cxd5 Fxd5 20.Fc4 Rh8 21.Fxd5 cxd5 22.Dd3 Fg5 23.h4 Ff4 24.g3 Fh6 25.f4 Dd6 (offrant la nulle, mais Paul n’était pas prêt) 26.Rg2 g6 27.The1 Tfe8 28.Te2 Txe2 29.Dxe2 Dd7 30.Te1 Tc8 31.Df2 Te8 32.Dd2 Te4 33.Txe4 fxe4 34.De2 Rg8 35.Dd2 et la nulle fut conclue ici. 1/2-1/2.

Le huitième échiquier était vide, Jacquelin Perreault ayant gracieusement accepté de reporter au lundi suivant sa partie contre François Dorion, qui n’était pas disponible assez tôt dans la soirée de jeudi.

Au neuvième échiquier, une bourde affreuse, sûrement due au zeitnot, a coûté la partie à Sébastien contre Alexandre :

Sébastien Caron (1810) – Alexandre Filiatrault (1826)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 e5 5.Cb5 d6 6.C1c3 a6 7.Ca3 b5 8.Cd5 Cge7 9.c3 Cxd5 10.Dxd5 Fb7 11.f3 Fe7 12.Fe3 Dc7 13.Dd2 0-0 14.Fd3 Tad8 15.Df2 Tc8 16.Tc1 Db8 17.0-0 Fd8 18.Cc2 Ce7 19.Rh1 d5 20.Dg3 Cg6 21.exd5 Fxd5 22.Cb4 Fb7 23.Ff5 Tc4 24.b3 Th4 25.Fg5 Th5 26.Dg4 ?? Txg5 27.Dh3 h6 28.g4 Cf4 29.Dg3 Ce2 30.Df2 Cxc1 31.h4 Txf5 32.gxf5 a5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.