C’était le début d’une nouvelle saison au club Montcalm en ce jeudi 8 septembre. Un peu moins d’une quarantaine de joueurs se sont présentés, ce qui ne bat pas les records, mais quelle bonne surprise de retrouver parmi eux le plus fort maître de Québec, Vladimir Gaspariants, qu’on n’avait pas vu à l’œuvre depuis janvier 2004 !

C’est Karl Bender qui s’est chargé du redoutable défi d’affronter Vladimir au premier échiquier. Karl n’a pas joué une très bonne partie, perdant tôt un cavalier pour deux pions, mais il a tout de même fallu attendre le 38è coup pour voir Vladimir concrétiser définitivement son avantage :

Karl Bender (1551) – Vladimir Gaspariants (2307)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.Cc3 d5 4.e3 Fg7 5.Fd3 c5 6.dxc5 Cbd7 7.Ca4 e5 8.Fb5 0-0 9.b4 e4 10.Cd4 Ce5 11.h3 Ch5 12.Fb2 Dg5 13.Ff1 Cc4 14.De2 b5 15.cxb6 axb6 16.Cxb6 Cxb6 17.a3 Cc4 18.c3 Fd7 19.g4 Cf6 20.b5 h5 21.gxh5 Dxh5 22.Dxh5 Cxh5 23.Fxc4 dxc4 24.a4 Ta5 25.Rd2 Tfa8 26.Rc2 Fe5 27.f4 exf3 28.Cxf3 Ff5+ 29.Rd2 Fc7 30.Cd4 Fe4 31.Thc1 Cf6 32.Tf1 Rg7 33.Ta2 Th8 34.Fa3 Txh3 35.Fb4 Th2+ 36.Ce2 Ta8 37.Fc5 Fg2 38.Tf2 Ce4+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au deuxième échiquier, Nicolas Audet-Bouchard, le prochain maître de Québec peut-être, affrontait François Crépault qui s’est très honorablement défendu. François ne s’est avoué vaincu qu’en finale :

Nicolas Audet-Bouchard (2146) – François Crépault (1546)

1.e4 d5 2.exd5 Cf6 3.d4 Fg4 4.Fb5+ Cbd7 5.Fe2 Fxe2 6.Dxe2 Cxd5 7.Cf3 e6 8.0-0 Fe7 9.Te1 c6 10.c4 C5b6 11.Cc3 Cf6 12.Fg5 0-0 13.Tad1 Dc7 14.Ce5 Tad8 15.Df3 Ce8 16.Ff4 Dc8 17.b3 Cf6 18.Fc1 c5 19.d5 exd5 20.cxd5 Fd6 21.Cc4 Cxc4 22.bxc4 Dg4 23.Dxg4 Cxg4 24.f4 Cf6 25.g3 a6 26.a4 Tfe8 27.Fd2 Rf8 28.h3 Txe1+ 29.Txe1 Te8 30.Rf2 Txe1 31.Fxe1 Fc7 32.Re3 Fa5 33.Rd3 Re7 34.g4 Cd7 35.Ff2 Fxc3 36.Rxc3 a5 37.Fh4+ f6 38.Fe1 g6 39.Rd3 b6 40.Re4 h6 41.Fg3 Rf7 42.d6 b5 43.cxb5 Cb6 44.f5 gxf5+ 45.gxf5 Cc4 46.Rd5 Ce3+ 47.Rc6 Cxf5 48.d7 et les Noirs jetèrent l’éponge. 1-0.

Au troisième échiquier, notre nouvel expert venu d’Allemagne, a joué la Caro-Kann et l’a emporté contre Jean-François Leclerc, lui aussi assez tenace. La gaffe du 37è coup a toutefois précipité la fin des Blancs :

Jean-François Leclerc (1536) – Christian Marquardt (2075)

1.e4 c6 2.d4 d5 3.Cc3 dxe4 4.Cxe4 Cf6 5.Cxf6+ gxf6 6.c4 Ff5 7.Ff4 e6 8.a3 Fd6 9.Fxd6 Dxd6 10.Cf3 Fe4 11.Fe2 Tg8 12.Db3 b6 13.De3 Fg6 14.0-0-0 Cd7 15.d5 cxd5 16.Txd5 De7 17.Td2 Tc8 18.Thd1 Tc7 19.Ch4 Ce5 20.Cxg6 Txg6 21.De4 Rf8 22.Rb1 Cc6 23.h4 f5 24.Df4 e5 25.Dxf5 Dxh4 26.Td7 Txd7 27.Dxd7 Rg7 28.De8 Te6 29.Dd7 Cd4 30.Fd3 Te7 31.Dd5 Dxf2 32.Th1 h6 33.De4 f5 34.Dh4 Dxh4 35.Txh4 e4 36.Rc1 Rg6 37.Th1 ? exd3 38.Rd2 f4 39.Rxd3 Cc6 40.Tf1 Te3+ 41.Rd2 Rg5 42.g3 Txg3 et les Blancs baissèrent pavillon. 0-1.

Au quatrième échiquier, Michel Valley n’a pas eu froid aux yeux, sacrifiant un cavalier pour obtenir une forte attaque sur le roi de Pierre Beauchemin. Michel a forcé l’abandon au 28è coup, à la veille de détenir une qualité plus un pion, sans perdre l’initiative :

Michel Valley (2002) – Pierre Beauchemin (1529)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.Fe2 Cbd7 6.Fg5 c6 7.Dd2 Db6 8.0-0-0 e5 9.dxe5 dxe5 10.Fe3 Dc7 11.h4 h5 12.f4 Cg4 13.Fxg4 hxg4 14.Cge2 exf4 15.Cxf4 Ce5 16.b3 Fd7 17.Cfd5



…cxd5 18.Cxd5 Dc6 19.Fg5 f6 20.Db4 Rf7 21.De7+ Rg8 22.Fxf6 Th7 23.Dxe5 Te8 24.Dd4 Te6 25.Fxg7 Txg7 26.e5 Fe8 27.Cf6+ Rh8 28.Df4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au cinquième échiquier, le co-champion du Mémorial Robin Girard, Bertrand Auger, a sué sang et eau contre le dangereux Etienne Guay. La finale était probablement gagnante pour Etienne, mais il a finalement laissé le Houdini des échecs à Québec s’en tirer avec une partie nulle :

Etienne Guay (1526) – Bertrand Auger (1996)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Fb4 4.e5 Ce7 5.a3 Fxc3+ 6.bxc3 c5 7.a4 Da5 8.Fb5+ Fd7 9.Fxd7+ Cxd7 10.Fd2 c4 11.Dg4 0-0 12.Ce2 f5 13.exf6 Txf6 14.0-0 Tg6 15.Dh3 Cf8 16.Tfb1 Dc7 17.Ff4 Dd7 18.a5 Te8 19.Ta2 Cc6 20.Fg3 e5 21.Dxd7 Cxd7 22.Txb7 exd4 23.Txd7 Txe2 24.Ta1 d3 25.cxd3 cxd3 26.Rf1 Tge6 27.Txd5 d2 28.f3 Ce7 29.Td8+ Rf7 30.Td1 Cc6 31.Td7+ Rf8 32.a6 T2e3 33.T7xd2 Txc3 34.Fd6+ Rf7 35.Tb2 h5 36.Tb7+ Rg8 37.Fb8 Tc2 38.Te1 Tg6 39.Fg3 Ta2 40.Te8+ Rh7 41.Tb5 Ta1+ 42.Te1 Txe1+ 43.Fxe1 Te6 44.Txh5+ Rg6 45.Td5 Cb8 46.Fg3 Cxa6 47.Td6 ! Rf5 48.Txe6 Rxe6 49.Ff2 Cc7 50.Fxa7 Cd5 51.Fd4 g6 52.Rf2 Ce7 53.g4 Cd5 54.h4 Ce7 55.Rg3 Cd5 56.Fc5 Rf6 57.f4 Cc7 58.Rf3 Ce6 59.Fb4 Cd4+ 60.Re4 Cc6 61.Fc3+ Re6 62.Fe5 Ce7 63.h5 gxh5 64.gxh5 ? (f5+ gagnait probablement, comme Bertrand l’a indiqué après la partie) Cf5 65.Fg7 Cg3+ et la nulle fut immédiatement conclue. 1/2-1/2.

Au sixième échiquier, deux puissants pions centraux ont représenté le facteur décisif dans la jolie combinaison finale de Claude Lessard contre Rémi Marois :

Claude Lessard (1977) – Rémi Marois (1522)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.c4 Fg7 4.Cc3 d5 5.e3 0-0 6.Fe2 dxc4 7.Fxc4 c5 8.0-0 Dc7 9.De2 Fg4 10.d5 Cbd7 11.h3 Fxf3 12.Dxf3 Ce5 13.De2 Cxc4 14.Dxc4 a6 15.a4 Ce8 16.e4 Cd6 17.De2 b5 18.axb5 Fxc3 19.bxc3 axb5 20.Fh6 Tfd8 21.Tfd1 Ta4 22.Txa4 bxa4 23.Ff4 Da5 24.e5 Cb5 25.e6 f6 26.d6



Cxc3 27.De1 Db4 28.dxe7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, au septième échiquier, Jacques Michaud a donné du fil à retordre à Daniel Bonneau, mais il a fini par trébucher comme il arrive souvent au joueur le moins fort :

Jacques Michaud (1467) – Daniel Bonneau (1936)

1.c4 Cf6 2.Cf3 g6 3.b3 Fg7 4.Fb2 0-0 5.g3 d6 6.Fg2 e5 7.d3 Cc6 8.0-0 h6 9.Cbd2 Fe6 10.Dc2 Dd7 11.Tfd1 Ch5 12.d4 exd4 13.Cf1 Ff5 14.Dd2 Tae8 15.Cxd4 Cxd4 16.Fxd4 Fxd4 17.Dxd4 Txe2 18.Ce3 Tfe8 19.Ff3 T2xe3 20.fxe3 Cg7 21.e4 Ce6 22.Dc3 Fh3 23.e5 Cg5 24.exd6 Cxf3+ 25.Dxf3 Fg4 26.Dxb7 Fxd1 27.Txd1 Te2



28.Dd5 ?? (28.Df3 ! et la partie continuait) Dh3 29.Dh1 Df5 ! 30.Tf1 Dc5+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Il n'est pas trop tard pour prendre le train en marche, jeudi prochain le 15. Daniel et André vous accorderont un bye d'un demi point pour la première ronde non jouée.