Quelques joueurs ont sauté la quatrième ronde du Montcalm 1, ce qui a provoqué des changements dans les appariements. Le premier échiquier, lui, n’a pas été affecté, car on y retrouvait les deux seuls joueurs à détenir un score de 3 en 3. Contre la défense est-indienne de Michel, Claude y est allé de l’attaque des quatre pions :

Claude Lessard (1977) – Michel Valley (2002)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f4 c5 6.d5 0-0 7.Cf3 e6 8.Fe2 exd5 9.cxd5 a6 10.a4 Te8 11.Dc2 Cbd7 12.0-0 Db6 13.Cfd2 Dc7 14.Cc4 Tb8 15.Rh1 b5 16.axb5 axb5

A ce moment, une jolie petite combinaison a permis à Claude de gagner un pion :



17.Cxd6 Dxd6 18.e5 Db6 19.exf6 Cxf6 20.Fxb5 Td8 21.Fc4 Ff5 22.Fd3 Fxd3 23.Dxd3 Db7 24.Td1 Cg4 25.Df3 h5 26.h3 Cf6 27.f5 Dd7 28.fxg6 fxg6 29.Ta5 Dc7 30.Ta6 Df7 31.Tc6 Tbc8 32.Txc8 Txc8 33.Ff4 Dd7 34.d6 Rh7 35.Fe5 Tf8 36.De3 Dc6 37.Fxf6 Fxf6 38.Ce4 Fd4 39.Txd4 cxd4 40.Dxd4 Dc1+ 41.Rh2 Df4+ 42.g3 Df1 43.Dd2 Te8

(Quelques spectateurs suggéraient 44.Df2 ici, moi j’aurais tenté 44.De3. Claude a choisi un autre coup :)



44.Dd4 De2+ 45.Cf2 Te3 46.Rg2 Df3+ 47.Rf2 De2+ et la nulle fut imposée par cet échec perpétuel. 1/2-1/2.

Au deuxième échiquier, Dominic a encore impressionné en tenant facilement tête à Christian. En fait, Dominic a rapidement gagné un pion et gardé l’avantage jusqu’à la fin, sans pouvoir concrétiser à cause des fous de couleur différente :

Christian Marquardt (2075) – Dominic Cournoyer (1590)

1.Cc3 Cf6 2.d4 d5 3.Fg5 c6 4.Dd3 Fg4 5.0-0-0 e6 6.f3 Fh5 7.Te1 Fe7 8.Ch3 Fg6 9.e4 h6 10.Fh4 Cbd7 11.Dd1 Cb6 12.Rb1



…Cxe4 13.fxe4 Fxh4 14.g3 Fe7 15.Cf4 Fh7 16.exd5 Cxd5 17.Ccxd5 exd5 18.Fg2 0-0 19.Thf1 Fb4 20.Te2 Dd6 21.Cd3 Fxd3 22.Dxd3 Tfe8 23.c3 Txe2 24.Dxe2 De7 25.Te1 Dxe2 26.Txe2 Fd6 27.Rc2 Rf8 28.Fh3 Te8 29.Rd3 Txe2 30.Rxe2 Re7 31.Re3 b6 32.Fg2 Re6 33.Fh3+ Re7 34.Fg2 Re6 35.Fh3+ Re7 36.Fg2 et ici fut conclue la nulle. 1/2-1/2.

Au troisième échiquier, j’ai écopé de la redoutable tâche d’affronter le joueur de l’heure à Québec. En une semaine, François vient de vaincre coup sur coup Vladimir Gaspariants et Stéphane Beaudoin. Dans notre partie toutefois, François ne s’est pas méfié suffisamment de la vulnérabilité de son fou e5, à qui il coupait toute retraite en jouant 22.Df4 :

François Dorion (1684) – Richard Sauvé (1864)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.exd5 exd5 4.Cf3 Cf6 5.Cc3 Fe7 6.Ff4 c6 7.Fd3 0-0 8.h3 Te8 9.0-0 Cbd7 10.Ce2 Cf8 11.Cg3 Fe6 12.Dd2 Db6 13.a4 Dd8 14.b4 a5 15.b5 Cg6 16.Fe5 Cd7 17.Fxg6 hxg6 18.Tfb1 Cb6 19.Tb3 Cc4 20.Dc1 Fd7 21.bxc6 Fxc6 22.Df4 Dd7 23.Tab1



…f6 24.h4 fxe5 25.dxe5 Tf8 26.Dd4 De6 27.Te1 Tf7 28.Dd3 Taf8 29.h5 gxh5 30.Cd4 Dg4 31.Cxc6 bxc6 32.Tb7 Fc5 33.Txf7 Txf7 34.Ch1 Te7 35.Db3 h4 36.Db8+ Rh7 37.Rf1 Cd2+ 38.Rg1 Cf3+ 39.Rf1 Dc4+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au quatrième échiquier, Alexandre et Nicolas n’ont pas craint de se jeter pieds joints dans les complications avant même d’avoir fini leur développement. Nicolas a finalement profité de la nudité du roi blanc (n’y voyez pas de mal !).

Alexandre Filiatrault (1817) – Nicolas Audet-Bouchard (2146)

1.e4 c5 2.Cc3 e6 3.f4 d5 4.Fb5+ Cc6 5.Fxc6+ bxc6 6.e5 Ce7 7.Cf3 Cf5 8.0-0 c4 9.g4 Fc5+ 10.Rh1 Ce7 11.b3 h5 12.gxh5 Txh5 13.bxc4 Cf5 14.Cg5 Cg3+ 15.Rg2 Txg5 16.fxg5 Cxf1 17.d4 Fb4 18.g6



…fxg6 19.Ca4 Dh4 20.Rxf1 Dxh2 21.c3 Fe7 22.Dg4 Fa6 23.Dxg6+ Rd7 24.Cb2 Tf8+ et les Blancs dépassèrent le temps alloué. Le mat était inévitable de toute façon, après 25.Re1 Fh4+ Rd1 Tf1. 0-1.

Au cinquième échiquier, deux vieilles connaissances ont ajouté un autre duel serré à leur collection de combats. Je croyais que Bertrand disposait encore de chances de gain dans la position finale, mais j'avais tort:

Bertrand Auger (1996) – Jacquelin Perreault (1755)

1.Cf3 Cf6 2.g3 b6 3.Fg2 Fb7 4.0-0 g6 5.c4 c5 6.Cc3 Fg7 7.d4 cxd4 8.Dxd4 h6 9.Dd3 0-0 10.b3 Ca6 11.Fb2 d6 12.Tac1 Cc5 13.Db1 Tc8 14.Tfd1 Dc7 15.Cd5 Cxd5 16.Fxg7 Rxg7 17.cxd5 Dd7 18.Cd4 a5 19.a3 Ca6 20.Db2 Rh7 21.Ce6 fxe6 22.dxe6 Dxe6 23.Fxb7 Txc1 24.Txc1 Cc5 25.Ff3 Dxb3 26.Dxb3 Cxb3 27.Tc7 Cd4 28.Txe7+ Rh8 29.Fd5 Tb8 30.e3 Ce2+ 31.Rf1 Cc3 32.Fe4 Cxe4 33.Txe4 b5 34.Re2 Rg7 35.Rd2 Rf6 36.Rc3 Tc8+ 37.Rb2 Tc5 38.Te8 Tf5 39.f4 Th5 40.h4 Td5 41.g4 Td2+ 42.Rc3 Ta2 43.Rb3 Tg2 44.g5+ hxg5 45.hxg5+ Rf5 46.Tb8 Re4 47.Txb5 Rxe3 48.Txa5



Et la nulle fut acceptée ici. 1/2-1/2.

La partie du sixième échiquier n’était pas terminée quand j’ai quitté. Paul Cummins n’aura pas réussi en fin de compte à faire valoir son pion de plus contre Sébastien Caron dans une finale deux fous contre fou et cavalier.

Enfin, au septième échiquier, Alain-Nicolas a eu le meilleur sur André, lui soufflant une pièce sur une attaque double au 30è coup :

Alain-Nicolas Potvin (1821) – André Bourassa (1628)

1.d4 d5 2.Cf3 e6 3.e3 Cf6 4.Fd3 c5 5.c3 Cc6 6.0-0 Dc7 7.Cbd2 Fd6 8.De2 c4 9.Fc2 0-0 10.e4 dxe4 11.Cxe4 Cxe4 12.Dxe4 f5 13.Dh4 Fe7 14.Dh3 h6 15.Te1 Fd6 16.Fd2 e5 17.dxe5 Cxe5 18.Cxe5 Fxe5 19.Te2 Fd6 20.Tae1 Df7 21.Df3 g5 22.Fa4 Tb8 23.Fe8 Df6 24.Dd5+ Rg7 25.Fb5 a6 26.Fxc4 b5 27.Fb3 Fb7 28.De6 Dxe6 29.Txe6 Tf6 30.Txf6 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.