Excuse échiquéenne de la semaine
Mon adversaire était pat, mais voulant le mater je l’ai laissé jouer un coup illégal, puis finalement c’est lui qui m’a maté par chance.


Pour commencer la chronique, continuons donc à suivre les exploits du candidat expert. Hé oui, Dan a joué jeudi dernier sa quatrième partie de suite dans le tournoi, non il ne les a pas toutes gagnées, celle-là non plus d’ailleurs. Tout s’est écroulé à partir de 11… g5?!, Sébastien aurait très bien pu ne pas sacrifier et profiter de la diagonale e8-h5, mais le sacrifice est tout à fait raisonnable également. Le roi noir n’étant pas vraiment à l’abri, les Blancs gagneront une qualité un peu plus tard, ce qui mènera tout droit à une finale gagnante.

Sébastien Caron (1916) - Dan Bernatchez (1948)
Les Noirs abandonnent 1-0


François semble dorénavant un adepte de 1. f4. Quoiqu’il en soit, après quelques coups, les deux adversaires ont conclu la nulle. Peut-être que François a accepté la proposition de Bertrand à cause de la pression sur f2?

François Caire (2211) - Bertrand Auger (2003)
Nulle ½-½





L’ordinateur est là pour nous signaler les coups gagnants, voyez tout ce que Richard a manqué. 35…Dh4!! est d’une brutalité extrême, obligeant le roi à s’exposer davantage. 41…Dd2! gagne la tour blanche sur échec en plus. 44…Txg3! aurait poussé mortellement le roi blanc sur la première rangée. Bref, Éric s’en est tiré miraculeusement. En effet, comme ce dernier a mentionné à l’analyse 38…Txg2! aussi aurait fait très mal.

Éric Myre (1938) - Richard Sauvé (1961)
Nulle ½-½

Dans la section A, Dan mène ex æquo avec François et Sébastien. Ils ont tous 2,5/4. D’ailleurs Dan affrontera François la semaine prochaine pour tenter d’obtenir le titre d’expert… oui c’est un maître qu’il devra affronter, mais un demi-point avec les Blancs sera suffisant.

Dom est fâché! Il n’a pas digéré ses défaites du début du mois de janvier. Dorénavant il a décidé d’écraser tout sur son passage. Vous devez jouer contre moi prochainement? Abandonnez avant même que la partie commence! Bon ok, j’ai manqué 13. Ce4! et 23. Cb6!!, puis après? Je voulais que la partie dure plus longtemps, c’est tout!

Dominic Cournoyer (1900) – Nicolas Chiffot (1877)
Les Noirs abandonnent 1-0




Il y a eu plusieurs imprécisions dans cette partie tactique où l’avantage s’est promené d’un côté comme de l’autre. Les deux adversaires avaient bien des pièges à surveiller vers la fin alors que leur première rangée respective était très faible. Finalement, Michel a réussi faire disparaître les pions de plus qu’Éric avait, ce qui mène à une finale gagnante avec une qualité de plus.

Éric Gaudreau (1599) - Michel Servant (1686)
Les Blancs abandonnent 0-1



Quant à la partie qui opposait Éric Dumont à Samuel Rondeau, j’ai bien de la misère à la déchiffrer. Ce qui est intéressant d’une copie carbone illisible, c’est que d’une fois à l’autre quand on la lit, on analyse une partie différente. Pour la section B, je mène ex æquo avec Nicolas (3/4). Donc, rien n’est joué dans les deux premières sections, tout peut arriver, il reste une ronde jeudi prochain. Pareillement pour la section C, rien n’est encore joué, Daniel Dubé ne mène que par un demi-point sur ses plus proches rivaux.