Désolé pour le retard de la chronique, mon chien a mangé les copies carbonnes. Alors, contre toute attente, ce n'est pas François Caire en tête après trois rondes dans la section A, mais Dan Bernatchez!

Dan Bernatchez a vaincu Richard après avoir gagné contre Éric la semaine passée. Peut-être aurons-nous un nouvel expert à Québec prochainement? Dan Bernatchez, un nom à retenir! Le nom à retenir a réussi à obtenir un pion de plus en finale. Toutefois, la partie n’était pas encore terminée, il fallait manœuvrer pour faire en sorte que le pion de plus dame, mais bon, finalement il n’a pas vraiment eu besoin de manœuvrer suite à 54…Rxh6??

Dan Bernatchez (1948) - Richard Sauvé (1961)
Les Noirs abandonnent 1-0

Bertrand a invité son adversaire à tout échanger, Sébastien a accepté (pas vraiment d’autres options) pour obtenir une finale plutôt difficile avec un pion e isolé et un roi en très mauvaise posture. L’erreur fatale est venue plus tard lorsque Sébastien ne voulait pas perdre le pion g, il a donc préféré prendre le fou ennemi avec la dame, le problème c’est qu’ensuite… il a perdu celle-ci de force.

Bertrand Auger (2003) - Sébastien Caron (1916)
Les Noirs abandonnent 1-0



François a simplement profité de l’imprécision 16…f6? pour attaquer très férocement sur la colonne g. Comme vous pouvez le constater la batterie dame et deux tours est beaucoup trop puissante pour que les Noirs puissent faire quoique ce soit.

François Caire (2211) - Éric Myre (1938)
Les Noirs abandonnent 1-0




À priori, ça ne paraît pas vraiment, mais la prise du pion d4 fera mal à Éric. Nicolas a eu l’initiative a un tel point qu’il a retardé le roque de l’adversaire, roque qui ne s’est jamais produit d’ailleurs. Ensuite, la paire de fous fera le reste du travail face à une tour dans le coin h8 qui est très éloignée de l’action.

Nicolas Chiffot (1877) - Éric Gaudreau (1599)
Les Noirs abandonnent 1-0




Changement d’ouverture pour cette semaine, d’ailleurs j’ai fort probablement pris une bonne décision puisque j’ai pris l’avantage positionnel assez tôt (notamment grâce à 16…g5?). La tactique fera le reste du travail.

Dominic Cournoyer (1900) - Éric Dumont (1612)
Les Noirs abandonnent 1-0



Finalement, la partie qui opposait Samuel à Michel. Ce dernier a rapidement gagné un pion pour ensuite gagner une pièce et finalement profiter de la faiblesse de la dernière rangée pour forcer le gain de la qualité.

Michel Servant (1686) - Samuel Rondeau (1814)
Les Noirs abandonnent 1-0




Hé oui, l’avantage du trait est important aux échecs. Dans les six parties présentées, c’est 6-0 pour les Blancs.