Bravo à Antoine Bérubé, champion du club Montcalm en 2004-2005 ! François Caire et lui terminent en effet ex-aequo en tête, avec 3 ½ points chacun, mais Antoine l’emporte au départage.

Pour la dernière ronde de la saison, le premier échiquier mettait en scène Bertrand et François, ce dernier occupant la première place avant la joute finale. François semblait bien se diriger vers la victoire et le championnat, mais Bertrand a suffisamment menacé la sécurité du roi ennemi pour obliger les Noirs à accepter l’échec perpétuel :

Bertrand Auger (1988) – François Caire (2182)

1.Cf3 d5 2.g3 Cc6 3.d4 Fg4 4.Fg2 Dd7 5.Ce5 Cxe5 6.dxe5 e6 7.0-0 f6 8.c4 c6 9.cxd5 exd5 10.Dd4 Fe6 11.Cc3 fxe5 12.Dxe5 0-0-0 13.Fg5 Cf6 14.Cb5 Fd6 15.Cxd6+ Dxd6 16.Dd4 b6 17.Ff4 Dd7 18.Tfc1 Rb7 19.a4 c5 20.De5 a5 21.b4 axb4 22.a5 Ta8 23.De3 Thc8 24.axb6 Txa1 25.Txa1 Rxb6 26.Dd3 Db5 27.De3 Te8 28.De5 Dd7 29.Db2 d4 30.Dc2 Db5 31.Fd6 Fc4 32.Df5 b3 33.Fc7+ Rxc7 34.Df4+ Rd7 35.Ta7+ Re6 36.Fh3+ Rd5 37.Fg2+ Re6 38.Fh3+ Rd5 39.Fg2+ Ce4 40.Df5+ Rd6 41.Df4+ Rd5 42.Df5+ Rd6 43.Df4+ Rd5 44.Df5+ et la nulle fut conclue. ½-½.

François Moisan et Antoine Bérubé devaient occuper le deuxième échiquier jeudi soir, mais François a malheureusement déclaré forfait quelques heures avant la partie. Dommage, bien sûr, que le championnat se soit décidé de cette façon, mais Antoine a quand même eu le grand mérite de bien se remettre d’un mauvais départ (1/2 en 2) , défaisant François Caire en troisième ronde dans la partie la plus spectaculaire du tournoi, victoire qui a compté pour beaucoup dans l’avantage d’Antoine au bris d’égalité.

Au troisième échiquier, Jean-François avait une petite surprise pour moi : Pas de « London system » cette fois-ci ! Je croyais bien avoir pris un bon avantage après le 30è coup, mais j’ai sous-estimé le pouvoir paralysant de la tour et du cavalier blancs, sans parler du 48è coup (f4 !) et du mauvais fou de Jean-François, soudain devenu excellent… Dédaignant un échec perpétuel au 54è coup (Cc8+, Cd6+…), Jean-François s’est lancé dans une combinaison perdante, devenue gagnante quand je n’ai pas vu la réfutation 55..Tb7 ! J’ai vraiment eu de la chance de m’en tirer avec un demi point :

Jean-François Dion (1951) – Richard Sauvé (1932)

1.g3 d5 2.Fg2 e6 3.Cf3 Cf6 4.d3 Fe7 5.0-0 0-0 6.c3 c5 7.Cbd2 Cc6 8.a3 Fd7 9.c4 d4 10.b3 e5 11.Fb2 Dc7 12.e3 Fg4 13.Dc2 Tad8 14.Tfe1 Tfe8 15.h3 Fh5 16.e4 Cd7 17.Fc1 Tf8 18.Cf1 Fg6 19.Ch4 Fxh4 20.gxh4 Cf6 21.Fg5 De7 22.Cg3 h6 23.Fxf6 Dxf6 24.h5 Fh7 25.Dd2 Dh4 26.b4 b6 27.Tab1 Tb8 28.Tf1 Ce7 29.Db2 Cc6 30.Rh2 Rh8 31.De2 cxb4 32.axb4 a5 33.bxa5 bxa5 34.Tb5 Txb5 35.cxb5 Cb4 36.Ta1 Dd8 37.Dd1 Db6 38.Da4 Tb8 39.Dxa5 Dxb5 40.Dxb5 Txb5 41.Ta8+ Fg8 42.Cf5 Tb7 43.Ff1 Cc6 44.Rg3 Tb8 45.Ta1 Fh7 46.Cd6 Rg8 47.Tc1 Cd8 48.f4 exf4+ 49.Rxf4 f6 50.h4 Rf8 51.Fh3 Re7 52.Cc8+ Rf8 53.Cd6+ Re7 54.Tc7+ ?? Rxd6 55.Txg7 Ce6+ ?? 56.Fxe6 Rxe6 57.Txh7 Tb3 58.Txh6 Re7 59.Th7+ Re6 60.h6 Txd3 61.Ta7 Tc3 62.h7 Tc8 63.Tg7 Th8 64.h5 Rd6 65.Ta7 Re6 66.h6 Rd6 67.Tb7 Re6 68.Tg7 Rd6 69.Rf5 d3 70.Tg2 Txh7 71.Rg6 Te7 72.h7 Txh7 73.Rxh7 Re5 74.Rg6 Rxe4 75.Rxf6 Re3 76.Tg3+ Re2 77.Re5 d2 78.Tg2+ Re1 et la nulle fut conclue ici. ½-½.

Nicolas Audet-Bouchard a remporté le Montcalm 7, tournoi suisse tenu concurremment au championnat. Au quatrième échiquier, il a pris sa revanche sur le joueur de l’heure à Québec, Sébastien Benoît, qui l’avait défait au tournoi de qualification il y a deux semaines. Cette fois, Sébastien a été trop téméraire, sacrifiant une pièce pour une attaque à l’aile-roi qui ne marchait pas :

Nicolas Audet-Bouchard (2104) – Sébastien Benoît (1742)

1.e4 c5 2.Cf3 e6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 Fb4 6.Fd3 e5 7.Cde2 0-0 8.Fg5 h6 9.Fxf6 Dxf6 10.0-0 Fxc3 11.Cxc3 Cc6 12.Cd5 Dg5 13.c3 d6 14.Db3 Fh3 15.Ce3 Cd4 ? 16.cxd4 exd4 17.f4 Dh5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au cinquième échiquier, Paul a triomphé de Bertrand, en dépit d’une qualité perdue tôt dans la partie. Un peu chanceux cette fois-ci, notre ami Paul, mais il aura tout de même joué d’excellentes parties dans ce tournoi et bien mérité sa deuxième position, derrière Nicolas.

Bertrand Fortier (1650) – Paul Cummins (1693)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.Fc4 Cc6 4.d3 g6 5.c3 Fg7 6.Db3 e6 7.Fg5 Cge7 8.Dc2 0-0 9.Dd2 Te8 10.0-0 a6 11.Fh6 Fh8 12.Cg5 Fg7 13.Df4 Tf8 14.Dh4 Ff6 15.Fxf8 Fxg5 16.Dxg5 Dxf8 17.Cd2 b5 18.Fb3 Fb7 19.f4 Dg7 20.Tf2 h6 21.Dg3 Ca5 22.f5 gxf5 23.Dxd6 Te8 24.Dc7 Cxb3 25.axb3 Fc8 26.Dxc5 e5 27.exf5 Cxf5 28.Ce4 Rh8 29.Cd6 Cxd6 30.Dxd6 f5 31.Te1 Rh7 32.Te3 f4 33.Txf4 ? Te6 ! 34.Tg3 Da7+ 35.Td4 et les Blancs abandonnèrent sans attendre. 0-1.


Au sixième échiquier, un cavalier de plus a amplement suffi à Pierre pour emporter le point aux dépens d'Eric :

Pierre Lemieux (1886) – Eric Dumont (1632)

1.d4 f5 2.Cf3 e6 3.Ff4 Cf6 4.e3 Fe7 5.Fd3 d6 6.Cbd2 0-0 7.h3 Fd7 8.c3 Cc6 9.De2 a6 10.g4 De8 11.gxf5 exf5 12.Tg1 Rh8 13.Df1 b5 14.Dg2 Ch5 15.Fe2 Ff6 16.Fg5 g6 17.Ch4 Cg7 18.Fxf6 Txf6 19.Dg5 De6 20.d5 De7 21.dxc6 Fxc6 22.Dh6 Fe8 23.Cdf3 Ce6 24.Cg5 Cxg5 25.Dxg5 De6 26.Ff3 c6 27.Df4 Ta7 28.Dd4 De7 29.Cg2 c5 30.Dh4 b4 31.Cf4 De5 32.Cd5 Te6 33.Df4 Dxf4 34.Cxf4 Te5 35.c4 a5 36.Td1 Td7 37.Fc6 Td8 38.Fxe8 Texe8 39.Re2 Te4 40.f3 Tee8 41.Td3 Te7 42.Txg6 Txe3+ 43.Txe3 hxg6 44.Cxg6+ Rg7 45.Cf4 Rf7 46.Te6 Td7 47.Th6 Rg7 48.Tg6+ Rh7 49.Tf6 b3 50.a3 a4 51.Txf5 Tg7 52.Rf2 Td7 53.Td5 Tf7 54.Rg3 Tg7+ 55.Rh4 Tg1 56.Th5+ Rg7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, voici la victoire d'André contre le toujours redoutable Jacquelin, dans une partie riche en complications:

André Bourassa (1623) - Jacquelin Perreault (1758)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Fg5 0-0 5.Cf3 d6 6.Dc2 Cbd7 7.e3 b6 8.Fd3 h6 9.h4 Fb7 10.Re2 Fxc3+ 11.bxc3 De7 12.Tag1 e5 13.e4 exd4 14.cxd4 hxg5 15.hxg5 Fxe4 16.Te1 d5 17.gxf6 Cxf6 18.Ce5 c5 19.f3 Fxd3+ 20.Rxd3 cxd4 21.Th8+ Rxh8 22.Cg6+ fxg6 23.Txe7 dxc4+ 24.Dxc4 Tfd8 25.Df7 Tg8 26.Te1 Rh7 27.Th1+ Ch5 28.Txh5+ gxh5 29.Dxh5 mat. 1-0.