Excuse échiquéenne de la semaine
Ah oui? Vraiment? Donc, une tour c’est plus fort qu’un cavalier? Vous auriez dû me le dire avant, par votre faute j’ai perdu!


La région de Québec a, à l’heure actuelle, trois chroniqueurs (incluant MOI) actifs pour s’assurer que les parties jouées dans les tournois soient diffusées publiquement, excellent! D’ailleurs, j’ai déjà affronté les deux autres chroniqueurs dans le tournoi Montcalm 5, j’y reviendrai plus tard.

En attendant, la partie du premier échiquier. Toujours pas question de faire des nulles pour François. Toutefois, il a dû attendre la finale avant que son avantage positionnel soit décisif, le gain du pion b4 était forcé puisque le roi de Bertrand était trop loin de l’action par rapport à son homologue d’en face. Excellente idée de la part de François d’attendre que l’adversaire échange les dames pour rapprocher le roi du centre.

Bertrand Auger (2001) – François Caire (2177)
Les Blancs abandonnent 0-1


Sébastien et Richard ont joué une partie de seulement 23 coups (les 20 autres d’avant étant théoriques), mais avec beaucoup d’actions, surtout pour le roi de Sébastien. En fait, ce dernier a dû redonner sa pièce qui venait de supprimer un dangereux pion central. Ce qui loi donna un déficit d’un pion puisque Richard avait déjà sacrifié une pièce contre deux pions auparavant. Mais hormis le déficit d’un pion, ce qui était plus grave était le manque de protection du roi blanc.

Sébastien Caron (1936) – Richard Sauvé (1986)
Les Blancs abandonnent 0-1


Éric avait une avance de deux pions qu’il n’a pu concrétiser par manque de temps en fin de partie. Tout d’abord, il a accepté le gambit de Paul, pour ensuite gagner un autre pion dans une combine. Quoiqu’il en soit, avec le si peu de temps qu’il restait à chacun des deux adversaires, le matériel avait peu d’importance en finale. D’ailleurs, Paul a raté 50. Txd4! qui gagne une pièce.

Paul Cummins (1739) – Éric Dumont (1658)
Les Noirs perdent au temps 1-0

Passons enfin au duel de chroniqueurs. Après avoir perdu celui de la semaine passée contre Richard, je me suis repris cette semaine. Daniel avait une bonne position jusqu’à ce qu’il laisse mon fou de case blanche s’activer suite à 23…g5?! Ensuite, c’est devenu presque une formalité lorsque 25…Cg6?? m’a permis de gagner la qualité.

Dominic Cournoyer (1917) – Daniel Dubé (1536)
Les Noirs abandonnent 1-0



Dan avait certaines difficultés avant l’échange des dames à cause de 19…g5?!. Ensuite c'est André qui aurait pu avoir autant de difficultés si l'adversaire avait joué 32…b5! ou 32…d5! La finale qui a suivi était très stratégique. Un maître aurait probablement gagné cette finale de tours… peu importe qu’il ait les Blancs ou les Noirs!

André Bourassa (1707) – Dan Bernatchez (1978)
Nulle ½-½