Citation de la semaine :

À ce moment-là, je menaçais de comprendre la position!
Clément L’Heureux


L’Estival 1 s’est terminé hier soir à Charlesbourg avec une triple égalité. Stéphane Beaudoin, Claude Lessard et François Gagnon remportent le tournoi ex æquo avec un pointage de 4/5.

Le premier échiquier était le théâtre d’un beau combat tactique. La finale était à l’avantage de Daniel qui avait deux dangereux pions passés, jusqu’à ce que Stéphane sacrifie la qualité afin d’obtenir une perpétuelle. 39...Ff4? a donné l’occasion à Stéphane de fuire avec la première place. Selon le logiciel Fritz, presque n’importe quel trente-neuvième coup d’attente aurait été correct pour donner la victoire aux Noirs.

Stéphane Beaudoin (1949) – Daniel Bonneau (2024)
Nulle ½-½




Sur le deuxième échiquier, Samuel Bourassa a eu l’excellente idée de mettre en fianchetto le fou de son adversaire (15. b3) pour voir quel résultat il pourrait obtenir. Malheureusement pour Samuel, la dame de Claude Lessard s’est introduite dans le territoire ennemi afin de gagner la qualité. Avec une qualité de moins, la finale était difficile à défendre, malgré que le nombre de pions était encore égal au moment de l’abandon. Remarque importante : Claude Lessard n’a jamais été surclassé ni tactiquement, ni positionnellement dans la partie.

Samuel Bourassa (1677) – Claude Lessard (2022)
Les Blancs abandonnent 0-1




Sur le troisième échiquier, François Gagnon a démarré la partie avec le splendide coup 1. e4. François avait plusieurs plans diaboliques derrière la tête afin de vaincre le redoutable Yvon Poliquin. Il y avait notamment un redoutable piège qui pouvait coincer la dame. 1. e4 c5 2. d4 cxd4 3. c3 cxd3 4. Cxc3 d6 5. Fc4 Cf6 6. e5 dxe5, suivi de 7. Fxf7!! Au cas où son adversaire refuserait d’embarquer dans une défense sicilienne, François avait prévu de sacrifier la dame afin de mater le roi ennemi par surprise. En effet, cette suite semble forcée : 1.e4 e5 2.Fc4 d6 3.Cf3 Fg4 4.Cc3 g6 5.Cxe5 Fxd1 6.Fxf7+ Re7 7.Cd5#. Devant de tels pièges qui l’attendaient, il est normal qu’Yvon ait décidé de ne pas se pointer au club de Charlesbourg et de laisser son adversaire gagner par défaut.

François Gagnon (1691) – Yvon Poliquin (1884)
Les Noirs préférèrent ne pas jouer la partie 1-0









À la semaine prochaine! Hein ? Euh ? Quoi ? Ah oui… ma partie. Alors, étant donné que je n’ai pas joué 1. e4, Gaétan Lapierre a estimé qu’il valait la peine de jouer cette partie. Ma partie se déroulait très bien, jusqu’à ce qu’un terrible coup de baguette propulse par magie un pion noir en b2, tout près de damer. Gaétan n’a eu qu’à ouvrir le jeu davantage afin de s’assurer de faire tomber mes dernières défenses et mener le pion à dame. Je croyais que mon immense talent sublime était en mesure de stopper ce redoutable pion, apparemment que non.

Dominic Cournoyer (1803) – Gaétan Lapierre (1897)
Les Blancs abandonnent 0-1




Rappel important : Claude Lessard n’a jamais été surclassé, ni tactiquement, ni positionnellement.

Voilà, l’Estival 1 est terminé. L’Estival 2 commence la semaine prochaine. Lundi le 24 juillet, à 19h. Coût : 15$ pour 5 rondes. Centre communautaire et culturel, 7575 Henri-Bourassa (coin 76e Rue), salle 20, Charlesbourg.