Rien de bien concluant lors de la quatrième ronde du Montcalm 3 ce jeudi soir. La partie du premier échiquier nous a fait voir un Nicolas déterminé à arracher le point à François. Nicolas menait les Blancs et le pion de plus que son initiative lui a permis d’engranger lui donnait de bonnes chances dans la finale de tours. Mais l’habile François a réussi à échanger tous les pions de l’aile-dame, ce qui réduisait presque à néant les chances de gain. Malheureusement, je ne puis reproduire ici cette partie, car ni l’un ni l’autre des deux joueurs ne possédait de copie carbone.

Au deuxième échiquier, la partie de Bertrand et de Claude a mis en scène une tension d’où les Noirs ont émergé avec un pion de plus pour la finale. Mais les chances de gain étaient nulles là aussi, comme on le constatera :

Bertrand Auger (2004) – Claude Lessard (1967)

1.Cf3 g6 2.g3 d5 3.Fg2 Fg7 4.d4 c5 5.0-0 cxd4 6.Cxd4 Cc6 7.Cxc6 bxc6 8.c4 e6 9.Dc2 Ce7 10.Td1 0-0 11.Cc3 Tb8 12.b3 Da5 13.Fd2 Da6 14.cxd5 cxd5 15.Fe3 Cf5 16.Fc5 Te8 17.Tac1 Fh6 18.e3 Fb7 19.b4 Tec8 20.De2 Dxe2 21.Cxe2 Fa6 22.Ff1 Fc4 23.a3 a5 24.g4 Ch4 25.Cd4 axb4 26.axb4 e5



27.Fxc4 exd4 28.Fxd5 dxe3 29.fxe3 Txb4 30.Fxb4 Fxe3+ 31.Rf1 Txc1 32.Txc1 Fxc1 33.Fe1 Fg5 et on conclut la nulle. 1/2-1/2.

Au troisième échiquier aussi, des dames tôt échangées et du jeu serré de part et d’autre ont mené, en dépit de la légère initiative noire, à la nulle :

Jacquelin Perreault (1760) – Christian Marquardt (2069)

1.e4 c6 2.d4 d5 3.Cd2 dxe4 4.Cxe4 Cf6 5.Cxf6+ exf6 6.Fc4 De7+ 7.De2 Fe6 8.Fxe6 Dxe6 9.Dxe6 fxe6 10.Ff4 c5 11.0-0-0 cxd4 12.Fxb8 Txb8 13.Txd4 Fc5 14.Td2 Re7 15.Cf3 Thd8 16.Thd1 Txd2 17.Txd2 Td8



18.Te2 Td5 19.Ce1 g5 20.c4 Td4 21.b3 a5 22.Rc2 h5 23.Cd3 Fd6 24.h3 Th4 25.c5 Fc7 26.Rc3 g4 27.hxg4 hxg4 28.g3 Th2 29.Tc2 e5 30.Rc4 Re6 31.Te2 f5 32.Cf4+ Rd7 33.Cd5 e4 34.Cxc7 Rxc7 35.Rd4 Rc6 et la nulle fut decidée. 1/2-1/2.

Au quatrième échiquier, voici peut-être la partie la plus remarquable de la soirée : Alain-Nicolas gagne du matériel sur l’aile-dame, pour voir tout de suite son roque pris d’assaut par Clément :

Clément L’Heureux (1951) – Alain-Nicolas Potvin (1801)

1.d4 g6 2.Cc3 Fg7 3.Fg5 d6 4.Dd2 c6 5.e3 Da5 6.h4 h6 7.Ff4 b5 8.Cf3 Cf6 9.Fd3 Cbd7 10.a3 e5 11.dxe5 dxe5 12.Cxe5 Cxe5 13.Fxe5 b4 14.Fxf6 Fxf6 15.Ce4 Fxb2 16.Tb1 Fxa3 17.Fc4 0-0



18.Dd4 Td8 19.Df6 Dc7 20.Dxg6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au cinquième échiquier, Gilles a eu recours à son vieil ami le gambit Morra. André ne s’est pas suffisamment méfié, aussi s’est-il trouvé en difficulté très rapidement :

Gilles Angers (1950) – André Bourassa (1691)

1.e4 c5 2.d4 cxd4 3.c3 dxc3 4.Cxc3 Cc6 5.Cf3 d6 6.Fc4 e6 7.0-0 Fe7 8.De2 a6 9.Td1 Dc7 10.Ff4 Ce5 11.Cxe5 dxe5 12.Fe3 Cf6 13.Tac1 Fc5



14.Ca4 Fxe3 15.Fb5+ axb5 16.Txc7 Fd4 17.Txd4 exd4 18.Cb6 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au sixième échiquier, une imprécision de Gaétan a permis à François de gagner la dame blanche contre tour et cavalier. Les Noirs ont eu raison de l’opiniâtreté blanche comme suit :

Gaétan Lapierre (1881) – François Dorion (1768)

1.c4 e5 2.Cc3 g6 3.Cf3 Fg7 4.d4 exd4 5.Cxd4 f5 6.g3 Cf6 7.Fg2 c6 8.0-0 0-0 9.e4 Cxe4 10.Cxe4 fxe4 11.Fxe4 Df6 12.Fe3 d6 13.Tb1 Cd7 14.f3 Ce5 15.b3 Fh3 16.Tf2 Tae8 17.Dd2 De7 18.Fg5 Dc7 19.Te1 Db6 20.Fe3 Dc7 21.Fb1 a6 22.Ff4 ?



…Cxc4! 23.Txe8 Cxd2 24.Txf8+ Rxf8 25.Txd2 De7 26.Rf2 d5 27.Cc2 Ff5 28.g4 Fxc2 29.Fxc2 Fc3 30.Te2 Dc5+ 31.Rg2 Rf7 32.h4 Ff6 33.g5 Fd8 34.h5 Fb6 35.hxg6+ hxg6 36.Rg3 Dg1+ 37.Tg2 Ff2+ 38.Rh3 Dh1+ 39.Fh2 De1 40.Fg3 Fxg3 41.Txg3 Dh1+ 42.Rg4 Dh5+ 43.Rf4 Dh4+ 44.Tg4 Dh2+ 45.Re3 Dxc2 46.Tf4+ Rg7 47.Td4 Dxa2 48.b4 a5 49.bxa5 Dxa5 50.f4 Dc3+ 51.Td3 De1+ 52.Rd4 De4+ 53.Rc3 Dxf4 et les Blancs perdirent tout espoir. 0-1.

Au septième échiquier, j’ai de nouveau gâché une excellente position. Bien sûr, si j’avais joué 19.Cd5, ou encore 20.Cxd1, le travail n’aurait pas été terminé, loin de là. Mais Dominic aurait eu fort à faire :

Richard Sauvé (1846) – Dominic Cournoyer (1682)

1.d4 d5 2.c4 Cf6 3.cxd5 Cxd5 4.Cf3 e6 5.e4 Cf6 6.Cc3 Fe7 7.Fc4 0-0 8.0-0 b6 9.De2 Fb7 10.Td1 Cbd7 11.a3 Te8 12.Ff4 c5 13.dxc5 Fxc5 14.b4 Fe7 15.Ce5 Dc8 16.Cxd7 Cxd7 17.Tac1 Td8 18.Fb5 Cf6



19.e5 Txd1+ 20.Dxd1? Ce8 21.Cd5 Dd8 22.Cxe7+ Dxe7 23.h3 Cc7 24.Dd7 Dxd7 25.Fxd7 Cd5 26.Fg5 h6 27.Fd2 a6 28.Fa4 Rf8 29.Fb3 Tc8 30.Txc8+ Fxc8 31.Fxd5 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au huitième échiquier, Hicham et Sébastien se sont mis d’accord pour partager le point dans une position très déséquilibrée : Il me semble que les Blancs détenaient l’avantage, grâce à leurs pions passés sur l’aile-roi.

Hicham Zroud (1561) – Sébastien Caron (1809)

1.d4 c5 2.Cf3 e6 3.e3 Cf6 4.Fd3 Cc6 5.0-0 b6 6.c3 Fb7 7.Cbd2 cxd4 8.exd4 Ce7 9.Ce5 Cfd5 10.Df3 f5 11.Fb5 Fc8 12.Te1 a6 13.Fc4 Fb7 14.Ce4 d6 15.Fxd5 Cxd5 16.Dh5+ g6 17.Cxg6 hxg6 18.Dxh8 fxe4 19.Txe4 Cc7 20.Tf4 De7 21.Tf6 0-0-0 22.Txg6 Df7 23.Tg8 Fe7 24.Txd8+ Fxd8 25.Fg5 Ce8 26.Fxd8 Rxd8 27.Dh4+ Rd7 28.Te1 Dg6 29.Dh3 Cc7



et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Enfin, au neuvième échiquier, Paul a dû travailler fort, mais le poids des pions concédés par Liviu a fini par se faire sentir :

Liviu Comsulea (1403) – Paul Marquis (1910)

1.f4 g6 2.Cf3 Fg7 3.e4 d6 4.d4 c5 5.c3 Fg4 6.Fe2 Fxf3 7.Fxf3 cxd4 8.cxd4 Db6 9.e5 dxe5 10.fxe5 Cc6 11.Fe3 Cxe5 12.Da4+ Rf8 13.0-0 Cxf3+ 14.Txf3 Dxb2 15.Db3 Dxb3 16.axb3 Cf6 17.h3 Cd5 18.Ff2 a6 19.Cc3 Td8 20.Ce2 Ff6 21.Ta5 Rg7 22.Cg3 Cb4 23.Ce2 Cc6 24.Ta4 Td7 25.Tf4 Thd8 26.Te4 e5 27.dxe5 Fxe5 28.Fb6 Td1+ 29.Rf2 T8d3 30.Tac4 Txb3 31.Fd4 Fxd4 32.Cxd4 Cxd4 33.Tcxd4 Txd4 34.Txd4 Tb2+ 35.Rf3 b5 36.h4 h5 37.g4 hxg4+ 38.Txg4 a5 39.h5 a4 40.hxg6 fxg6 41.Td4 a3 42.Td7+ Rf6 43.Rf4 Tb4+ 44.Re3 a2 45.Ta7 Ta4 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Mon « party » de bureau coincidant avec la dernière ronde de ce tournoi, j’ai demandé à Dominic Cournoyer de faire cette chronique à ma place la semaine prochaine. Dom a gracieusement accepté. Toutefois, n’attendez pas sa prose avant samedi le 17. Quant à moi, je serai de retour pour le Montcalm 4 en janvier. N’oubliez pas non plus le Championnat ouvert du club Montcalm, les 6, 7 et 8 janvier prochains. Joyeuses Fêtes à tous !