Le Tournoi international de Montréal a pris son envol jeudi le 19 juillet. Après quelques trémolos de départ: refus d'Ivanchuk et de Short de jouer avec le système MonRoi (le Personnal chess computer fait office de feuille de notation ) pour des raisons différentes, le plus fort tournoi d'échecs en sol canadien des 30 dernières années s'est bel et bien mis en branle.

Résultats de la première ronde :
Bluvshtein ½-½Kamsky
Miton 1-0 Short
Harikrishna 1-0 Sutovsky
Tiviakov ½-½ Ivanchuk
Eljanov 1-0 Charbonneau


Kamsky a employé la variante 4...a6 de sa Slave favorite et Bluvshtein lui a opposé la ligne contraingnante 5.a4 qui a l'avantage de stopper net le contre-jeu noir à l'aile-dame, mais qui a aussi l'inconvénient de stériliser le jeu. La partie s'est dirigée rapidement vers des eaux tranquilles

La partie Miton-Short, une variante de la Bogo-indienne, a pris un aspect technique assez tôt, Short acceptant un pion isolé dame en retour de pièces relativement actives à la Tarrasch. Au fil des échanges, Short s'est retrouvé avec de moins en moins de contre-jeu et un pion isolé bien surveillé. Avec 32.g4, l'aspect technique a gravis un échelon : l'ouverture d'un second front. Bientôt, l'Anglais s'est retrouvé avec deux faiblesses très éloignées l'une de l'autre. Prenant le taureau par les cornes, Short sacrifia un pion afin à la recherche de contre-chances, mais ce fut trop peu trop tard. Le pion passé h de Miton a finalement fait la différence.

La partie Harikrishna-Sutovsky a mistifié bien des spectateurs. Après de nombreuses complications, la partie s'est dirigée vers une finale de pion où l'Indien avait un pion de moins, mais, tout de même, les meilleures chances. Utilisant la vieille technique du débordement, il n'a pas eu de difficultés à concrétiser son avantage.

La partie Tiviakov - Ivanchuk fut une nulle rapide, mais pas sans histoire. Il reste qu'Ivanchuk ne semblait pas bien disposé dans cette partie après son intervention de départ au sujet du système MonRoi.

Pendant un moment, les Noirs semblaient avoir freiner l'attaque blanche à l'aile-roi dans la partie Eljanov-Charbonneau, mais celle-ci a repris de plus belle grâce à une infiltration de la Dame Blanche à l'aile-dame. La décision ne s'est pas fait attendre.