Quoi de mieux pour remporter le Championnat que de tout échanger en jouant solidement et en approchant le roi en finale dans le territoire ennemi dans le genre «Essaie donc de jouer pour le gain pour voir!». Devant cette position inconfortable, Richard a dû se contenter de la triple répétition pour laisser François garder son titre de champion du club. François n’avait besoin que d’une nulle.



François Caire (2283) – Richard Sauvé (1966)
Nulle ½-½

Jonathan a mené une attaque féroce contre Daniel. Toutefois, le sacrifice de qualité était un peu exagéré, surtout que rien ne garantissait qu’il allait récupérer la qualité quelques coups plus tard. 28. Df5! aurait été très fort également étant donné la faiblesse de la dernière rangée chez les Noirs. 28. exd5 mène vers la nulle, exactement le résultat final.

Jonathan Perron (2004) – Daniel Dubé (1720)
Nulle ½-½

Un autre qui a manqué le gain à plusieurs reprises, moi. Mais en plus j’ai perdu. J’aurais peut-être dû prendre le pion f3 avec le pion e pour ouvrir cette colonne. J’aurais probablement dû jouer 31. Ce6! pour pousser le roi noir dans les câbles. Puis, je n’aurais certainement pas dû jouer 38. Dd3? Bon alors, première victoire de Sébastien contre moi.

Dominic Cournoyer (1963) – Sébastien Caron (1996)
Les Blancs abandonnent 0-1

Le Montcalm 7 qui avait lieu en même temps que le Championnat fermé du club vient de se terminer également. Paul l’a remporté ex æquo avec Gaétan Lapierre.

Dany Lamontagne (1668) – Paul Cummins (1664)
Les Blancs abandonnent 0-1

Bon assez guerroyé cette année. On se revoit au début de la prochaine saison en septembre. Généralement la première ronde du Montcalm 1 a lieu le jeudi qui suit la Fête du travail. Quoi? Vous dites que vous ne pouvez vous passer de votre drogue favorite, les échecs? Dans ce cas, allez là pour patienter . Ensuite, vous irez là également. Ah j’oubliais, là aussi. Bon été!