En effet, seuls Réjean Tremblay et Antoine Bérubé ont pu franchir les trois premières rondes du Montcalm 5 sans concéder le moindre demi point. Nous les verrons donc face à face la semaine prochaine, en quatrième ronde.

Au premier échiquier, Réjean est venu à bout de Claude grâce au joli coup 25.d7! qui menaçait de damer et battait l’attaque du pion e4 noir sur sa propre dame. Une fois la fumée dissipée, l’avantage matériel des Blancs était devenu décisif :

Réjean Tremblay (2234) – Claude Lessard (1964)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.c4 c5 4.Cc3 Fg7 5.d5 d6 6.e4 0-0 7.Fd3 Cbd7 8.h3 a6 9.a4 e6 10.0-0 exd5 11.exd5 Te8 12.Ff4 Ch5 13.Fh2 Ce5 14.Cxe5 Fxe5 15.Fxe5 dxe5 16.Dd2 f5 17.Tfe1 Fd7 18.Ff1 Df6 19.De3 Tac8 20.Ta3 f4 21.Df3 Ff5 22.Fd3 Dh4 23.Fxf5 gxf5 24.d6 e4 25.d7 Tcd8 26.dxe8=D+ Txe8 27.Cxe4 Rf8 28.Te2 fxe4 29.Txe4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au deuxième échiquier, François a arraché l’initiative par un sacrifice de pion dès l’ouverture, mais Bertrand s’est défendu avec précision, de sorte que c’est lui qui a récolté toutes les chances de gain en finale. Selon Fritz, la suite 41.Fxf6 Fxf2 42.Re4! aurait donné le gain à Bertrand. En fin de compte, il y a eu partage du point :

Bertrand Auger (1918) – François Caire (2201)

1.c4 e5 2.Cc3 Cf6 3.g3 c6 4.Fg2 d5 5.cxd5 cxd5 6.Db3 Cc6 7.Cxd5 Cd4 8.Cxf6+ Dxf6 9.Dd3 Ff5 10.Fe4 Fxe4 11.Dxe4 Tc8 12.Rf1 Fe7 13.Cf3 Cxf3 14.exf3 Tc7 15.Rg2 0-0 16.Te1 Fd6 17.b3 Dd8 18.Fb2 f6 19.Tad1 Td7 20.b4 Fb8 21.Dc4+ Rh8 22.d4 Td5 23.Te3 Dd7 24.Tde1 exd4 25.Te8 Txe8 26.Txe8+ Dxe8 27.Dxd5 b6 28.Fxd4 Fc7 29.a3 h6 30.h4 Dd8 31.Dxd8 Fxd8 32.f4 Rg8 33.Rf3 Rf7 34.Re4 Re6 35.f5+ Rd7 36.b5 Fe7 37.a4 Fb4 38.Rd5 h5 39.g4 hxg4 40.h5 Fe1 41.Fe3 Fb4 42.Ff4 Fc5 43.Fg3 Fb4 44.Re4 Fd6 45.Fh4 Fe5 46.Rd5 Fc3 47.Fg3 Fb4 48.Fb8 Fc5 49.Fg3 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au troisième échiquier, Antoine a eu le meilleur sur son adversaire dans un feu d’artifice tactique. Gaétan aurait bien voulu atteindre au moins le contrôle du 30è coup, mais hélas, le compte du matériel restant lui apparaissait déjà assez décourageant dès le 25è :

Antoine Bérubé (2125) – Gaétan Lapierre (1918)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.f4 Fg7 5.Cf3 0-0 6.Fd3 Ca6 7.0-0 c5 8.d5 Cc7 9.De1 e6 10.dxe6 fxe6 11.f5 gxf5 12.exf5 e5 13.Fg5 h6 14.Fh4 De8 15.Td1 Dh5 16.Fc4+ Rh7 17.Txd6 Fxf5 18.Fxf6 Fxf6 19.Cxe5 Rh8 20.g4 Fxg4 21.Tfxf6 Txf6 22.Txf6 Fh3 23.Txh6+ Dxh6 24.Cf7+ Rg7 25.Cxh6 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au quatrième échiquier, Huy Hao a bien failli créer une grosse surprise, puisqu’il ne détenait rien de moins qu’une pièce d’avance sur Nicolas jusqu’au 26è coup. Sa gaffe lui a coûté la victoire, mais il aura tout de même arraché à un bon expert la partie nulle :

Huy Hao Dao (1664) – Nicolas Audet-Bouchard (2057)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Dc2 d5 5.a3 Fxc3+ 6.Dxc3 Ce4 7.Dc2 Cc6 8.Cf3 e5 9.e3 exd4 10.cxd5 Dxd5 11.Fc4 Df5 12.0-0 0-0 13.Fd3 Te8 14.Cd2 dxe3 15.Fxe4 De5 16.Fxh7+ Rh8 17.Cf3 Dh5 18.Fd3 Fg4 19.fxe3 Tad8 20.Fe4 Te6 21.Fxc6 Txc6 22.Df2 Th6 23.e4 Th7 24.Ff4 c6 25.Tad1 Te8 26.Cg5? Fxd1 27.Cxh7 Rxh7 28.Fe3 Fb3 29.Fxa7 Txe4 30.Df5+ Dxf5 31.Txf5 Fd5 32.Tf2 Rg6 33.h3 f6 34.Fc5 Rf7 35.Fb4 Re6 36.Tf1 f5 37.Te1 g6 38.Rf2 Txe1 39.Fxe1 Re5 40.g3 Re4 41.Fc3 b5 42.h4 Rd3 43.Fb4 Fe4 44.Fa5 et on s’arrêta là. 1/2-1/2.

La partie du cinquième échiquier mettait aux prises Jean-François Dion et Bertrand Fortier. Elle fut vivement disputée et se termina après mon départ. Jean-François avait perdu son pion de plus et la finale tour contre tour ne pouvait que donner une nulle, ce qui est finalement arrivé, selon le site d'André Bourassa.

Gambit Marshall au sixième échiquier! Il est assez rare que les Blancs acceptent d’y faire face, mais Etienne n’a pas froid aux yeux, comme il me l’a démontré la semaine dernière. Il semblait s’en tirer très bien, quand François a soudain percé son armure dans les derniers coups du zeitnot :

Etienne Guay (1500) – François Moisan (1937)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 0-0 8.c3 d5 9.exd5 Cxd5 10.Cxe5 Cxe5 11.Txe5 c6 12.d4 Fd6 13.Te1 Dh4 14.g3 Dh3 15.Fe3 Fg4 16.Dd3 Tae8 17.Cbd2 f5 18.Df1 Dh5 19.f3 Fh3 20.Dd3 Rh8 21.Fxd5 cxd5 22.a4 Te6 23.axb5 axb5 24.f4 Th6 25.Rf2 Fg4 26.Th1 Te6 27.Dxb5 Txe3 28.Rxe3 Te8+ 29.Rd3 Fe2+ 30.Rc2 Fxb5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

La dernière partie que je vous offre cette semaine nous montre une solide performance de Karl, qui a fait jeu égal avec les Noirs contre Clément dans une sicilienne fermée, au septième échiquier :

Clément L’Heureux (1924) – Karl Bender (1598)

1.e4 c5 2.d3 Cc6 3.f4 d6 4.g3 g6 5.Cf3 Fg4 6.h3 Fxf3 7.Dxf3 Cd4 8.Dd1 Fg7 9.Cc3 Cf6 10.Fe3 Ch5 11.Ff2 a6 12.Fg2 Tb8 13.Dd2 b5 14.0-0 b4 15.Cd1 Cb5 16.g4 Cf6 17.Fe3 Cd7 18.Rh1 0-0 19.c3 bxc3 20.bxc3 Da5 21.Tc1 Cb6 22.Tf2 Ca4 23.c4 Dxd2 24.Fxd2 Cd4 25.Cc3 Cxc3 26.Fxc3 Ce6 27.f5 Cd4 28.h4 Fe5 29.Fxd4 Fxd4 30.Te2 Tb2 31.Txb2 Fxb2 32.Tb1 Tb8 33.a3 Rf8 34.Ff3 Re8 35.g5 a5 36.h5 Rd8 37.Fg4 Rc7 38.fxg6 hxg6 39.hxg6 fxg6 40.a4 Fe5 41.Txb8 et la nulle fut décidée. 1/2-1/2.