Lundi dernier, les participants au tournoi Estival I du club d'échecs de Charlesbourg ont fait abstraction des festivités de la fête des québécois pour plutôt consacrer leur soirée au roi des jeux, et ce à raison de 30 coups en une heure et demie suivie d'une heure pour mater.

Une erreur des noirs dans l'ouverture me permit de gagner un pion et d'installer un cavalier sur la case d5 de l'échiquier numéro 1, qui contribuait à limiter dans une bonne mesureles possibilités de contre-attaque des noirs. Après quelques moments nébuleux, je parvins à abriter mon roi et générer des problèmes que Côté ne put somme toute résoudre.

L'échiquier 2 a vu se jouer une partie spectaculaire que je ne peux hélas pas joindre à cette chronique puisque je n'en ai pas obtenu copie. Denis Robitaille avec les blancs joua la carte de la psychologie ainsi que plusieurs bons coups pour entraîner Richard Sauvé dans le genre de parties tactiquement tranchantes, dans lesquelles, c'est connu, Richard n'est pas des plus à son aise. Hélas, alors que de lourds nuages s'amoncelaient à l'aile-roi et laissaient présager une fin précoce pour le monarque noir, Denis vit ses espoirs réduits à néant alors que le Fou de Richard (si je puis m'exprimer ainsi) dévora sans autre forme de procès la Dame blanche laisser inopinément en prise.

Outre Richard et moi, on retrouve en tête de tournoi avec 3 en 3 Simon Laflamme et François Dorion. Parmi les favoris on peut encore compter Stéphane Beaudoin à 2.5, alors que Jacques Faille a été définitivement écarté du podium, gracieuseté de Dorion.