Le Montcalm 5 se poursuit après une belle fin de semaine compétitive où 80 joueurs sont venus croiser le fer au tournoi du Carnaval, félicitations aux gagnants et merci d’être venus, merci également à ceux qui m’ont aidé dans l’organisation du tournoi et au plaisir de se revoir l’année prochaine.


Arnaud en avait assez d’annuler contre Bertrand, il était bien déterminé à ne pas céder le demi-point pour une troisième fois de suite contre le même adversaire. Quant à Bertrand, il semblait tenté par la victoire lui aussi, pour avoir sacrifié une qualité en échange d’une attaque qu’Arnaud devait considérer sérieusement. Le maître a finalement jugé bon de redonner la qualité pour enlever la pression et obtenir pas plus qu’un léger avantage positionnel, si Bertand ne fait pas l’erreur de jouer 24. Cg7? Avec un cavalier qui s’est aventuré trop loin dans le territoire ennemi, Bertand devra perdre une pièce et abandonner, grâce au subtil 26… Rh8!

Bertrand Auger (1943) - Arnaud Rainfray (2387)
Les Blancs abandonnent 0-1

Une autre histoire liée au temps, comme vous les aimez bien. Peut-être pas aussi palpitante que cette histoire de Saïtek dans ma partie contre Arnaud, mais je vais essayer d’en donner au spectateur pour son argent. André n’avait pas rempli correctement sa feuille de notation et il était en pression de temps en plus de devoir dénicher quels étaient les coups manquants. N’ayant toujours pas noté ses coups correctement, André pensait être toujours en pression de temps alors qu’il avait déjà passé son premier contrôle de temps. Il a donc blitzé presque toute la partie. D’ailleurs, c’est étonnant de voir à quel point les joueurs n’accordent pas d’importance à la qualité dans cette partie.

Claude Lessard 2005 – André Bourassa (1762)
Les Noirs abandonnent 1-0

Bien que l’attaque de Sébastien n’ait pas été aussi violente qu’anticipée, Richard a dû se donner une position compliquée pour éviter la catastrophe. Le pion h5 étant affaibli, il faut pousser le pion g6, ce qui affaiblit la case f6 et en conséquence le pion e5. Ensuite le pion e5 tombera, sans compter que le cavalier semble bien meilleur que le fou, les Noirs décideront d’abandonner.

Sébastien Caron (1908) – Richard Sauvé (1964)
Les Noirs abandonnent 1-0

Quant à moi, je suis invaincu depuis le mois de janvier, je suis beaucoup trop fort. Je suis en train de réfléchir à l’invitation de match de championnat du monde qu’Anand m’a envoyée, mais je ne suis pas certain que je vais y participer, j’ai peur de m’ennuyer royalement s’il n’est pas à la hauteur de mon immense talent sublime. Ah oui, c’est vrai, la partie. Deux paires de points d’exclamation : 24. Fxd6!! et 29. Rg2!!

Dominic Cournoyer (1919) – Jonathan Perron (1951)
Les Noirs abandonnent 1-0