Hélas, qu'il est loin le temps où les joueurs s'évanouissaient à la vue d'un expert!

Bien sûr, j'exagère un brin, mais il n'empêche que le respect se perd: "Une cote n'a jamais maté", disait Réjean Tremblay. De plus en plus de joueurs ont appris la leçon, et plusieurs favoris du Montcalm I ont dû travailler fort en deuxième ronde, lundi soir, pour seulement sauver leur peau et le demi-point (j'ai moi-même été incapable, avec les blancs, d'arracher le moindre avantage à André Hébert). Sans parler de Paul Marquis et peut-être d'Antoine Bérubé qui ont frôlé le précipice avant de finalement arracher la victoire.

Au premier échiquier, une solide performance de Sébastien, qui a tenu tête à l'initiative de Nicolas, imposant un échec perpétuel:

Sébastien Caron (1833) - Nicolas Audet-Bouchard (2177)

1.e4 c5 2.d3 Cc6 3.f4 g6 4.Cf3 Fg7 5.c3 d5 6.e5 Fg4 7.Fe2 e6 8.0-0 h5 9.Ca3 Ch6 10.Cb5 Cf5 11.h3 Fxf3 12.Fxf3 a6 13.Ca3 h4 14.Cc2 Tc8 15.Ce3 Cce7 16.Da4+ Dd7 17.Dxd7+ Rxd7 18.Cxf5 exf5 19.Fe3 Re6 20.Tac1 b5 21.d4 c4 22.Fe2 a5 23.a3 Tb8 24.Fd2 Cc6 25.Ta1 Ff8 26.Ff3 Fe7 27.Tfb1 Tb6 28.Fd1 Thb8 29.Fc2 b4 30.axb4 axb4 31.Fe1 bxc3 32.bxc3 Tb2 33.Txb2 Txb2 34.Ta6 Txc2 35.Txc6+ Rd7 36.Ta6 Tb2 37.Ta7+ Re6 38.Ta6+ Rd7 39.Ta7+ et la nulle fut conclue. ½-½.

Au deuxième échiquier, Claude a forcé un peu trop la note avec 18.e5, mais il a posé suffisamment de problèmes à Michel dans la finale de cavaliers pour que ce dernier ne puisse trouver le chemin de la victoire:

Claude Lessard (2101) - Michel Ouellet (1826)

1.Cf3 Cf6 2.d4 g6 3.Cbd2 d6 4.e4 Fg7 5.b3 c5 6.dxc5 dxc5 7.Fb2 0-0 8.Fe2 Cc6 9.0-0 Dc7 10.Te1 Td8 11.Fb5 Fg4 12.Fxc6 Fxf3 13.gxf3 Dxc6 14.De2 Ch5 15.Fxg7 Rxg7 16.De3 Df6 17.Tad1 b6 18.e5 Df5 19.De4 Dxe4 20.Cxe4 Cf4 21.Cc3 Tac8 22.Rf1 g5 23.Cb5 a6 24.Cc3 Td4 25.Ca4 b5 26.Cc3 Tcd8 27.Txd4 Txd4 28.Td1 Txd1 29.Cxd1 Cg6 30.e6 fxe6 31.a4 Ce5 32.axb5 axb5 33.Cc3 Cxf3 34.Cxb5 Rf6 35.h3 Re5 36.Cc3 Cd4 37.Ca4 Rd6 38.c3 Cxb3 39.Re2 Rc6 40.Rf3 h5 41.Re3 Ca5 42.Rd3 Cb7 43.Re4 Rb5 44.Cb2 Cd6+ 45.Rd3 e5 46.f3 c4+ 47.Re3 Rc6 48.Cd1 Rd5 49.Cf2 Re6 50.Cd1 Rf5 51.Cf2 e6 52.Ch1 Rf6 53.Cf2 Rg6 54.Cd1 Rf5 55.Cf2 Rg6, avec une nulle ici aussi. ½-½.

Au troisième échiquier, la partie la plus spectaculaire de la soirée, un gambit de l'aile dans la sicilienne. Fritz nous dira si Antoine était vraiment en difficulté, mais en tout cas l'initiative de Gaétan semblait très dangereuse vers le trentième coup:

Gaétan Lapierre (1763) - Antoine Bérubé (2087)

1.e4 c5 2.b4 cxb4 3.d4 d5 4.e5 Cc6 5.a3 Db6 6.Fe3 Ff5 7.Cf3 e6 8.Ch4 Fe4 9.f3 Fg6 10.Cxg6 hxg6 11.Rf2 Ch6 12.g4 Tc8 13.axb4 Fxb4 14.c3 Fe7 15.Dd2 a6 16.Da2 f6 17.exf6 gxf6 18.Fd3 f5 19.Cd2 Cf7 20.h3 Dc7 21.Rg2 Fh4 22.f4 g5 23.Taf1 fxg4 24.hxg4 Rd7 25.Tf3 Ch6 26.fxg5 Cxg4 27.Tf7+ Ce7 28.Ff4 Dxc3 29.Da4+ Dc6 30.Db4 Tce8 31.Tc1 Ce3+ 32.Fxe3 Dxc1 33.Cf3 Dh1+ 34.Rxh1 Fe1+ 35.Rg2 Fxb4 36.g6 Rc8 37.g7 Thg8 38.Ff4 a5 39.Fb5 Ted8 40.Fg5 Cf5 41.Fxd8 Rxd8 42.Txb7 Txg7+ 43.Txg7 Cxg7 44.Rf2 Cf5 45.Re2 Cd6 46.Fa4 Cc4 47.Fb3 Cd6 48.Rd3 Ce4 49.Ce5 Rc7 50.Cg6 Fd6 51.Fa4 Cf6 52.Ch4 Cd7 53.Cf3 Cb6 54.Fb3 Ff4 55.Ce1 Rc6 56.Cc2 Fc1 57.Rc3 Rb5 58.Fa2 Ca4+ 59.Rb3 Cb6 60.Rc3 Rc6 61.Fb3 Ff4 62.Ce1 e5 63.dxe5 Fxe5+ 64.Rd3 Rc5 65.Cc2 a4 66.Fa2 Cc4 67.Fxc4 dxc4+ 68.Rd2 Fb2 69.Ce3 a3 70.Rc2 Fd4 71.Cxc4 Rxc4 72.Rb1 Rb3 73.Rc1 a2 et les Blancs jetèrent l'éponge. 0-1.

Au quatrième échiquier, enfin, Réjean a été véritablement assiégé par un Réal sans complexes, et ce n'est qu'à grand peine qu'il a pu tenir le coup:

Réjean Plante (2084) - Réal Bisson (1775)

1.d4 c5 2.d5 d6 3.c4 g6 4.e4 Fg7 5.Fd3 Cf6 6.Cc3 Ca6 7.Cge2 Fd7 8.0-0 0-0 9.Fg5 h6 10.Fd2 Cc7 11.f4 e6 12.Tc1 exd5 13.exd5 b5 14.b3 b4 15.Cb1 Te8 16.f5 Ce4 17.fxg6 fxg6 18.Fxe4 Txe4 19.Cg3 Fd4+ 20.Rh1 Th4 21.Tf4 Fe5 22.Txh4 Dxh4 23.De1 Tf8 24.Fe3 Fg4 25.Cd2 Ce8 26.Rg1 Cf6 27.Cdf1 Fc3 28.Fd2 Fd4+ 29.Rh1 Te8 30.Fe3 Fe5 31.Df2 Fd7 32.Dc2 Rf7 33.Fg1 Ff4 34.Td1 Cg4 35.Dd3 Ce5 36.Dc2 Fg4 37.Ta1 Cf3 38.Df2 Df6 39.Tb1 Cxg1 40.Rxg1 h5 41.Te1 Txe1 et la nulle offerte par Réal fut acceptée. ½-½.

Il ne reste maintenant que quatre joueurs à deux en deux. A prévoir pour jeudi prochain: Des duels Bérubé-Poliquin et Auger-Valley aux deux premiers échiquiers.