Lors du tournoi de qualification du Championnat Invitation du Québec qui a eu lieu la fin de semaine du 12 mai 2006 au club d’échecs Montcalm, Nicolas Audet-Bouchard ayant eu le meilleur résultat des joueurs de la région de Québec et Nicolas Fillion ayant eu le meilleur résultat des joueurs de Chaudières-Appalaches (par défaut), pourront être nos représentants lors de la demi-finale du CIQ.

De plus, les deux Nicolas semblent être parmi les rares qui ont compris ce que signifie la cadence 1h30 / 30 coups et une heure mat. En effet, cela signifie que durant cette fin de semaine ce n’est pas nécessaire de dormir plus qu’une heure et demi, qu’il est possible de prendre un coup au moins 30 fois et qu’il faut veiller au moins jusqu’à une heure du matin. «Au moins» signifiant que le temps supplémentaire est fortement suggéré après une heure du matin.

Afin de ne pas mélanger, les deux Nicolas, appelons le premier, Nicolas du Nord et le second Nicolas du Sud.

Comme tout système suisse, la première ronde oppose des joueurs qui ont de la difficulté à se souvenir de la marche des pièces, à des forts joueurs. Pourtant, sur le premier échiquier et le troisième échiquier, l’amateur s’est bien défendu.

J’ai eu une fois de plus la chance d’affronter le maître international Vladimir Gaspariants. Moi qui n’avait pourtant jamais annulé ou gagné contre lui en simultanée, j’ai pris l’avantage d’un pion tôt dans la partie. Après un long combat tactique, n’ayant plus le matériel requis pour poursuivre ce combat, j’ai simplement décidé d’utiliser ma dame pour faire échec au roi jusqu’à la fin des temps. La nulle fut rapidement conclue.

Vladimir Gaspariants (2266) – Dominic Cournoyer (1762)
Les Blancs n’ont d’autres choix que de se contenter de la nulle. ½-½


Après une nuit bien arrosée pour les deux Nicolas, la deuxième ronde commença, toutefois sans les deux Nicolas... Les pros purent enfin régler leurs comptes, alors que les amateurs purent enfin jouer contre des joueurs semblables à eux-mêmes. Mais, passons aux pros.

Un duel tactique sur le premier échiquier entre Sébastien Caron et François Dorion a mené à un très intéressant sacrifice de qualité toutefois sans succès. Notons que 27…Dh1 aurait pu produire un échec perpétuel que les Blancs auraient été contraints d’accepter sous peine de perdre encore plus de pions.

Sébastien Caron (1917) – François Dorion (1788)


Les Noirs abandonnent 1-0


Sur le deuxième échiquier, Michel Ouellet a réussi à sauver le demi-point malgré le fait qu’Yvon Poliquin l’ait déroqué en début de partie. Le matériel s’est suffisamment échangé pour que la partie mène tout droit vers une très ennuyante finale de fous, qui vagabondaient sur l’échiquier sans but précis. Mais, tout de même une belle bagarre qu’était le milieu de partie.

Yvon Poliquin (1842) – Michel Ouellet (1897)

Pas de plan = nulle ½-½


Pour la troisième ronde qui eut lieu la même journée que la deuxième, Vladimir a pu retourner sur le premier échiquier alors que nos deux Nicolas étaient enfin de retour de leur veillée avec temps supplémentaire bien entendu.

Le maître Vladimir Gaspariants a montré de quoi il est capable quand il est en forme. Sébastien Caron qui n’a pu roquer l’a su à ses dépends. Que dire de plus ? Contemplez la férocité de l’attaque par vous-mêmes.

Vladimir Gaspariants (2266) – Sébastien Caron (1917)


Les Noirs abandonnent 1-0


Pendant ce temps, Nicolas du Nord se remit tranquillement de sa veillée. Toutefois, pas suffisamment remis pour gagner contre Yvon Poliquin qui s’est bien défendu malgré le fait que son roi était dans une fâcheuse position.

Nicolas Audet-Bouchard (2192) – Yvon Poliquin (1842)


Nulle ½-½


Cette fin de troisième ronde, marqua un événement spécial, eh oui, plus de la moitié du tournoi était déjà jouée ! Pour fêter cette étape de mi-tournoi, les deux Nicolas décidèrent de veiller une fois de plus. D’après tout, toutes les occasions sont bonnes pour fêter !

Au réveil (s’il y a eu sommeil…), Nicolas du Nord avait à affronter le favori du tournoi, Vladimir Gaspariants. Le candidat au titre de maître a tout de même réussi à s’approprier un avantage de deux pions pour ensuite remporter la partie. Notons que 31. Tf1 plutôt que 31. Te3 aurait permis de capturer le cavalier ennemi.

Nicolas Audet-Bouchard (2192) – Vladmir Gaspariants (2266)

Les Noirs abandonnent 1-0


Sur l’échiquier voisin, les pièces s’échangeaient et la partie semblait aller tout droit vers la nulle, mais une erreur de la part d’Yvon Poliquin a donné la victoire à son adversaire Serge Champetier.

Yvon Poliquin (1842) – Serge Champetier (2045)

Les Blancs abandonnent 0-1


Dans ce tournoi, ce semble être la mode de donner des pions à l’adversaire. Sébastien Caron décida donc de suivre la nouvelle tendance sans plus tarder pour aboutir à une finale extrêmement difficile à l’avantage de Michel Ouellet qui avait trois pions et un cavaliers de plus au moment où la partie prit fin.

Sébastien Caron (1917) – Michel Ouellet (1897)

Les Blancs abandonnent 0-1


N’étant pas un adepte de cette mode, plutôt que de perdre un pion qui me semblait condamné, j’ai opté pour une fin de partie encore plus pénible lors du 21e coup. J’ai donné ma paire de fous pour une tour et un pion. Mon adversaire Richard Sauvé a manœuvré efficacement de façon à ce que ses deux fous surclassent ma tour et mon pion de plus. En effet, j’ai dit que ce pion semblait condamné puisqu’il ne l’était pas, lors de ce 21e coup j’aurais pu abandonner le pion e6 pour récupérer le pion c4 peu après.

Richard Sauvé (2121) – Dominic Cournoyer (1762)

Les Noirs abandonnent enfin 1-0


Après quatre rondes, rien n’était joué. Au moins trois joueurs avaient encore des chances de se qualifier.

Nicolas du Nord s’est qualifié en venant à bout de Serge Champetier, après lui avoir dérobé un cavalier par le coup 38…Cb4, cavalier indéfendable et cloué par la menace de mat des deux tours noires. Ensuite, les tours doublées de Serge sur la septième rangée n’ont pas suffis à créer l’égalité, puisque la menace des deux tours noires étaient toujours présente.

Serge Champetier (2045) – Nicolas Audet-Bouchard (2192)

Les Blancs abandonnent 0-1


On sait tous qu’il n’est pas facile d’affronter un maître en finale. Malgré tout, Michel Ouellet a réussi a obtenir la nulle après une longue finale de tours obtenue après que le matériel ait été rapidement échangé.

Michel Ouellet (1897) – Vladimir Gaspariants (2266)

Nulle ½-½


Clément L’Heureux a vaincu Richard Sauvé grâce à de belles manœuvres tactiques, notamment en commençant par un sacrifice de fou sur h7 et plus tard par 29. Th6 menant à un mat rapide.

Clément L’Heureux (1930) – Richard Sauvé (2121)

Les Noirs abandonnent 0-1


J’en étais à ma première partie avec les Blancs, ayant pris deux byes samedi. Vous ne serez pas surpris de savoir que c’était une ouverture anglaise. Fidèle à mes habitudes j’avais une position misérable, comme toujours j’étais asphyxié tellement je manquais d’espace, en plus, le dangereux cavalier g4 menaçait de se poser en e3, ce qui m’aurait mené tout droit à la catastrophe. Fort heureusement pour moi, cette situation désespérée me donna l’occasion de sacrifier. D’après tout, une partie d’échecs sans sacrifice est comme un hiver sans neige. 24. Tc7!? permet aux Blancs de survivre et même de gagner par la suite.

Dominic Cournoyer (1762) – Jean-Sébastien Bélanger (1553)

Les Noirs abandonnent 1-0

Félicitations à Nicolas du Nord avec son pointage de 4 sur 5 et qui représentera la région de Québec. Félicitations à Nicolas du Sud également, qui malgré sa qualification par défaut pour la région de Chaudière-Appalaches, a tout de même accumulé la moitié des points dans ce tournoi avec un pointage de 2.5 sur 5. On vous souhaite un bon tournoi à la demi-finale du CIQ, ainsi que de longues veillées. La cadence sera fort probablement la même lors de ce tournoi, soit une heure et demi de sommeil, prendre un coup au moins 30 fois et veiller au moins jusqu’à une heure du matin. Félicitations également à Mathieu Laferrière qui a obtenu un pointage respectable de 1.5 sur 4 à son premier tournoi.

Merci à l’arbitre Daniel Bonneau, Michel Vadnais et moi-même pour l’organisation du tournoi.

Résultats


4/5 : Nicolas Audet-Bouchard, 1er prix 80 $, représentera la région de Québec
3½/5 : Michel Ouellet et Clément L'Heureux, chacun un prix de 20 $
3/5 : Vladimir Gaspariants, Serge Champetier, Yvon Poliquin
2½/5 : Richard Sauvé, Dominic Cournoyer, Nicolas Filion
- Dominic et Nicolas : prix de classe -1800 : 20 $ chacun
- Nicolas représentera la région de Chaudière-Appalaches
2/5 : Alain Monga
2/4 : Sébastien Caron
1½/5 : Jean-Sébastien Bélanger
1½/4 : Mathieu Laferrière (un nouveau membre FQÉ)
1/3 : François Dorion
1/2 : Michel Vadnais
0/5 : Denis Émond