Troisième ronde du troisième tournoi de la saison au club Montcalm. Au premier échiquier, Gaétan a dû très tôt défendre son roque contre l’attaque incisive de François. Il a dû concéder beaucoup de matériel pour éviter le mat. A la fin, il ne lui restait de toute façon plus de temps au cadran :

François Caire (2230) – Gaétan Lapierre (1881)

1.d4 Cf6 2.Cf3 d5 3.c4 c6 4.Cc3 e6 5.e3 Fe7 6.Fd3 0-0 7.0-0 dxc4 8.Fxc4 b5 9.Fd3 Fb7 10.e4 a6 11.e5 Cfd7 12.Ce4 c5 13.Cfg5 h6 14.Dh5 Cc6 15.Cf3 c4 16.Fb1 Cb4 17.Fxh6 gxh6 18.Dxh6 Fxe4 19.Fxe4 f5



20.Dxe6+ Tf7 21.Fxa8 Cf8 22.Dh6 Dxa8 23.a4 Tg7 24.axb5 Tg6 25.Dh5 De4 26.Tfe1 Df4 27.bxa6 Cxa6 28.e6 Cb4 29.Ce5 Tg7 30.g3 Dxd4 31.Dxf5 Dxb2 32.Cxc4 Dc2 33.Ce3 Db3 34.Cg4 Cc2 35.Tab1 Dc4 36.Ch6+ Rh8 37.Tbc1 Tg6 38.Txc2 Db4 39.Cf7+ Rg7 40.De5+ Ff6 41.De2 Fe7 42.Tc4 Db6 43.Tg4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au deuxième échiquier, Nicolas attendait de pied ferme la marée de pions lancée par Alain-Nicolas sur son aile-dame. Il a d’abord saisi un pion, puis une pièce entière pour emporter le morceau :

Alain-Nicolas Potvin (1801) – Nicolas Audet-Bouchard (2193)

1.d4 Cf6 2.Cf3 d6 3.e3 Cbd7 4.Fe2 e5 5.c4 Fe7 6.Cc3 0-0 7.0-0 c6 8.b4 Te8 9.a4 Ff8 10.a5 e4 11.Cd2 d5 12.b5 Fb4 13.Db3 Fxa5 14.bxc6 bxc6 15.cxd5 Fxc3 16.Dxc3 cxd5 17.Dc6 Cb6 18.Fa3 Fd7 19.Db7 Dc8 20.Fa6 Dc2 21.Tfd1



…Fc8 22.Tac1 Fxb7 23.Txc2 Fxa6 24.Fc5 Cfd7 25.Ta1 Fd3 26.Tca2 a6 27.Tb2 Cc4 28.Cxc4 Fxc4 29.Fd6 Fb5 30.f3 Tac8 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au troisième échiquier, Bertrand s’est servi d’une de ses armes favorites (le Fort Knox) contre Jacquelin, mais c’est tout de même ce dernier qui détenait l’avantage quand la nulle a été conclue :

Jacquelin Perreault (1760) – Bertrand Auger (2004)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 dxe4 4.Cxe4 Fd7 5.Cf3 Fc6 6.Fd3 Cd7 7.0-0 Cgf6 8.De2 Fxe4 9.Fxe4 Cxe4 10.Dxe4 c6 11.Ff4 Fe7 12.Tfe1 Cf6 13.De2 0-0 14.Fe5 Te8 15.c4 Cd7 16.a3 a5 17.a4 Fb4 18.Ted1 f6 19.Ff4 De7 20.Ce1 e5 21.dxe5 fxe5 22.Fe3 Cf8 23.Cd3 Fd6 24.Dg4 Ce6 25.b3 Tf8 26.Te1 Df6 27.f3 Fc7 28.Cc5 Tfe8 29.Cxe6 Txe6 30.Tad1 De7 31.De4 Tae8 et la nulle fut conclue ici. 1/2-1/2.

Au quatrième échiquier, Claude n’a jamais roqué, ni bougé son roi de quelque manière. Paul s’y est visiblement mal pris dans sa tentative d’attaque, puisque sa dame a péri dans l’entreprise :

Paul Marquis (1910) – Claude Lessard (1967)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.d3 d6 6.f4 Ch6 7.Cf3 Fg4 8.h3 Fxf3 9.Fxf3 e5 10.0-0 exf4 11.Fxf4 Cg8 12.Dd2 h5 13.Cb5 Ce5 14.Fg2 Ce7 15.c3 Db6 16.Ca3 Da6 17.d4 Td8 18.Fg5 cxd4 19.Fxe7



...dxc3!! 20.Dg5 Td7 21.Ff6 Fh6 22.Dh4 Fe3+ 23.Rh1 g5 24.Fxh8 gxh4 25.Cc2 cxb2 26.Tae1 Fc1 27.Txc1 bxc1=D 28.Txc1 Tc7 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au cinquième échiquier, Gilles n’a pu prendre d’assaut la position de Dominic, qui s’avère un adversaire de plus en plus difficile à battre :

Gilles Angers (1950) – Dominic Cournoyer (1682)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 Cf6 4.f4 d6 5.Fg2 g6 6.Cf3 Fg7 7.0-0 0-0 8.d3 Fg4 9.h3 Fxf3 10.Fxf3 Cd4 11.Fg2 Tb8 12.Fe3 Cd7 13.Dd2 b5 14.Cd1 b4 15.c3 bxc3 16.bxc3 Cb5 17.Tc1 Cb6 18.Dc2 Ca3 19.Dd2 Cb5 20.f5 Cd7 21.Fh6 Da5 22.Fxg7 Rxg7 23.Ce3 Cf6 24.Cg4 Cxg4 25.hxg4 a6 26.g5 f6 27.Tf2 Da3 28.Ff3 Th8 29.Fd1 Da5 30.Fb3 Ca7



(Selon Dom (voir le sujet “Tactique” sur le babillard de quebecechecs), Gilles a longuement étudié ici 31.fxg6 hxg6 32.gxf6 exf6 33.Txf6 !?, mais a renoncé à plonger, trouvant le sacrifice de tour trop risqué)

31. 31.Fe6 Cc6 32.Tcf1 Tbf8 33.gxf6+ (Th2 ! selon Dom et Fritz) exf6 34.Tb1 Tb8 35.Tbf1 g5 36.Th2 Dd8 37.De2 h6 38.Fd5 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au sixième échiquier, Alain s’est montré trop généreux envers Christian, lui permettant d’empocher une pièce rapidement :

Christian Marquardt (2069) – Alain Gagnon (1664)

1.Cc3 e5 2.Cf3 Cc6 3.d4 exd4 4.Cxd4 Cxd4 5.Dxd4 Cf6 6.Ff4 d6 7.0-0-0 Fe6 8.e4 a6 9.Fc4 Dc8 10.The1 Fe7 11.e5 d5 ?



12.exf6 Fxf6 13.Dxd5 0-0 14.Dd3 Ff5 15.Dg3 c6 16.Fe5 Fxe5 17.Dxe5 b5 18.Fd3 Fe6 19.Dc5 Dc7 20.Rb1 b4 21.Ca4 Tfb8 22.Fc4 Tb5 23.Fxb5 axb5 24.Db6 Fxa2+ 25.Rc1 Df4+ 26.De3 Dxe3+ 27.Txe3 g6 28.Cc5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, au septième échiquier, Clément a eu le meilleur sur Eric dans une escarmouche sur l’aile-roi où les boucliers des deux monarques ont été mis à mal :

Eric Dumont (1609) – Clément L’Heureux (1951)

1.e4 d5 2.exd5 Dxd5 3.Cc3 Dd8 4.d4 g6 5.Ff4 Fg7 6.Cf3 Ch6 7.Cb5 Ca6 8.c3 Cf5 9.Fc4 0-0 10.0-0 c6 11.Ca3 Cc7 12.Cc2 Cd5 13.Fg5 Fe6 14.De2 h6 15.Fd2 a5 16.Ce5 Fxe5 17.Dxe5 Dd7 18.Tfe1 Rh7 19.g4 Ch4 20.Dg3 g5 21.Fd3+ Rh8 22.Ce3 Cxe3 23.De5+ f6 24.Dxe3 Fxg4 25.Fe4 Tae8 26.f4 Fh5 27.fxg5 fxg5 28.h3 Ff3 29.Fxf3 Cxf3+ 30.Rg2 Dd5



et les Blancs abandonnèrent. 0-1.