Certains ont une maîtrise en mathématiques, d'autres en chimie, d'autres en philosophie, d'autres en littératures ainsi que dans divers autres domaines. Hier, c'est une «maîtrise en sciences échiquéennes» que François Caire a obtenu en remportant la victoire en dernière ronde pour terminer le tournoi avec un score de 5 sur 5 et maintenir une cote égale ou supérieure à 2200 pendant au moins 25 parties. Quant à Claude Lessard, il termine deuxième avec un score de 4 sur 5.




L'ultime combat mettait en action François Caire et Stéphane Beaudoin dans une partie sicilienne. Stéphane a décidé d'y aller pour l'attaque sur le roi, quitte à donner un fou, ensuite une qualité. Malheureusement, pour lui, son adversaire a réussi à se défendre adéquatement. Ce qui, en effet, signifie qu'il a une finale gagnante avec une tour de plus. De toute façon, les Blancs ont perdu par le temps au 21e coup.


Compensation positionnelle pour la tour,
mais tout de même insuffisant.


Stéphane Beaudoin (2087) - François Caire (2208)
1. e4 c5 2. Nf3 Nc6 3. Bb5 g6 4. O-O Bg7 5. c3 e5 6. d4 cxd4 7. cxd4 exd4 8. Bf4 a6 9. Bc4 d6 10. Qb3 Na5 11. Bxf7+ Ke7 12. Qa3 Kxf7 13. Nbd2 Bh6 14. Bxd6 Bxd2 15. Nxd2 Nc6 16. Rac1 Nf6 17. e5 Ne8 18. Nf3 Kg7 19. Rxc6 bxc6 20. Be7 Qd5 21. Rd1 (diag.) Les Blancs perdent par le temps 0-1




L'échiquier voisin faisait également l'objet d'une tentative de promotion. Simon Laflamme s'assurait du titre d'expert s'il gagnait. Cependant, les appariements ont voulu qu'il ait un adversaire de taille. Claude Lessard a réussi à vaincre la défense Ouest-indienne du quasi-expert. Il faut tout de même réaliser que les Noirs ont collaboré énormément pour donner la victoire au camp adverse notamment lorsque le fou a pris le pion f2 au 17e coup. L'idée était de sacrifier deux pièces mineures pour capturer une tour et deux pions, mais la tactique en a décidé autrement. Une fois que l'étrier ait réussi à capturer la tour tant convoitée, les Blancs n'ont eu qu'à faire échec avec 20. Fe6, menant à un mat en 2. Si 20...Rh8, 21. Dh5 mat et si 20...Tf7, 21. Dxf7 Rh8 22. Dh5 mat.


Les Noirs jouent et demeurent
«Amateur, classe A».


Claude Lessard (1969) - Simon Laflamme (1999)
1. d4 Nf6 2. c4 Nc6 3. d5 Ne5 4. Nc3 e6 5. dxe6 fxe6 6. e4 Bc5 7. Nh3 O-O 8. Bf4 Ng6 9. Bg3 d6 10. Qd2 e5 11. O-O-O Bxh3 12. gxh3 Nh5 13. Be2 Nhf4 14. Bg4 h5 15. Bf5 h4 16. Bxf4 Nxf4 17. Rhg1 (diag.) Bxf2 18. Qxf2 Nxh3 19. Qf3 Nxg1 20. Be6+ Les Noirs abandonnent 1-0




Benoît Arteau a croisé le fer avec Alexandre Filiatrault sur le troisième échiquier dans une sicilienne fermée. Les Blancs cédèrent quelques pions afin de tenter une attaque de la dame à l'aide du fou sur l'aile roi. Hélas, les Noirs ont joué avec suffisamment de précision pour faire en sorte que leur monarque soit en sécurité. Remarquez que vers la fin de partie, plutôt qu'abandonner, les Blancs auraient pu tenter d'échanger les tours et les dames pour ensuite essayer d'annuler dans une finale de fous de couleurs opposées, malgré l'infériorité numérique de pions.


13...cxb3, pourquoi pas?

Alexandre Filiatrault (1739) - Benoît Arteau (1907)
1. e4 c5 2. Nc3 Nc6 3. f4 e6 4. Bb5 Nge7 5. Nf3 g6 6. O-O Bg7 7. d3 d5 8. Ne5 O-O 9. Nxc6 bxc6 10. Ba4 Qa5 11. Bb3 Bxc3 12. bxc3 c4 13. f5 (diag.) exf5 14. Bg5 cxb3 15. Bxe7 Re8 16. Bb4 Qb6+ 17. Kh1 c5 18. Ba3 bxc2 19. Qxc2 dxe4 20. d4 cxd4 21. cxd4 Qxd4 22. Rad1 Qe5 23. Bb2 Qe6 24. Qc5 Qb6 25. Qc3 f6 26. Ba3 Re6 27. Rb1 Qc6 28. Qb4 Ba6 29. Rfc1 Qd7 30. Qa5 Rc6 31. Rxc6 Qxc6 32. Rc1 Qb5 33. Qc3 Rc8 Les Blancs abandonnent 0-1


Antoine Bérubé affrontait François Dorion dans une partie espagnole. Tarder de roquer a coûté la partie aux Noirs qui ont connu de sérieuses difficultés lorsque le fou a été cloué suite à 13. The1. D'aillleurs, suite à 13...De7?, 14. Cd5 gagne une pièce mineure dans toutes les variantes. Une autre partie ayant pris fin prématurément, la fatigue de la dernière ronde sans doute?


Ça va faire mal!

Antoine Bérubé (2168) - François Dorion (1670)
1. e4 e5 2. Nf3 Nc6 3. Bb5 d6 4. d4 Bd7 5. Nc3 exd4 6. Nxd4 Nxd4 7. Bxd7+ Qxd7 8. Qxd4 Nf6 9. Bg5 Be7 10. O-O-O h6 11. Bxf6 Bxf6 12. e5 Bxe5 13. Rhe1 Qe7 (diag.) 14. Nd5 Kd8 15. Nxe7 Les Noirs abandonnent 1-0




Une troisième partie de tournoi ne suffira pas à faire un vainqueur une bonne fois pour toute entre moi et mon bon rival François Crépault. Pour la première fois depuis longtemps, je n'ai pas utilisé l'ouverture anglaise avec les Blancs. Quant à mon adversaire il a utilisé la défense Est-indienne afin de m'empêcher de vaincre. D'ailleurs, les Noirs ont pris un léger avantage suite à 18. Tfe1 qui leur permet carrément d'enlaidir la structure de pions des Blancs après 18... Fxc4. 18. Cfd2 aurait été plus solide. D'ailleurs, cette faiblesse dans la structure de pions rendra la situation des Blancs plutôt précaire jusqu'en finale où la nulle fut conclue par triple répétition. À défaut d'avoir trouvé un plan pour vaincre, les Noirs ont opté pour la nulle. Pourtant, ce n'est pas parce qu'on ne trouve pas de plan pour gagner qu'on ne peut pas gagner... Mais bon, c'est vrai que ma cote de 1607 en fait frémir plus d'un!


Pas clair.

Dominic Cournoyer (1607) - François Crépault (1546)
1. d4 Nf6 2. Nf3 g6 3. g3 Bg7 4. Bg2 O-O 5. O-O d6 6. Bf4 Nh5 7. Be3 e5 8. c3 c6 9. dxe5 dxe5 10. Nbd2 Qc7 11. Bc5 Rd8 12. Qc2 b6 13. Ba3 Bb7 14. Rad1 c5 15. Nc4 Nc6 16. b3 Ne7 17. e4 Ba6 18. Rfe1 Bxc4 19. bxc4 Rxd1 20. Rxd1 Rd8 21. Bc1 h6 22. Bh3 Rxd1+ 23. Qxd1 Nc6 24. Ne1 Nf6 25. Qd3 Ne8 26. Nc2 Qd6 27. Bf1 Qxd3 28. Bxd3 h5 29. f3 Nd6 30. Kf2 Na5 31. Na3 a6 32. Be3 Kh7 33. h4 Bh6 34. f4 f6 35. Kf3 Kg7 36. Bd2 Kh7 37. Be3 Kg7 38. Bd2 Kh7 (diag.) Nulle ½-½




C'était le dernier tournoi estival en 2005 à Charlesbourg. Le club ferme ses portes pour deux semaines pour reprendre ses activités le 2 septembre 2005 lors du tournoi Mémorial Robin-Girard, inscriptions à 18h, première ronde à 19h. Centre culturel et communautaire de Charlesbourg, 7575 boulevard Henri-Bourassa à Québec. Au coin de la 76e rue, métrobus #801, station 76e rue.