Encore quelques surprises cette semaine, en troisième ronde du Montcalm 1, dont une de grande taille. Au premier échiquier, Claude semblait en fort mauvaise posture après qu’il eut sacrifié la qualité peu après l’ouverture. Les pièces triplées de Nicolas sur la colonne ouverte c ne lui ont pourtant rien rapporté, au contraire : Claude a regagné sa qualité, puis repris l’avantage jusqu’à gagner une pièce, et finalement réussir un joli mat.

Nicolas Audet-Bouchard (2146) – Claude Lessard (1977)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.Fb5+ Fd7 4.Fxd7+ Cxd7 5.0-0 g6 6.c3 c4 7.Da4 Tc8 8.Te1 e5 9.b3 cxb3 10.axb3 a6 11.d4 exd4 12.cxd4 Tc6 13.d5 Txc1 14.Txc1 Fg7 15.Ta2 Cgf6 16.Cbd2 0-0 17.Dc4 De7 18.Dc7 Tb8 19.Tac2 Ce8 20.Da5 Cc5 21.Db4 Cd3 22.Db6 Cxc1 23.Txc1 Dd7 24.h3 Tc8 25.Cc4 Db5 26.De3 Dc5 27.Te1 Dxe3 28.Txe3 b5 29.Ca5 Tc3 30.Te1 Td3 31.Tc1 Fc3 32.Cb7 Rf8 33.Rf1 Fb4 34.Ta1 Cf6 35.Txa6 Cxe4 36.Ta8+ Rg7 37.Cd8 Cc3 38.Cc6 Cxd5 39.Tb8 Td1+ 40.Re2 Cc3+ 41.Re3 Fc5+ 42.Cfd4 b4 43.Tb7 h5 44.g4 hxg4 45.hxg4 g5 46.Tb8 Rf6 47.f3 Cd5+ 48.Re4 Cf4 49.Re3 Td3+ 50.Rf2 Fxd4+ 51.Re1 Fc3+ 52.Rf2 Td2+ 53.Rf1 Ce2 54.Cxb4 Cg3+ 55.Rg1 Fd4 mat. 0-1.

Au deuxième échiquier, Gaétan et Christian se sont livré un match nul sans histoire :

Gaétan Lapierre (1885) – Christian Marquardt (2075)

1.e4 c6 2.d4 d5 3.exd5 cxd5 4.Fd3 Cc6 5.c3 Cf6 6.h3 g6 7.Cf3 Fg7 8.Ff4 0-0 9.Cbd2 Cd7 10.0-0 e5 11.dxe5 Cdxe5 12.Cxe5 Cxe5 13.Cf3 Cxd3 14.Dxd3 Ff5 15.Dd2 Te8 16.Cd4 Fxd4 17.cxd4 Tc8 18.Tac1 Db6 19.Tfe1 Txc1 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au troisième, Michel a exploité le retard de développement de Sébastien pour forcer le mat peu après les vingt coups :

Michel Valley (2002) – Sébastien Caron (1858)

1.d4 c5 2.d5 e6 3.c4 Cf6 4.Cc3 exd5 5.cxd5 d6 6.Cf3 g6 7.g3 Fg7 8.Fg2 b5 9.Cxb5 Da5+ 10.Cc3 Ce4 11.0-0 Cxc3 12.bxc3 Fxc3 13.Ff4 Dd8 14.Tc1 Fg7 15.Cd2 a5 16.Cc4 Ta6 17.Db3 Dc7 18.De3+ Rf8 19.Cxd6 Fd7 20.Txc5 Da7 21.Tc8+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Le quatrième échiquier a été le théâtre d’une surprise qui sera difficile à battre cette année : Vladimir n’a pas obtenu une attaque suffisante pour son sacrifice sur le roque blanc, et François n’a jamais craqué, cherchant patiemment le moyen de mettre son roi à l’abri des échecs de la dame noire. Bravo, François !

François Dorion (1684) – Vladimir Gaspariants (2307)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Cc3 Cf6 4.Fb5 Fb4 5.Fxc6 dxc6 6.0-0 Fg4 7.h3 Fh5 8.De2 De7 9.a3 Fd6 10.d3 h6 11.Fe3 g5 12.d4 g4 13.hxg4 Fxg4 14.Tfe1 0-0-0 15.Tad1 Tdg8 16.b4 Fh3 17.g3 Ch5 18.d5 f5 19.dxc6




Cxg3 20.cxb7+ Rb8 21.fxg3 Txg3+ 22.Rh2 Tg2+ 23.Dxg2 Fxg2 24.Rxg2 Tg8+ 25.Rf2 f4 26.Fc1 Fc5+ 27.Re2 Tg2+ 28.Rd3 Tg3 29.Tf1 Fd4 30.Ce2 Th3 31.Cxd4 Dd6 32.Re2 exd4 33.Txd4 Df6 34.e5 Dg6 35.Fxf4 Dxc2+ 36.Cd2 Df5 37.Te4 De6 38.Fe3 Th2+ 39.Tf2 Txf2+ 40.Fxf2 h5 41.Cf3 Da2+ 42.Rf1 Db1+ 43.Te1 Dd3+ 44.Rg2 Dg6+ 45.Fg3 Dc2+ 46.Rf1 Df5 47.Rf2 De6 48.Cd4 Dc4 49.Te4 Dd3 50.Tf4 Dd2+ 51.Ce2 Da2 52.Te4 Dd5 53.Te3 De6 54.Cf4 Da2+ 55.Rf3 Db1 56.e6 Df1+ 57.Ff2 Dd1+ 58.Te2 Dh1+ 59.Cg2 Dh3+ 60.Fg3 Dg4+ 61.Rf2 Dd4+ 62.Rf1 Df6+ 63.Rg1 De7 64.Fh4 De8 65.e7 Rxb7 66.Td2 et les Noirs abandonnèrent, incapables de stopper le pion e. 1-0.

Au cinquième échiquier, une autre nulle rapide entre Alexandre et Bertrand :

Alexandre Filiatrault (1817) – Bertrand Auger (1996)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Fb4 4.e5 Ce7 5.Cf3 c5 6.Fd2 Fxc3 7.Fxc3 b6 8.a4 Fa6 9.Fxa6 Cxa6 10.De2 Cc7 11.b4 c4 12.Fd2 a6 13.c3 Dd7 14.Fg5 h6 15.Fxe7 Rxe7 16.g4 h5 et la nulle fut conclue là-dessus. 1/2-1/2.

Au sixième, Dominic, décidément en net progrès, a eu raison d’un autre François en finale :

Dominic Cournoyer (1590) – François Moisan (1876)

1.c4 Cf6 2.Cc3 g6 3.Cf3 Fg7 4.g3 0-0 5.Fg2 d6 6.0-0 c5 7.d4 Cfd7 8.Fe3 Cc6 9.Tc1 a6 10.a3 Tb8 11.dxc5 Cxc5 12.b4 Ce6 13.Dc2 Ced4 14.Cxd4 Cxd4 15.Dd1 e5 16.Fxd4 exd4 17.Cd5 Fd7 18.Dd3 b5 19.c5 dxc5 20.Txc5 Ff5 21.Fe4 Fxe4 22.Dxe4 Te8 23.Df3 Tc8 24.Tfc1 Txc5 25.Txc5 Te5 26.h4 f5 27.Cf4 Txc5 28.bxc5 Fe5 29.Cd3 Fc7 30.Dc6 Rf7 31.Dxa6 De7 32.Dc6 Rf8 33.Cb4 Fe5 34.Dxb5 d3 35.Dxd3 Dxc5 36.Dd8+ Rg7 37.Dd5 Dc3 38.Cd3 Ff6 39.Dc5 Dd2 40.Cf4 Rh6 41.Rg2 Dd7 42.Dd5 Da7 43.Dd2 Rg7 44.De3 Db7+ 45.Rh2 Da6 46.Ce6+ Rf7 47.Cf4 Fe7 48.Db3+ Re8 49.a4 g5 50.hxg5 Fxg5 51.Db5+ Dxb5 52.axb5 Rd7 53.Rg2 Rd6 54.Rf3 Ff6 55.Cd3 Rc7 56.Rf4 Rb6 57.Rxf5 et les Blancs gagnèrent. 1-0.

Avant de vous décrire la partie du septième échiquier, j’aimerais vous raconter une anecdote : Il y a une dizaine d’années, je me trouvais au parc Scott, dans le quartier St-Jean-Baptiste, où un jeu d’échecs semblable à ceux des « Echecs au soleil » avait été disposé. Un inconnu me propose de jouer une partie et, après m’avoir gagné un bon pion, me force à l’abandon. C’était Bastien Chouinard, qu’on a par la suite vu au club Montcalm, trop rarement d’ailleurs. Le voici de retour cette année, toujours aussi difficile à battre :

Richard Sauvé (1864) – Bastien Chouinard (1618)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Cc6 4.Cf3 d5 5.cxd5 exd5 6.Fg5 Fe7 7.e3 h6 8.Fxf6 Fxf6 9.Fd3 0-0 10.0-0 Cb4 11.Fe2 Ff5 12.a3 Cc6 13.Db3 Ce7 14.Dxb7 Tb8 15.Dxa7 Txb2 16.Tfd1 c6 17.Fd3 Tb3 18.Fxf5 Cxf5 19.Tdc1 Dd6 20.Da4 Tfb8 21.g4 Ch4 22.Cxh4 Fxh4 23.Cd1 Dg6 24.h3 T8b6 25.Da8+ Rh7 26.Dc8 Fe7 27.a4 Fa3 28.Tc3

Il ne me restait que deux minutes pour atteindre le 30è coup. Ma position tient-elle ?



…Txc3 29.Cxc3 Tb3 30.Ce2 Fb2 31.Tf1 Fa3 32.a5 Fd6 33.Ta1 Tb1+ 34.Txb1 Dxb1+ 35.Rg2 De4+ 36.f3 Dxe3 37.Df5+ Rg8 38.Dc2 Fb4 39.a6 Fe1 40.Cg3 Dxd4 41.Cf5 Da7 42.De2 Fb4 43.De8+ Rh7 44.Dxc6 d4 45.Db7 Fc5 46.Dxa7 Fxa7 47.Cd6 Rg6 48.Cb5 d3 49.Rf1 Fe3 50.a7 Fxa7 51.Cxa7 Rg5 52.Cb5 Rf4 53.Rf2 f6 54.Cc3 g6 55.Cd1 h5 56.Cb2 d2 57.gxh5 gxh5 58.h4 Re5 59.Re3 Rf5 60.Cd1 Re5 61.Cf2 Rf5 62.f4 d1=D 63.Cxd1 Rg4 64.Cf2+ Rxh4 65.Rf3 f5 66.Ch1 Rh3 67.Cg3 et les Noirs abandonnèrent. Ouf! 1-0.

Au huitième échiquier, Alain-Nicolas a réussi, à la longue, à percer l’armure du roi de Nicolas :

Nicolas Fillion (1575) – Alain-Nicolas Potvin (1821)

1.Cf3 g6 2.e4 Fg7 3.d4 d6 4.c4 Cf6 5.Cc3 0-0 6.Fe2 Fg4 7.0-0 Cc6 8.Fe3 e5 9.d5 Ce7 10.Ce1 Fxe2 11.Dxe2 Dd7 12.f3 Ch5 13.Cd3 f5 14.Rh1 f4 15.Fg1 g5 16.c5 Tf6 17.Ff2 Th6 18.h3 Cg6 19.Tfc1 a6 20.b4 Ch4 21.Fe1 Tf8 22.Rg1 Cg3 23.Fxg3 fxg3 24.b5 axb5 25.cxd6 cxd6 26.Cb4 Tf7 27.Cxb5 Cxg2 28.Dxg2 Dxb5 29.Tab1 Thf6 30.Tb3 Db6+ 31.Rh1 Df2 32.Tf1 Dxg2+ 33.Rxg2 h5 34.Rxg3 g4 35.hxg4 hxg4 36.Te1 gxf3 37.Rf2 Fh6 38.Tg1+ Rf8 39.Tg3 Fd2 40.Cd3 Fa5 41.Tb5 Fc3 42.Ce1 Fd4+ 43.Rf1 f2 44.Cd3 Th6 et les Blancs abandonnèrent. 0-1

Position finale :



Et pour terminer, voici la jolie victoire d’André contre Stéphane :

Stéphane Gagnon (1451) – André Bourassa (1628)


1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fg5 e5 7.Cb3 Fe7 8.Dd2 b5 9.a3 0-0 10.0-0-0 Cbd7 11.Rb1 Db6 12.f3 Td8 13.g4 Cc5 14.Df2 Cxg4 15.fxg4 Fxg5 16.Cd5 Da7 17.Ca5 Cxe4 18.Dxa7 Txa7 19.Cc6 Fxg4 20.Cxa7 Fxd1 21.Fd3 Cd2+ 22.Rc1 Ff3 23.Tg1 Fh6 24.Ce7+ Rh8 25.Cf5 Cc4+ 26.Cxh6 gxh6 27.Tg3 e4 28.Cc6 exd3 29.Txf3 d2+ 30.Rd1 Te8 31.Tf1 Ce3+ 0-1