Les résultats détaillés du Zukertort (après la quatrième ronde du 17 mai) nous seront bientôt donnés dans l'espace habituel. Mais à vue de nez, et avec toute l'impartialité dont je suis capable, je crois pouvoir annoncer que l'excellente équipe des Ripoux, dirigée par François Caire, a maintenant pris la tête du tournoi!

Les Ripoux ont en effet battu le Brut 33 de Stéphane Drolet, grâce surtout à leurs solides joueurs du bas du tableau: Les trois premiers échiquiers, eux, n'ont pu faire mieux que ½ en 3!

Parlant de la demie, la voici: Il n'est pas facile de percer la carapace de Stéphane Drolet. François n'a pu le faire, malgré une initiative soutenue:

François Caire (2075) - Stéphane Drolet (2121)

1.d4 d5 2.Cf3 Cf6 3.c4 c6 4.Cc3 dxc4 5.a4 Ff5 6.e3 e6 7.Fxc4 Fb4 8.0-0 Cbd7 9.De2 Fg4 10.h3 Fh5 11.Td1 0-0 12.e4 Fg6 13.Fd3 Da5 14.Fd2 Tfd8 15.e5 Fxd3 16.Dxd3 Cd5 17.Cg5 Cf8 18.Df3 Td7 19.h4 Dd8 20.h5 h6 21.Cge4 Fe7 22.Dg4 Rh8 23.Cxd5 cxd5 24.Cc3 offrant la nulle; les Noirs acceptèrent. ½-½.

Les Pitbulls sont de retour en force! Ils ont nettement défait les Incorruptibles de Stéphane Beaudoin. Leur capitaine, Claude Lessard, a une fois de plus tenté un sacrifice audacieux, arrachant l'initiative pendant un bon moment. A bout de munitions et souffrant toujours d'un déficit matériel, il a dû prendre l'échec perpétuel contre le champion de Charlesbourg:

Claude Lessard (2016) - Stéphane Beaudoin (2126)

1.e4 g6 2.d4 Fg7 3.Cc3 d6 4.f4 Cf6 5.Cf3 0-0 6.Fc4 Cxe4 7.Fxf7+ Txf7 8.Cxe4 h6 9.0-0 Fg4 10.c3 Cd7 11.Dd3 e5 12.h3 Fxf3 13.Txf3 d5 14.dxe5 dxe4 15.Dxe4 Cf8 16.Dxb7 c5 17.De4 Tb8 18.b3 Dd1+ 19.Tf1 Dh5 20.Fe3 Ce6 21.Tad1 Te8 22.Dc6 Tfe7 23.Td7 Rh7 24.Txa7 Txa7 25.Dxe8 Df5 26.a4 Tb7 27.a5 Txb3 28.a6 Cc7 29.Dc6 Cxa6 30.Dxa6 Txc3 31.Te1 De4 32.Ff2 Dxf4 33.e6 Tc2 34.Fxc5 Txc5 35.e7 Fd4+ 36.Rh1 Fe5 37.Dxg6+ Rxg6 38.e8=D+ Rh7 39.De7+ Rg6 40.De8+ Rh7 et la nulle fut conclue. ½-½.

Au deuxième échiquier, première victoire de Martin Fecteau: Après le 33è coup blanc, Denis Robitaille perd du matériel (Si...Fe7 34.Te1), sans compter le problème de l'activation de sa tour h8.

Martin Fecteau (2013) - Denis Robitaille (1851)

1.e4 e6 (Enfin, Denis a adopté une ouverture sérieuse, me disais-je.) 2.d4 a6 (Oubliez ce que j'ai dit.) 3.Cf3 b5 4.Fd3 Fb7 5.0-0 c5 6.c3 Cf6 7.Cbd2 h6 8.e5 Cd5 9.Ce4 cxd4 10.Cxd4 Cc6 11.Cxc6 Fxc6 12.Dh5 Fe7 13.Rh1 Rf8 14.f4 f5 15.exf6 Cxf6 16.Cxf6 Fxf6 17.Fe3 Rg8 18.Fg6 Df8 19.f5 e5 20.Dd1 d5 21.Db3 Dd6 22.Tad1 Rf8 23.Dc2 Tc8 24.b4 d4 25.cxd4 exd4 26.Dd2 Dd5 27.Ff4 Dd7 28.Df2 Td8 29.Dg3 Dd5 30.Tf2 Fe8 31.Tc1 d3 32.Td2 De4 33.Fd6+ et les Noirs baissèrent pavillon. 1-0.

Simon Laflamme avait atteint une cote de 1999 il y a quelques mois, avant de connaître quelques mésaventures qui l'ont fait reculer de façon substantielle. Mais de la manière dont il joue ces temps-ci, il ne devrait plus devoir attendre longtemps son titre d'expert:

Richard Sauvé (1924) - Simon Laflamme (1920)

1.d4 Cf6 2.c4 Cc6 (Encore ce système bizarre, pour lequel Simon s'est pris d'affection. Je l'ai abordé de la même manière qu'au Championnat Invitation de Charlesbourg 2003, mais avec beaucoup moins de succès cette fois-ci.) 3.Cc3 e5 4.d5 Ce7 5.e4 Cg6 6.Fe3 Fb4 7.Fd3 Fxc3+ 8.bxc3 d6 9.c5 Cd7 10.cxd6 cxd6 11.Ce2 Dc7 12.0-0 0-0 13.c4 Cc5 14.Cc3 b6 15.Cb5 De7 16.Fxc5 bxc5 17.f3 Cf4 18.g3 Cxd3 19.Dxd3 f5 20.Tab1 fxe4 21.fxe4 Fh3 22.Tf3 a6 23.Cc3 Txf3 24.Dxf3 Tf8 25.Dh5 Dd7 26.Te1 Fg4 27.Dg5 Df7 28.De3 Fh3 29.De2 h5 30.Cd1 Fg4 31.Dg2 Fxd1 32.Txd1 Df3 33.Dxf3 Txf3 34.Tb1 Tc3 35.Tb6 Txc4 36.Txd6 Txe4 37.Txa6 Td4 38.d6 Rf7 39.Tc6 Td5 40.Rf2 Re6 41.Re3 Rd7 42.Tc7+ Rxd6 43.Txg7 c4 44.Ta7 c3 45.Ta6+ Rc7 46.Ta7+ Rb6 47.Ta3 Tc5 48.Tb3+ Rc6 49.Tb1 Rd5 50.h3 Rc4 51.Tc1 Td5 52.g4 Td3+ 53.Re4 hxg4 54.hxg4 Td4+ 55.Rf5 Tf4+ 56.Rxe5 Txg4 57.a4 Rd3 58.Ta1 c2 59.a5 Rd2 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Je ne puis malheureusement ajouter ici les parties du troisième échiquier, qui furent les dernières de la soirée à se conclure. Mathieu Godbout a triomphé de Sébastien Nadeau, faisant valoir son pion de plus en toute fin de partie. Yvon Poliquin, lui, a également soutiré le gain in-extremis alors que des fous de couleur différente pouvaient donner des espoirs de nulle à Gaétan Lapierre.

À la semaine prochaine, alors que les blancs Ripoux feront face aux noirs Pitbulls, et les purs Brut 33, aux obscurs Incorruptibles!