Oui, l'équipe dont j'ai l'honneur d'être le capitaine a pris la tête de l'Olympiade de Charlesbourg lundi soir dernier, grâce à une brillante victoire de 6 ½ à 2 ½ sur le pourtant coriace Grand Roque de François Caire, qui menait jusqu'alors. De leur côté, les équipiers de Stéphane Beaudoin remportaient une lutte serrée, 5 à 4, contre les troupes de Paul Marquis. Les résultats détaillés devraient d'ailleurs bientôt apparaître sur quebecechecs.com.

Même si sa formation n'occupe pour l'instant que le troisième rang, Stéphane Beaudoin est en route pour une performance remarquable au premier échiquier, avec 3 ½ en 4 jusqu'à présent. Voici sa plus récente victoire, une Bénoni "roulette russe" (je crois que c'est ainsi qu'on appelle cette variante où les Blancs répondent 6.exd5 au lieu de 6.cxd5, ouvrant entièrement la colonne e):

Paul Marquis (1974) - Stéphane Beaudoin (2016)

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 d6 4.Cc3 e6 5.e4 exd5 6.exd5 Fe7 7.Fd3 0-0 8.Cge2 Cbd7 9.Ff4 Te8 10.Cb5 Cf8 11.0-0 Cg6 12.Fg3 Ch5 13.f4 Fg4 14.Cbc3 Ff6 15.Dc2 Cxg3 16.hxg3 Te3 17.Ff5 Fxe2 18.Cxe2 De7 19.Tae1 Te8 20.Fd3 Txg3 21.Cxg3 Fd4+ 22. Les Blancs abandonnent: 0-1.

Pendant ce temps, je ne sais quelle mouche me piquait, mais on aurait dit que je me prenais pour Mikhail Tal lui-même, sacrifiant témérairement un cavalier, moi qui suis un si douteux joueur d'attaque. Notez qu'un aréopage d'experts n'a pu trouver le coup 21...Fd5 qui menait à une finale égale. Il a fallu Fritz...

Richard Sauvé (1907) - François Caire (2118)

1.d4 d5 2.c4 dxc4 3.Cf3 Cf6 4.e3 e6 5.Fxc4 c5 6.0-0 a6 7.a4 Cc6 8.De2 cxd4 9.Td1 Fe7 10.exd4 0-0 11.Cc3 Cb4 12.Fg5 b6 13.Fxf6 Fxf6 14.d5 De7 15.d6 Dd8 16.Ce4 Fb7 17.Cxf6 Dxf6 18.Ce5 Tfd8 19.Ta3 Tac8 20.Cxf7!? Rxf7 21.Te3 Rf8? (21...Fd5! était le seul coup qui permettait aux Noirs de tenir) 22.d7 Tb8 23.Txe6 Dg5 24.g3 g6 25.Txb6 Fd5 26.Txb8 Txb8 27.Fxd5 Cxd5 28.Df3+ Re7 29.Dxd5 Dxd5 30.Txd5 Rd8 31.Td6 Txb2 32.Txa6 Rxd7 et les Noirs abandonnèrent sans attendre 33.Ta7+ puis Txh7. La finale de tours avec trois pions de moins était sans espoir. 1-0.

Outre Stéphane Beaudoin, deux autres joueurs ont atteint 3 ½ points jusqu'à maintenant, les Monarques Martin Fecteau et Francis Thériault. Le nom "Les Monarques" est d'ailleurs une idée de Martin. Je n'ai malheureusement pas sa partie sous la main, aussi présenterai-je l'autre combat du deuxième échiquier:

Claude Lessard (1878) - Martin Glode (1874)

1.d4 g6 2.g3 Fg7 3.Fg2 d6 4.Cf3 Cf6 5.0-0 0-0 6.Cbd2 Cbd7 7.b3 e5 8.c4 Te8 9.Fb2 c6 10.Tc1 De7 11.e3 exd4 12.exd4 d5 13.Te1 Dd8 14.Txe8+ Dxe8 15.Ce5 Cb6 16.cxd5 Cbxd5 17.Cdc4 Fe6 18.Dd2 Td8 19.Da5 a6 20.Cd3 Ff8 21.Dd2 Cc7 22.Te1 Cb5 23.Cf4 Fh6 24.De3 Dd7 25.a4 Cxd4 26.Fxd4 Fxf4 27.Dxf4 Dxd4 28.Dc7 Cg4 29.Tf1 Td7 30.Db8+ Rg7 31.h3 Fxc4 32.bxc4 Ce5 33.Tb1 Cd3 34.Txb7 et la nulle est conclue: ½-½.


Et maintenant le spectaculaire duel du quatrième échiquier opposant le représentant des Monarques à celui du Grand Roque: Un combat où le vent a tourné plus d'une fois!

Sébastien Caron (1727) - Dominic Coulon (1689)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 e6 6.Fe2 a6 7.Fe3 Fe7 8.f4 Dc7 9.g4 Cc6 10.g5 Cxd4 11.Fxd4 e5 12.gxf6 exd4 13.fxg7?? (Cd5! gagnait une pièce) Fh4+ 14.Rf1 Fh3+ 15.Rg1 dxc3?? (...Tg8! gagnait pour les Noirs) 16.gxh8=D+ Re7 17.Dhd4 Tg8+ 18.Fg4 Fxg4 19.D1d3 Ff3+ 20.Rf1 Fxh1 21.bxc3 Ff6 22.e5 Fg2+ 23.Rf2 dxe5 24.fxe5 Fxe5 25.Dxe5 Dxe5 26.Te1 et les Noirs abandonnent. 1-0.

Encore deux rondes à faire, et personne n'a dit son dernier mot. A lundi prochain!