Quatre rondes sont maintenant complétées au Montcalm 5, et trois participants se détachent avec des scores de 3 ½ : Réjean Tremblay, Antoine Bérubé et Bertrand Auger. C’est donc l’un de ces trois joueurs qui méritera la qualification automatique pour le championnat invitation du club cette année. Conclusion la semaine prochaine, alors que Réjean fera face à Bertrand, tandis qu'Antoine devrait affronter Nicolas Audet-Bouchard.

Jouant la Benoni contre Antoine au premier échiquier, Réjean a sacrifié deux pièces contre le roque de ce dernier alors que les deux joueurs étaient en plein zeitnot. Il obtint ainsi un échec perpétuel, mais pas davantage.

Antoine Bérubé (2125) – Réjean Tremblay (2234)

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 d6 4.Cc3 g6 5.e4 Fg7 6.Cf3 0-0 7.Fd3 e6 8.0-0 exd5 9.cxd5 a6 10.a4 Cbd7 11.Ff4 Dc7 12.Cd2 Ch5 13.Fg5 Tb8 14.a5 Te8 15.Cc4 b5 16.axb6 Cxb6 17.Dc2 h6 18.Fd2 Cf6 19.Tfe1 Cxc4 20.Fxc4 Db6 21.Tab1 Cg4 22.b3 Dd8 23.h3 Ce5 24.Fe2 Dh4 25.f4 Fxh3 26.fxe5 Fxe5 27.Dd3 Fxg2 28.Rxg2 Dh2+ 29.Rf1 Dh1+ 30.Rf2 Dh2+ 31.Rf1 Dh1+ nulle. 1/2-1/2.

Antoine a cessé de noter ses coups pendant le zeitnot, en contradiction avec le règlement puisque la partie se jouait à cadence incrémentée. Cependant, l’arbitre n’était pas dans la salle à ce moment, et Réjean a déposé sa plainte après le contrôle du 30è coup. Pour ceux que cela intéresserait, l’affaire est discutée dans le babillard de quebecechecs.com, au sujet : « Clarté des règlements sur la notation des coups et sanction. »

La partie du deuxième échiquier fut la dernière de toutes à prendre fin. La position semblait si fermée pendant un bon moment que je m’attendais à une nulle, mais les deux joueurs étaient prêts à prendre des risques, et c’est Nicolas qui a eu le meilleur sur François lorsque la position s’est ouverte. Belle victoire pour Nicolas, à qui il restait pourtant moins de temps qu’à François dans le dernier droit :

François Caire (2201) – Nicolas Audet-Bouchard (2057)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 Fb4+ 4.Cbd2 b6 5.a3 Fxd2+ 6.Fxd2 Fb7 7.Fg5 h6 8.Fh4 d6 9.e3 Cbd7 10.Cd2 De7 11.f3 c5 12.Fd3 0-0 13.0-0 e5 14.d5 b5 15.b3 g5 16.Ff2 a5 17.cxb5 Cxd5 18.Dc2 a4 19.Cc4 C7b6 20.e4 Cxc4 21.bxc4 Cf4 22.Tfd1 Ce6 23.Tac1 Tfc8 24.Dd2 Dc7 25.Fb1 Cd4 26.Tc3 Rg7 27.g3 f6 28.h4 Df7 29.Rg2 Rh7 30.Th1 Tg8 31.g4 De6 32.Fe3 Taf8 33.Fc2 Tg7 34.Fd1 Tfg8 35.Rg3 f5 36.exf5 gxh4+ 37.Rh2 Df6 38.Fxd4 exd4 39.Td3 d5 40.cxd5 Dd6+ 41.f4 Fxd5 42.Te1 Te7 43.Th3? Txe1 44.Dxe1 Dxf4+ 45.Rg1 Txg4+ 46.Fxg4 Dxg4+ 47.Tg3 Dxg3+ et les Blancs jetèrent l’éponge. 0-1.

Au troisième échiquier, Bertrand, qui semble bien avoir retrouvé tout son venin, a remporté une victoire convaincante sur Claude qui lui, n’était pas à son meilleur :

Claude Lessard (1964) – Bertrand Auger (1918)

1.d4 e6 2.Cf3 Cf6 3.e3 b6 4.Fd3 Fb7 5.0-0 Fe7 6.c4 0-0 7.Cbd2 d5 8.b3 Cbd7 9.Fb2 c5 10.Tc1 Tc8 11.Fb1 Ce4 12.Cxe4 dxe4 13.Cd2 f5 14.f3 cxd4 15.Fxd4 e5 16.Fc3 Fc5 17.De2 Dg5 18.Tce1 f4 19.Fxe4 fxe3 20.Cb1 Fxe4 21.fxe4 Tf2 et les Blancs baissèrent pavillon. 0-1.

C’est la finale de tours qui fut passionnante au quatrième échiquier : Huy Hao me disait après la partie qu’il ne voyait pas comment tenir le coup si François avait continué par 43.Rc7 Re7 44.Ta2! (menaçant 45.Te2+) et, ma foi, je crois qu’il avait raison.

François Moisan (1937) – Huy Hao Dao (1664)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 e5 6.Cdb5 d6 7.Fg5 a6 8.Fxf6 gxf6 9.Ca3 b5 10.Cd5 f5 11.Fd3 Fe6 12.c3 Fg7 13.Cc2 0-0 14.Cde3 f4 15.Cf5 Fxf5 16.exf5 e4 17.Fxe4 Te8 18.Dd5 De7 19.Dxc6 Tac8 20.Dd5 Tc5 21.Dd3 d5 22.0-0-0 dxe4 23.Dd6 Dxd6 24.Txd6 a5 25.Thd1 Txf5 26.T1d5 Tfe5 27.Cd4 Txd5 28.Txd5 Fxd4 29.cxd4 Tc8+ 30.Rd2 Tc4 31.b3 e3+ 32.fxe3 fxe3+ 33.Rxe3 Tc2 34.Txb5 Txa2 35.d5 Rf8 36.Rf3 Re7 37.Tb7+ Re8 38.Ta7 Ta3 39.Rf4 Txb3 40.Txa5 Tb2 41.Re5 Txg2 42.Rd6 Tg6+ et la nulle fut conclue (!?) . 1/2-1/2.

Au cinquième échiquier, l’autre Bertrand a encore fait parler de lui, disposant d’un Gaétan pourtant en bonne forme ces temps-ci. Mais Gaétan a été incapable de jouer ses trente coups dans le temps requis, comme il lui arrive souvent dans les positions complexes :

Bertrand Fortier (1642) – Gaétan Lapierre (1918)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Fd3 g6 4.c3 Fg7 5.Cf3 0-0 6.h3 c5 7.0-0 Ca6 8.d5 Tb8 9.De2 Cc7 10.a4 e5 11.Fe3 Ch5 12.Fg5 f6 13.Fe3 Cf4 14.Fxf4 exf4 15.Cbd2 Rh8 16.Rh2 Te8 17.Dd1 De7 18.Dc2 Ff8 19.Th1 Fd7 20.c4 Ted8 21.Tae1 Ce8 22.Ch4 Df7 23.e5 fxe5 24.Ce4 Fe7 25.Cf3 h6 26.Cxc5 Ff5 27.Fxf5 Dxf5 mais le drapeau des Noirs était déjà tombé. 0-1.

Au sixième échiquier, Jean-François est sorti vainqueur d’un duel tactique (« catch as catch can », dirait-on en anglais) contre Alex :

Alex Létourneau (1629) – Jean-François Dion (1917)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f3 0-0 6.Fe3 e5 7.Cge2 Cc6 8.Dd2 Ce8 9.Cd5 f5 10.Fg5 Cf6 11.dxe5 Cxe5 12.Cec3 Fe6 13.f4 Ced7 14.0-0-0 fxe4 15.Cxe4 Cxe4 16.Fxd8 Cxd2 17.Cxc7 Cxf1 18.Cxe6 Ce3 19.Td3 Cxc4 20.Cxf8 Fxb2+ 21.Rb1 Rxf8 22.Fc7 Fa3 23.Ra1 Tc8 24.Txa3 Cxa3 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Voici maintenant une autre solide démonstration de Pierre, qui ne semble pas du tout rouillé après une pause de plusieurs années. Il a triomphé de Paul au septième échiquier :

Paul Cummins (1581) – Pierre Lemieux (1871)

1.d4 Cf6 2.Fg5 g6 3.Cf3 Fg7 4.Cbd2 d6 5.e4 0-0 6.h3 Cbd7 7.c3 Te8 8.Fc4 e5 9.Db3 De7 10.Fe3 Cb6 11.Fd3 Fe6 12.Dc2 Ch5 13.dxe5 dxe5 14.g3 Tad8 15.Cg5 Ff8 16.Fe2 Fh6 17.h4 Cf6 18.0-0-0 Cg4 19.Fxg4 Fxg4 20.f3 Fd7 21.Tde1 Fb5 22.c4 Fa4 23.Cb3 Db4 24.Rb1 Cxc4 25.Cxf7 Fxe3 26.Cxd8 Txd8 27.Txe3 Cxe3 28.Dxc7 Dd6 29.Dxb7 Dd3+ et les Blancs rendirent les armes. 0-1.

Dominic a réussi un bel exploit au huitième échiquier, défaisant le solide Réal au bout d’une longue finale. Malheureusement pour Réal, l’un des avantages du cavalier sur le fou, c’est qu’il peut contrôler n’importe quelle case, y compris la case de promotion d’un pion tour, ce que le fou ne peut faire une fois sur deux :

Réal Bisson (1743) – Dominic Cournoyer (1346)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 d6 5.Cc3 Cf6 6.Fe2 a6 7.0-0 g6 8.Fe3 Fg7 9.Cxc6 bxc6 10.e5 dxe5 11.Dxd8+ Rxd8 12.Fb6+ Re8 13.Tad1 Ff5 14.Td2 Cd7 15.Fe3 Tb8 16.Ca4 Fe6 17.Tfd1 f5 18.g3 a5 19.b3 Cf6 20.Cc5 Ff7 21.Ca6 Tc8 22.Fb6 Cd5 23.Fxa5 Fe6 24.c4 Cf6 25.Cc5 Rf7 26.Fc3 Fh6 27.Td3 e4 28.Td4 Ta8 29.a4 Thb8 30.b4 Ce8 31.Cxe6 Rxe6 32.c5 Rf7 33.Fc4+ Rf8 34.Td7 Txa4 35.Td8 Taa8 36.T8d7 Fg7 37.Fxg7+ Cxg7 38.b5 cxb5 39.Fd5 Ta3 40.c6 Ce8 41.Tc1 Tc8 42.c7 Ta7 43.Tc5 Taxc7 44.Tdxc7 Txc7 45.Txb5 Cd6 46.Tb8+ Tc8 47.Txc8 Cxc8 48.h4 e5 49.Rf1 Cd6 50.Re2 Re7 51.Re3 Rf6 52.f3 exf3 53.Rxf3 e4+ 54.Rf4 h6 55.Re3 Cf7 56.g4 Ce5 57.gxf5 gxf5 58.Rf4 Cd3+ 59.Re3 Rg6 60.Fxe4 fxe4 61.Rxe4 Cc5+ 62.Rf4 Rh5 63.Rg3 Ce4+ 64.Rh3 Rg6 65.Rg4 h5+ 66.Rf4 Cc5 67.Re5 Cd3+ 68.Re4 Cf2+ 69.Rf4 Rf6 70.Rf3 Cg4 71.Rf4 Ce5 72.Re4 Cg6 73.Rf3 Cxh4+ 74.Rg3 Rg5 75.Rh3 Cf5 76.Rg2 h4 77.Rh3 Rf4 78.Rg2 Rg4 79.Rh2 h3 80.Rg1 Rg3 81.Rh1 Cd6 82.Rg1 Ce4 et les Blancs se résignèrent à l’inévitable. 0-1.

Enfin, au neuvième échiquier, j’ai pu profiter contre Karl de l’avantage de la paire de fous et de bons pions centraux. Karl devait concéder la qualité contre un pion, mais sa gaffe du 23è coup coûtait une tour entière :

Richard Sauvé (2047) – Karl Bender (1598)

1.d4 d5 2.c4 c6 3.Cc3 Cf6 4.e3 e6 5.Cf3 dxc4 6.Fxc4 Fb4 7.0-0 0-0 8.a3 Fxc3 9.bxc3 Cbd7 10.Dc2 c5 11.e4 Cb6 12.Fe2 cxd4 13.cxd4 h6 14.a4 Fd7 15.a5 Tc8 16.Db3 Ca8 17.Fd3 Fc6 18.Te1 b6 19.Fa3 Te8 20.Ce5 Dxd4 21.Fb2 Dd8 22.Cxc6 Txc6 23.Fb5 Td6? 24.e5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.