Le Championnat invitation du club Montcalm s'est mis en branle jeudi le 28. Au premier échiquier, François, le champion sortant, m’a surpris en… jouant la même variante que d’habitude! Il a pris l’avantage peu après le 15è coup et, dédaignant une finale qui aurait pu être difficile à gagner malgré le pion de plus (s’il avait joué 24…Dxf6), il a courageusement abandonné sa dame pour obtenir en échange une tour, une pièce mineure et pion passé qui lui ont apporté une victoire plus certaine :

Richard Sauvé (1932) – François Caire (2182)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Dc2 0-0 5.a3 Fxc3+ 6.Dxc3 b6 7.Fg5 Fb7 8.e3 d6 9.f3 Cbd7 10.Fd3 c5 11.Ce2 h6 12.Fh4 Tc8 13.Dd2 Fa6 14.b3 cxd4 15.exd4 d5 16.Tc1 dxc4 17.bxc4 e5 18.0-0 exd4 19.Cg3 Tc6 20.Tfe1 Cc5 21.Ch5 Cb3 22.Cxf6+ Txf6 23.Dc2 Cxc1 24.Fxf6 Cxd3! 25.Fxd8 Cxe1 26.Da4 Txd8 27.Rf1 Cc2 28.Dxc2 d3 29.Dd2 Fxc4 30.Re1 Fb3 31.Rf2 b5 32.g4 Td7 33.h4 a5 34.h5 a4 35.f4 b4 36.g5 bxa3 37.Da5 d2 38.Da8+ Rh7 39.De4+ g6 40.f5 d1=D 41.fxg6+ fxg6 42.hxg6+ Rg7 43.De5+ Rxg6 44.Df6+ Rh5 45.Dxh6+ Rg4 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au deuxième échiquier, Antoine s’est fait surprendre par l’étonnant Jean-François. Dans une finale où chacun possédait trois pièces mineures et un pion tour passé, les cavaliers noirs ont soudain fait irruption près du roi blanc et gagné du matériel :

Antoine Bérubé (2194) – Jean-François Dion (1951)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f3 0-0 6.Fe3 Cc6 7.Cge2 e5 8.d5 Ce7 9.Dd2 Ce8 10.g4 f5 11.gxf5 gxf5 12.0-0-0 f4 13.Ff2 Cg6 14.h4 h5 15.Fh3 Fxh3 16.Txh3 Ff6 17.Tg1 Rh7 18.De1 Tg8 19.Tg2 Ce7 20.Txg8 Cxg8 21.Th2 a6 22.Rb1 Ce7 23.Cg1 Dd7 24.Ch3 Cg7 25.Dg1 Tg8 26.Dh1 Th8 (avec une offre de nulle qu’Antoine déclina) 27.Tg2 Tg8 28.Cg5+ Fxg5 29.Txg5 Rh6 30.Dg2 Dc8 31.Ce2 c5 32.Fe1 b5 33.Fc3 Df8 34.b3 Ce8 35.Cc1 Tg7 36.Cd3 Df6 37.Txg7 Cxg7 38.cxb5 axb5 39.a4 bxa4 40.bxa4 Dxh4 41.Cxf4 Dg5 42.Dxg5+ Rxg5 43.Cd3 Ce8 44.Fa5 c4 45.Ce1 h4 46.Fd2+ Rh5 47.Fe3 h3 48.Fg1 Rg5 49.Fe3+ Rh4 50.Ff2+ Rg5 51.Fg3 Cc8 52.a5 Cc7 53.Cc2 Cb5 54.a6 Rf6 55.Ce3 Cb6 56.Cg4+ Re7 57.Cf2 Cd4 58.f4 Ce2 59.Fh4+ Rd7 60.fxe5 dxe5 61.Rc2 h2 62.Rd2 Cd4 63.Fg3 c3+ 64.Re1 c2 65.Rd2 Cc4+ 66.Rc1 Ce2+ 67.Rxc2 Cxg3 68.Rd3 Cb6 69.Re3 h1=D 70.Cxh1 Cxh1 71.Rf3 Rc7 72.Rg2 Rb8 73.Rxh1 Ra7 74.Rg2 Rxa6 75.Rf3 Rb5 76.Rg4 Rc5 77.Rf5 Rd4 78.d6 Cd7 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au troisième échiquier, François tenait bien son bout contre Bertrand, mais il a soudainement gaffé au 33è coup, perdant deux très bons pions d’un seul coup. Bertrand a triomphé dans la finale de tours sans trop de difficultés :

Bertrand Auger (1988) – François Moisan (1912)

1.Cf3 Cf6 2.g3 g6 3.b4 Fg7 4.Fb2 0-0 5.Fg2 d6 6.d3 e5 7.Cbd2 Cc6 8.b5 Ce7 9.c4 Cd7 10.e4 f5 11.0-0 Cc5 12.Dc2 fxe4 13.dxe4 h6 14.a4 Fe6 15.Cb3 b6 16.Tad1 Dc8 17.Cxc5 bxc5 18.Ce1 g5 19.Cd3 Cg6 20.f3 Fh3 21.Fxh3 Dxh3 22.Cf2 De6 23.Cg4 Tf7 24.Ce3 Ce7 25.Cd5 Cxd5 26.Txd5 Taf8 27.De2 g4 28.f4 exf4 29.Fxg7 f3 30.De3 Rxg7 31.Rf2 Te8 32.Te1 Tfe7 33.Df4 Df6?? 34.Dxg4+ Rh7 35.Dxf3 Dxf3+ 36.Rxf3 Te5 37.Txe5 Txe5 38.Re3 Rg6 39.Tf1 Te8 40.Tf5 a6 41.Rf4 axb5 42.axb5 Ta8 43.e5 Ta4 44.Tf6+ Rg7 45.Rf5 dxe5 46.Tg6+ Rh7 47.Tg4 Ta2 48.Rxe5 Td2 49.h4 h5 50.Tf4 Rg7 51.g4 hxg4 52.Txg4+ Rh6 53.Te4 Rh5 54.Re6 Td6+ 55.Re7 Td4 56.Te5+ Rxh4 57.Txc5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Voilà pour la section Championnat. La semaine prochaine, nous verrons des parties Caire-Moisan, Dion-Auger et Sauvé-Bérubé.

Dans le Montcalm 7, le tournoi suisse concurrent, André est tombé dans un piège de l’animateur Daniel (qui ne joue dans les tournois du Montcalm que pour éviter un nombre impair de joueurs) et il a fini par y perdre sa dame :

Daniel Bonneau (1930) – André Bourassa (1623)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fc4 e6 7.Fb3 Cbd7 8.f4 Cc5 9.f5 Cfxe4 10.fxe6 Dh4+ 11.g3 Cxg3 12.Cf3 Dh5 13.exf7+ Rd7 14.Tg1 Cge4 15.Cd5 Cxb3 16.axb3 Rc6 17.Cd4+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au deuxième échiquier, Philippe a donné du mal à Pierre, mais le gain d’un pion a décidé de tout. Pierre était convaincu que je n’arriverais jamais à déchiffrer son écriture, mais je commence à avoir une certaine expérience en ce domaine :

Philippe Léveillée (1589) – Pierre Lemieux (1886)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.e5 c5 4.c3 cxd4 5.cxd4 a6 6.Cf3 Cc6 7.Fe2 Fb4+ 8.Fd2 Db6 9.Fxb4 Dxb4+ 10.Dd2 Cge7 11.0-0 Dxd2 12.Cbxd2 Cf5 13.Cb3 h5 14.Fd3 Cce7 15.Tac1 Fd7 16.Tc3 0-0 17.Cc5 Fc6 18.Fxf5 Cxf5 19.Tfc1 Tfc8 20.h4 Ce7 21.a3 b6 22.Cd3 Fb5 23.Txc8+ Txc8 24.Txc8+ Cxc8 25.Cf4 g6 26.g3 Ce7 27.Cg2 Cc6 28.Cf4 Fa4 29.Ce2 Fd1 30.Rf1 Ca5 31.Re1 Fxe2 32.Rxe2 Cc4 33.Rd3 Cxb2+ 34.Rc2 Cc4 35.Rb3 Rf8 36.Ce1 Re7 37.Cd3 Rd7 38.Cb2 Cxb2 39.Rxb2 Rc6 40.Rc3 Rb5 41.Rb3 Ra5 42.f3 Rb5 43.g4 Ra5 44.gxh5 gxh5 45.f4 Rb5 46.a4+ Ra5 47.Ra3 b5 48.axb5 Rxb5 49.Rb3 a5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au troisième échiquier du suisse, Sébastien a peu à peu grugé des pions à Arutyun, de sorte qu’il lui en manquait trop à la fin :

Sébastien Caron (1879) – Arutyun Bagramyan (1541)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 e5 6.Cdb5 a6 7.Cd6+ Fxd6 8.Dxd6 Da5 9.Fd2 Db4 10.Dxb4 Cxb4 11.0-0-0 Cg4 12.Fe1 b5 13.a3 Cc6 14.Cd5 0-0 15.h3 Ch6 16.Fd2 f5 17.Fxh6 gxh6 18.exf5 Txf5 19.f3 Tf7 20.Fd3 Ce7 21.Fe4 Tb8 22.The1 Fb7 23.Cxe7+ Txe7 24.Td6 Fxe4 25.Txe4 h5 26.Txa6 d5 27.Te2 Rg7 28.Td6 d4 29.Txd4 Rf6 30.Td6+ Rg5 31.Te4 Tc8 32.Td5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Tout le monde sait que Jacquelin Perreault est un modèle de courtoisie, mais il en a donné une nouvelle preuve jeudi soir : Ayant mis la main sur la copie remplie par son adversaire, j’ai regardé distraitement la feuille et cru que Jacquelin avait gagné. Je lui ai alors demandé s’il voulait me rendre le service de rendre la copie plus claire pour moi. Il s’est exécuté sans mot dire. C’est ensuite que j’ai constaté que c’est François qui avait gagné, et sur une jolie gaffe de Jacquelin!

François Crépault (1536) – Jacquelin Perreault (1758)

1.Cf3 c5 2.e4 d6 3.d3 Cc6 4.g3 g6 5.Fg2 Fg7 6.0-0 e6 7.Te1 Cge7 8.Cbd2 0-0 9.Cf1 Tb8 10.h4 b5 11.h5 b4 12.Ce3 Cd4 13.Cg4 Cec6 14.Fh6 Cxf3+ 15.Fxf3 Cd4 16.Fxg7 Rxg7 17.e5 dxe5 18.Cxe5 Cxf3+ 19.Cxf3 Fb7 20.De2 Df6 21.De5 Fxf3?? 22.h6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.