C'est finalement l'équipe Le Roque à Mitaine, menée par son capitaine Stéphane Beaudoin, qui aura imposé sa volonté en dernière ronde contre l'équipe de Richard Sauvé qui jusque là menait le tournoi. Les Monarques ont en effet vu leurs espoirs fondre comme de la margarine devant les assauts du président de la FQE et de ses acolytes. Voici d'ailleurs la partie qui mettait aux prises les deux capitaines.

Richard Sauvé (1907) - Stéphane Beaudoin (2016)
1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Dc2 Cc6 5.e3 0-0 6.Fd3 e5 7.d5 Cb8 8.e4 d6 9.Ce2 a5 10.0-0 Ch5 11.Fe3 b6 12.a3 Fc5 13.Fxc5 bxc5 14.f4 Cd7 15.f5 Dg5 16.Dc1 Dxc1 17.Taxc1 Fa6 18.g4 Chf6 19.h3 Cb6 20.b3 a4 21.Cxa4 Cxa4 22.bxa4 Tfb8 23.Tb1 Cd7 24.a5 Fc8 25.Txb8 Cxb8 26.Tb1 Cd7 27.Tb5 Fa6 Ici, Stéphane offre la nulle; je ferais mieux d'accepter, mais je prends le risque de continuer car mon équipe a besoin de points! (Sauvé) 28.Tb3 Rf8 29.Cc3 Re7 30.Cb5 Rd8 31.a4 Fc8 32.Cc3 Txa5 33.Rf2 Fa6 34.g5 Cb6 35.h4 Re7 36.h5 f6 37.g6 h6 38.Re1 Rd8 39.Rd1 Rc8 40.Rc2 Fxc4 41.Fxc4 Cxc4 42.Rd3 Cb6 43.Ta3 Rb7 44.Ta2 Rc8 45.Ta1 Rb7 46.Ta2 Rc8 47.Ta1 Rb7 et la nulle est conclue. Stéphane aurait sans doute pu gagner en plaçant son roi en d7 et en poussant...c6, mais un demi-point suffisait à son équipe pour gagner à ce moment-là (Sauvé) ½-½.

Par contre il faut bien rendre à Martin Fecteau ce qui appartient à César: celui-ci (Fecteau, pas César) a en effet dominé Martin Glode lors de leur affrontement sur l'échiquier 2. Glode n'a jamais réellement trouvé de plan adéquat pour contrer l'assaut que préparaient tranquillement les blancs. Lorsque les lignes se sont enfin ouvertes ce sont les pièces blanches qui ont rapidement pénétré le camp noir et fait la décision.

Martin Fecteau (1874) - Martin Glode (1874)
1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Cf6 4.e5 Cfd7 5.f4 c5 6.Cf3 Cc6 7.Fe3 cxd4 8.cxd4 Fc5 9.Dd2 Cxd4 10.Fxd4 Fxd4 11.Dxd4 Db6 12.0-0-0 Dxd4 13.Txd4 Re7 14.h4 h5 15.Th3 Cb8 16.Td1 Fd7 17.Fd3 g6 18.Ce2 Cc6 19.c3 Tac8 20.Rb1 a6 21.Fc2 Ca5 22.b3 b5 23.Rb2 Tc7 24.Cd4 Thc8 25.Tg1 Cb7 26.b4 Cd8 27.Fb3 Cc6 28.Ce2 a5 29.a3 a4 30.Fd1 Cb8 31.Cd4 Fc6 32.Fe2 Tb7 33.g4 hxg4 34.Txg4 Cd7 35.h5 gxh5 36.Txh5 Cb6 37.f5 Cc4+ 38.Fxc4 dxc4 39.fxe6 Fd5 40.exf7 Tf8 41.e6 Fxe6 42.Te4 et les Noirs abandonnent. 1-0.

Sur ces entrefaits, l'échiquier numéro 3 montrait un tout autre spectacle. François Dorion s'était assuré un avantage net après une trentaine de coups, et il semblait bien que les Monarques allaient pouvoir ajouter un autre point à leur cagnotte. Mais c'était sans compter Poliquin, un joueur plein de ressources qui a plus d'une corde à son string.

François Dorion - Yvon Poliquin
1.c4 Cf6 2.Cc3 g6 3.Cf3 d5 4.cxd5 Cxd5 5.g3 Fg7 6.Fg2 0-0 7.0-0 c6 8.e4 Cxc3 9.bxc3 Da5 10.Db3 Cd7 11.d4 c5 12.Fe3 b6 13.e5 c4 14.Dc2 Fb7 15.Cd2 Fxg2 16.Rxg2 Dd5+ 17.De4 Dxe4+ 18.Cxe4 b5 19.a4 a6 20.Tfb1 Cb6 21.axb5 a5 22.Cc5 a4 23.Fd2 Tfd8 24.f4 Rf8 25.Ca6 Tdc8 26.Cb4 e6 27.Cc6 Re8 28.Rf3 Ff8 29.g4 Rd7 30.f5 Fe7 31.Re4 gxf5+ 32.gxf5 Tg8 33.f6 Ff8 34.Tg1 Txg1 35.Txg1 a3 36.Ta1 Cd5 37.Rf3 Rc7 38.Re2 Rb6 39.Ce7 Cxe7 40.fxe7 Fxe7 41.Rd1 Tg8 42.Rc1?? Tg1+ 0-1

Après un début de tournoi chancelant, Paul Marquis, sur l'élan de sa victoire de la semaine précédente sur Sauvé, triomphe également de François Caire, un adversaire jamais facile, sauf peut-être quand il a bu (mais ce n'était pas le cas ici). Bravo Paul pour cette belle remontée.

François Caire (2101) - Paul Marquis (1974)
1.Cf3 d6 2.d4 Cf6 3.c4 g6 4.g3 Fg7 5.Fg2 0-0 6.Cc3 Cc6 7.0-0 Ff5 8.d5 Ca5 9.Cd2 c6 10.e4 Fg4 11.Dc2 cxd5 12.cxd5 Tc8 13.Cb3 b5 14.Cxa5 Dxa5 15.Dd3 b4 16.Ce2 Fxe2 17.Dxe2 b3 18.Fd2 Tc2 19.Fxa5 Txe2 20.Fc3 Cxe4 21.Fxg7 Rxg7 22.axb3 Cc5 23.Txa7 Tb8 24.Ff3 Txb2 25.Txe7 T8xb3 26.Rg2 Td2 27.Te2 Tdd3 28.Fg4 h5 29.Fh3 Txd5 30.Ta1 g5 31.Rg1 Tbd3 32.Fg2 Td1+ 33.Txd1 Txd1+ 34.Ff1 Cb3 35.f3 Cd2 36.Tf2 Txf1+ 37.Txf1 Cxf1 38.Rxf1 Rf6 39.Rf2 Re5 40.Re3 h4 41.Rd3 f5 42.Rc4 h3 43.Rd3 Rd5 0-1

Toujours dans le cadre du duel Le Grand Roque vs La ligue de chessball, l'échiquier numéro 2 mettait aux prises Simon Laflamme et Claude Lessard, qui incidemment avait donné une jolie prestation contre Fecteau la semaine dernière. Les deux joueurs se sont aventurés dans une ouverture revenue à la mode récemment, la Sveshnikov/Lasker/Pélikan/Löwenthal/Ajoutezicilenomdevotrechoix. Le lecteur averti aura noté que les joueurs ont choisi une des transpositions les plus célèbres de toutes les ouvertures d'échecs (en effet, les joueurs pouvait obtenir la même position avec un coup de moins: 1 e4 c5 2 Cf3 Cc6 3d4 cxd4 4 Cxd4 Cf6 5 Cc3 e5 6 Cdb5 d6 7 Fg5 etc...toujours bon à savoir si vous êtes du genre à vous mettre souvent en pression de temps). En tk, à un moment donné Lessard sacrifie une qualité, et alors que le jeu semblait commencer à devenir peut-être intéressant, une gaffe des noirs met abruptement fin à la partie.

Simon Laflamme - Claude Lessard
1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 e6 6.Cdb5 d6 7.Ff4 e5 8.Fg5 a6 9.Ca3 Fe6 10.Cc4 Tc8 11.Fxf6 gxf6 12.Cd5 f5 13.exf5 Fxf5 14.Cce3 Fg6 15.Fd3 e4 16.Fe2 Fg7 17.Fg4 Da5+ 18.c3 0-0 19.Fxc8 Txc8 20.0-0 Ce5?? 21.Ce7+ 1-0

On retrouve donc au classement final, après Le Roque à mitaine (29 points) et Les Monarques (27 points), l'équipe de Caire "Le Grand Roque" (26.5 points), tout juste un demi-point derrière Les Monarques. La ligue de chessball ferme la marche avec le score très honorable de 25 points.