Arnaud est juste trop fort, ayant dû s’absenter la semaine dernière en concluant la nulle avec Nicolas pour la partie qu’ils n’ont pas pu disputer, le maître est revenu en détruisant tout sur son passage. Arnaud remporte la section A avec 4½/5. Quant à moi, j’étais déjà assuré de gagner le tournoi dans la section B, mais je jouais pour le titre d’expert. C’est vraiment pas facile de devenir expert, c’était la troisième fois que je m’essayais, je me demande sérieusement quelle est la recette magique pour franchir la barre symbolique du 2000 de cote. On reviendra à ma partie plus tard, en attendant voilà les parties de la section A.


Sébastien avait une partie jouable jusqu’à ce qu’il fasse un échec qui n’est vraiment pas nécessaire. 32…Cf3+ perd tout simplement une pièce. Comment réfuter le mat de fond et sauver le cavalier en même temps? Arnaud menace tout simplement de clouer le cavalier avec De4. Vous avez sûrement deviné que c’est ce qu’il a joué d’ailleurs. Disons que c’est plutôt rare qu’il manque ce type de combinaison. En passant, Sébastien pouvait possiblement gagner un pion sans danger en début de partie, du moins théoriquement. 11…Cxd4 semble jouable, malgré les complications qui peuvent survenir suite à la prise du pion.

Arnaud Rainfray (2399) – Sébastien Caron (1989)
Les Noirs abandonnent 1-0


C’est rare que je vois les Noirs prendre le pion dans le gambit dame et s’y accrocher sans véritables conséquences. Quoiqu’il en soit, Serge a tout d’un coup cessé d’être gourmand, donnant tout d’un coup un pion, ensuite carrément une tour pour mettre l’adversaire dans l’eau chaude. Mais le problème c’est que ça semble tenir pour les Blancs peu importe que le cavalier aille se poster en d3 ou en e2. La position du roi noir en g8 n’aide certainement pas non plus. Après quelques coups, Nicolas a démontré clairement à son adversaire que le sacrifice de tour ne génère absolument aucune compensation.

Nicolas Chiffot (1953) – Serge Champetier (1951)
Les Noirs abandonnent 1-0


Il peut parfois arriver que les sacrifices fonctionnent. Richard a compris qu’en sacrifiant un cavalier par 12…Cdxe5!, il allait rendre f2 très vulnérable en plus d’avoir un centre très fort et d’enlever du jeu à Marc. Les Noirs ne peuvent tout simplement rien faire avec un roi qui est au centre, une tour complètement inactive alors que l’adversaire a déjà récupéré une partie de son matériel en plus d’avoir fait progresser le pion e jusqu’à la troisième rangée.

Marc Bergeron (1954) – Richard Sauvé (2030)
Les Blancs abandonnent 0-1


Je n’avais besoin que d’une nulle pour devenir expert, mais le problème c’est que Paul ne m’a pas laissé beaucoup de chances. Son très gênant pion d paralysait mes pièces qui devaient constamment le guetter. Mais bon, ce n’est pas grave, ce n’est qu’un jeu. L’important c’est de participer d’après tout. Puis, l’autre raison pour laquelle ce n’est pas grave, c’est que moi non plus je n’ai pas laissé beaucoup de chances à Paul! J’ai profité de la pression de temps de mon adversaire pour lui dérober le très gênant pion passé et m’en aller tout droit vers une finale gagnante. Puisque une nulle suffisait, cette victoire établira ma nouvelle cote quelques dizaines de points en haut de 2000.

Paul Marquis (1874) - Dominic Cournoyer (1938)


Nous nous revoyons jeudi prochain pour un nouveau tournoi où vous pourrez peut-être profiter des points de cote du nouvel expert, s’il est suffisamment généreux pour les redistribuer, ça reste à voir. Donc, jeudi prochain le 19 novembre, le Montcalm 3 débutera, un tournoi suisse de cinq rondes. La première ronde commencera vers 19h et les inscriptions débuteront vers 18h30. Lieu: Centre de Loisirs Montcalm, 265 ouest, boulevard René-Lévesque, Québec, au sous-sol. Métrobus, coin des Érables.