Excuse échiquéenne de la semaine
Mon adversaire était de sexe opposé, en plus avec ses talents hauts, sa mini-jupe, son décolleté et son rouge à lèvre, elle m’a fait des regards qui insinuaient vous savez quoi, alors comment vouliez-vous que je me concentre?

Le championnat du club vient de se terminer jeudi dernier. François était déjà assuré d’être champion.

François et Sébastien avaient intérêt à conclure la nulle hâtivement. François pour s’assurer du premier prix sans le partager avec moi et Sébastien simplement parce qu’il jouait contre un plus haut coté. Mais, ils ont tout de même offert une partie intéressante avant d’annuler. On dirait bien que la préparation maison de Sébastien a une fois de plus porté fruit. C’est clair que les Blancs avaient l’avantage après avoir isolé trois pions. D’ailleurs, le pion e4 serait fort probablement tombé si la partie s’était poursuivie.

François Caire (2178) – Sébastien Caron (1921)
Nulle ½-½





Quant à moi, j’avais une excellente position jusqu’à ce que j’oublie de protéger mon cavalier avec un officier. Évidemment, être obligé de venger ma pièce à l’aide d’un pion ne mènera pas à une partie aussi avantageuse pour moi. J’ai donc accepté la nulle que m’a proposée mon adversaire pour éviter notamment les complications qui auraient résulté de l’activation du fou adverse.

Bertrand Auger (2058) – Dominic Cournoyer (1927)
Nulle ½-½




Vraiment un tournoi difficile pour Claude qui avait deux pions de moins en plus de n’avoir qu’un fou et une tour contre une dame. Mais bon, son déficit matériel n’était sans doute pas suffisamment grave… avec de la magie on peut tout faire. Donc sur tous les échiquiers du championnat du club, «Je propose la nulle!» a été prononcé, suivi de «J’accepte!». 46. Dg2 !? semble gagnant, si on analyse la finale en profondeur. Quoique, même après 46. Rg2, il était probablement possible de gagner, mais il fallait jouer avec une précision extrême.

Richard Sauvé (1975) – Claude Lessard (1956)
Nulle ½-½

Sur le premier échiquier du tournoi Montcalm 7, j’ignore si «Je propose la nulle!» a été prononcé, mais si c’est le cas, ce fut déclinée. Cette partie tactique est extrêmement compliquée, mais tout ce que je peux vous dire c’est que le cavalier b4 est probablement capturable avec le pion au 15e coup. Excellent tournoi, pour Paul qui remporte le Montcalm 7 avec 4½/5. Bravo également à Daniel Dubé qui s’est mérité une place sur le premier échiquier en dernière ronde, mais surtout pour sa progression de 1409 au début de la saison à 1684 maintenant.

Daniel Dubé (1687) – Paul Cummins (1764)
Les Blancs abandonnent 0-1




Comme Nicolas Fillion m’a suggéré d’inclure le tableau du classement, je vais le diffuser. Surtout pour qu’on voit à quelle position MOI, j’ai terminé.

François Caire 4/5
Dominic Cournoyer 3/5
Richard Sauvé 2,5/5
Bertrand Auger 2,5/5
Claude Lessard 1,5/5
Sébastien Caron 1,5/5



On se revoit au mois de septembre, fort probablement le jeudi qui suivra la Fête du travail. En attendant, il y aura des tournois estivaux au club d’échecs de Charlesbourg et le Mémorial Robin-Girard aura lieu dans les locaux du Montcalm. D’ici là, bon été!