RAPPEL: Vous n’avez qu’à cliquer sur les coups des parties ci-dessous pour voir se développer chaque partie sur le diagramme qui lui est attribué.

Après trois rondes, Antoine menace maintenant de s'échapper du peloton, puisqu'il a déjà battu Clément, son plus proche rival qui le suit à un point de distance.

C'est qu'Antoine a conservé son score parfait, surprenant Sébastien en broutant le pion empoisonné de la sicilienne. N'est-ce pas d'ailleurs la variante où Fischer avait succombé contre Spassky en 1972, la seule vraie victoire de Spassky dans ce match ?

Quoi qu'il en soit, la dame d'Antoine a pu gober le pion sans périr, après quoi le gain d'une qualité suffisait amplement aux Noirs pour s'assurer du point:


0-1

Au deuxième échiquier, Clément s'est emparé seul pour l'instant de la deuxième position, résistant bien à une des féroces attaques sur le roi dont Claude est féru. Il a joliment terminé avec une attaque de mat de son cru:


1-0

Au troisième échiquier, je peux dire que je l'ai échappé belle. Bertrand a raté le superbe 31.Dc8+ Fxc8 32.d7+ Dxa3 33.d8=D++ que je n'avais pas vu moi non plus, et contre lequel je ne pouvais rien de toute façon. Plutôt que d'accepter l'échec perpétuel ensuite, les Blancs auraient peut-être pu risquer 33.Rh3!?


1/2-1/2

Passons au Montcalm 7, maintenant. Dom l'a emporté sur Etienne dans la partie suivante. Il demeure ainsi seul à posséder un score parfait de 3 en 3, ce qui lui vaudra sans doute l'honneur de se mesurer à NIcolas Audet-Bouchard la semaine prochaine.


1-0

Nicolas justement, qui a pris un bye en première ronde, s'est hissé juste derrière Dom, ayant le meilleur sur Alain-Nicolas au deuxième échiquier:


0-1

Deux adversaires qui se connaissent bien s'affrontaient au troisième échiquier. Cette fois-ci, la sicilienne fermée de Gaétan a eu le meilleur sur Jacquelin:


1-0

Au quatrième échiquier, le pion passé c de Jean-François a forcé Marc a concéder une pièce entière, ce qui donnait une position sans espoir pour les Noirs:




Dernière minute: Cette partie que m'a fait parvenir Rémi Marois:


1/2-1/2