Le Montcalm 1 se poursuit, nous sommes dorénavant 33 joueurs qui participent. Donc, les deux salles sont encore plus remplies.

Comme convenu, j’ai dû affronter le maître international. Pas de surprise, Arnaud est toujours invaincu à Québec. Très difficile de résister contre 33…e3! et surtout 41…Te3!! Ma seule chance de contre-jeu intéressant était 30. Te1!? J’y avais songé, mais je n’étais pas convaincu. Ce sera probablement au tour de Richard Sauvé d’être sur le premier échiquier pour une leçon d’échecs la semaine prochaine.

Dominic Cournoyer (1936) – Arnaud Rainfray (2388)
Les Blancs abandonnent 0-1



Un autre spectaculaire sacrifice, cette fois-ci, c’est sur le deuxième échiquier et de la part de Stéphane. 22. Cxg6! permet de capturer une tour et deux pions pour deux pièces, mais surtout de découvrir le roi noir. Toutefois, Jonathan n’aurait probablement pas dû échanger ses deux fous pour une tour. La finale sera perdante avec deux pions de moins sans compensation.

Stéphane Drolet (1944) – Jonathan Perron (1931)
Les Noirs abandonnent 1-0


Je n’ai pas tous les coups de la partie qui opposait Sébastien à Claude dû à l’extrême zeitnot. Tout ce que peux vous dire c’est que suite à la fin de cette notation, Claude a réussi à éliminer le pion h et obtenir une position de Lucena, mais sans succès dû à l’extrême pression de temps. Finalement le pion f succombera lui aussi.

Sébastien Caron (1909) – Claude Lessard (2119)
Nulle ½-½



Terminons la chronique par une finale spectaculaire. Dans l’ensemble les deux adversaires ont joué relativement bien sans erreur majeure. Toutefois, 41. Cg2! aurait été mortel pour les Noirs. Ensuite, la finale de cavaliers a été plutôt tordue. Bertrand a dû faire particulièrement attention au dangereux pion a.

Bertrand Auger (2054) – Gaétan Lapierre (1877)
Nulle ½-½

Vous pouvez consulter les résultats complets du tournoi et les appariements probables sur le site du club Montcalm.