Rassurez-vous, ceci est bien la chronique du club Montcalm et non une annonce pour le Cabaret du Capitole. C’est que les leaders des sections B et C, après trois rondes, se prénomment tous deux Paul.

Quant à la section A, une lutte serrée s’y dessine, alors qu’un maigre demi point sépare les cinq premiers joueurs. Voici quelques parties de la troisième ronde :

Au premier échiquier, Vladimir semblait jouir d’une initiative dangereuse en finale, mais François a bien tenu le coup : Les Blancs ont damé les premiers, mais n’ont pu en tirer avantage :

Vladimir Gaspariants (2254) – François Caire (2248)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.d3 d6 6.Fe3 e5 7.Dd2 Cge7 8.Fh6 Fxh6 9.Dxh6 Cd4 10.Tc1 Cg8 11.Dg7 Df6 12.Dxf6 Cxf6 13.Cd5 Cxd5 14.exd5 Fd7 15.c3 Cf5 16.Ce2 0-0 17.Rd2 b5 18.d4 exd4 19.cxd4 c4 20.b3 Tac8 21.bxc4 bxc4 22.Rc3 Rg7 23.Tb1 Tb8 24.Fe4 Ce7 25.Cf4 f5 26.Fg2 g5 27.Txb8 Txb8 28.Te1 Te8 29.Ce6+ Rf6 30.Rxc4 Cc8 31.Rb4 Cb6 32.Ra5 Te7 33.h4 gxh4 34.gxh4 Cxd5 35.Fxd5 Fxe6 36.Fxe6 Txe6 37.Txe6+ Rxe6



38.Ra6 Rd5 39.Rxa7 Rxd4 40.Rb6 Rc4 41.a4 d5 42.a5 d4 43.a6 d3 44.a7 d2 45.a8=D d1=D 46.Dc8+ Rb4 47.Dc5+ Rb3 48.Db5+ Rc3 49.Dxf5 Dd8+ 50.Rc6 Dxh4 et la nulle fut conclue ici. 1/2-1/2.

Au deuxième échiquier, dans une partie où le vent a semblé tourner à quelques reprises, Antoine a commis une gaffe mortelle au 51è coup, alors qu’il ne lui restait plus que cinq minutes pour compléter la partie (sans incrémentation). Michel n’a pas raté la combinaison qui lui donnait une victoire immédiate :

Michel Valley (2021) – Antoine Bérubé (2107)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fe3 e5 7.Cb3 Fe6 8.f3 Fe7 9.Dd2 h5 10.Cd5 Cxd5 11.exd5 Ff5 12.Fe2 Cbd7 13.0-0 Tc8 14.c4 0-0 15.Ca5 Dc7 16.b4 Cf6 17.Tac1 e4 18.f4 Fg4 19.Fxg4 Cxg4 20.Fd4 Ff6 21.h3 Fxd4+ 22.Dxd4 Cf6 23.Tc3 Tfe8 24.Tfc1 Tcd8 25.Da7 Te7 26.Cb3 Tde8 27.De3 Dd7 28.Cd4 Tc8 29.De1 Tee8 30.Tg3 Rh8 31.Tg5 e3 32.Cf5 g6 33.Dc3 Dd8 34.Cxe3 Rh7 35.Dd4 Te4 36.Dd3 Db6 37.Tg3 Tce8 38.c5 Dxb4 39.c6 Db6 40.Tc3 Td4 41.Dc2 Ce4 42.Tb3 Da5 43.Tf3 Cd2 44.Tg3 Cxb3 45.Dxb3 De1+ 46.Rh2 Tb4 47.Dd3 Tb1 48.Tf3 h4 49.Cf1 Td1 50.Db3 Tb1 51.Dd3 De4 ??



52.Dxe4 Txe4 53.Cd2 Tee1 54.Cxb1 Txb1 55.Tb3 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au troisième échiquier, la paire de fous de Bertrand donnait à ce dernier une légère initiative contre Claude qui disposait, lui, d'une paire de cavaliers, mais c'est la gaffe du 32è coup qui a vraiment décidé du résultat:

Bertrand Auger (1960) – Claude Lessard (2040)

1.Cf3 c5 2.c4 d6 3.g3 e5 4.Cc3 Cc6 5.Fg2 Fe6 6.d3 Dd7 7.Cg5 Fe7 8.Cxe6 fxe6 9.0-0 Cf6 10.e4 0-0 11.Ce2 Tad8 12.Fh3 Ce8 13.f4 exf4 14.Cxf4 Cc7 15.Fd2 Fg5 16.Dg4 Fxf4 17.gxf4 Tf6 18.f5 exf5 19.exf5 Ce5 20.Dg3 h6 21.Tae1 Te8 22.Fc3 b5 23.b3 b4 24.Fb2 a5 25.d4 cxd4 26.Fxd4 Ca6 27.Td1 Dc7 28.Dg2 Cc5 29.Dd5+ Rh8 30.Ff2 Cf7 31.Tfe1 Txe1+ 32.Txe1 Cg5?? 33.Te8+



et les Noirs abandonnèrent, le mat étant inévitable. 1-0.

Dans la section B, Paul a sacrifié un pion central pour obtenir un pion passé à l’aile-dame, décision avisée qui lui a valu la victoire contre Gaétan, qui avait lui-même remporté sa partie de la semaine dernière grâce à un pion passé sur l’aile-dame. Paul détient toujours un score parfait après trois rondes.

Paul Marquis (1856) – Gaétan Lapierre (1874)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.Cf3 Fg7 5.Fe3 c6 6.Dd2 b5 7.Fd3 Cg4 8.Fg5 f6 9.Fh4 a6 10.h3 Ch6 11.a4 Fb7 12.axb5 axb5 13.Txa8 Fxa8 14.b4 0-0 15.0-0 Ca6 16.Ce2 Cc7 17.c4 bxc4 18.Fxc4 Cf7 19.d5 cxd5 20.exd5 Ce5 21.Cxe5 dxe5 22.Td1 Dd6 23.f3 Tb8 24.Fe1 Rf8 25.Rh1 Td8 26.Ff2 Fxd5 27.Fc5 Dc6 28.De3 Rf7 29.Cc3 e6 30.b5 Db7 31.b6 Ca6 32.Fxa6 Dxa6 33.Cxd5 exd5 34.Db3 Fh6



35.b7! De2 36.Txd5 Df1+ 37.Fg1 et les Noirs dépassèrent le temps alloué, dans une position désespérée de toute façon. 1-0.

Au cinquième échiquier, Clément m’a surpris avec une variante rarement essayée contre la Nimzo-indienne. Il a mené une partie remarquable, digne du "Chaos rampant", comme on le surnomme: Jamais il n'a ressenti le besoin de roquer, et ses deux tours occupaient toujours leur position initiale quand j'ai dû m'incliner:

Clément L’Heureux (1873) – Richard Sauvé (1875)

1.d4 e6 2.c4 Cf6 3.Cc3 Fb4 4.e3 0-0 5.Ce2 d5 6.a3 Fe7 7.cxd5 exd5 8.h3 c6 9.g4 Te8 10.Cg3 Ff8 11.Fd3 Db6 12.g5 Cfd7 13.h4 a5 14.h5 Ca6 15.Dc2 Dxd4 16.Fxh7+ Rh8 17.Fg6 ! Cdc5 18.h6 gxh6 19.Cce2! De5 20.Fxf7 Te7 21.Dg6 Cd3+ 22.Rf1 Txf4 23.Dxf4 Fg4 24.Fd2 Dxg5 25.Fc3+ Fg7 26.f4! Fxe2+ Cxe2



et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Pas de partie au sixième échiquier, Pierre Lemieux ne s’étant pas présenté. Jean-François Dion l’a donc emporté par défaut.

Au septième échiquier, le surprenant Paul Cummins a creusé l’écart en tête de la section C, revenant de l’arrière, si l’on peut dire, dans une partie où la prise audacieuse du pion d5 l'avait rapidement incité à rendre la qualité:

Jacquelin Perreault (1766) – Paul Cummins (1787)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.c4 Cf6 4.Cc3 e5 5.d3 h6 6.h3 Cc6 7.Fe2 Ce7 8.Fe3 g5 9.Ch2 Cg6 10.Cg4 Cf4 11.Ff3 Fe6 12.g3 Cxg4 13.hxg4 Cg6 14.Cd5 Fg7 15.Fe2 Fxd5 16.cxd5 0-0 17.Dd2 Db6 18.f3 f6 19.Rf2 a5 20.Rg2 a4 21.Tab1 Ce7 22.f4 Cg6 23.f5 Ce7 24.b4 axb3 25.Txb3 Da7 26.Tb2 Tfb8 27.Thb1 Cc8 28.Dc2 Ff8 29.Db3 b5 30.Rf3 b4 31.Dc2 Df7 32.Th1 Cb6 33.Dd2



…Cxd5 34.Fd1 Ta3 35.Fb3 Txb3 36.axb3 Cc3 37.Dc2 Db7 38.Fd2 Cb5 39.Dc4+ Rg7 40.Ta2 Td8 41.Dd5 Dd7 42.Ta8 Txa8 43.Dxa8 Cd4+ 44.Rg2 Cxb3 45.Fe3 Dc7 46.Txh6 Rxh6 47.Dxf8+ Dg7 48.Dxd6 Df7 49.Fxc5 Cxc5 50.Dxc5 b3 51.Dc3 Db7 52.Dc5 Rg7 53.Dc1 b2 54.Db1 Db3 55.d4 exd4 56.e5 d3 57.exf6+ Rxf6 58.Rh3 d2 59.De4 d1=D 60.Dc6+ Re5 61.De8+ Rd4 62.Dd7+ Rc3 63.Dc6+ Rd2 64.Dg2+ Rc1 65.Dc6+ Rb1 et le chronomètre des Blancs tomba à zero. 0-1.

Au huitième échiquier, Sébastien a repoussé l’attaque de François pour ensuite s’infiltrer par le centre :

François Dorion (1769) – Sébastien Caron (1797)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.Cge2 d6 6.0-0 e6 7.d3 Cge7 8.Fd2 a6 9.Dc1 0-0 10.Fh6 Fd7 11.h4 b5 12.h5 Tc8 13.Fxg7 Rxg7 14.h6+ Rh8 15.g4 f6 16.Cf4 Cg8 17.Cce2 e5 18.Cd5 Fxg4 19.Cg3 Cce7 20.f4 Cxd5 21.exd5 Tc7 22.c4 Tff7 23.Ff3 Fxf3 24.Txf3 Df8 25.Ce4 Tcd7 26.Th3 Ce7 27.Dd2 Cf5 28.Tf1 Cd4 29.Tf2 b4 30.Tg2 Cf5 31.Dc1 De7 32.Tf2 Td8 33.Dd1 exf4 34.Txf4 De5 35.Tf2 Dd4 36.Rh1 Te7 37.Df1 Ce3 38.Txe3 Dxe3 39.Tf3 Dxh6 40.Th3 Dg7 41.Cxf6 Tf8 42.Tf3 Tef7 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Finalement, au neuvième échiquier, une partie nulle où l’action n’a pas manqué :

Alexandre Filiatrault (1826) – François Moisan (1814)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.d4 exd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cxc6 bxc6 6.e5 De7 7.De2 Cd5 8.c4 Fa6 9.b3 0-0-0 10.Fb2 Dg5 11.Cd2 Fb4 12.Tc1 The8 13.Rd1 Cf4 14.De3 d5 15.Tc2 dxc4 16.bxc4 Df5 17.Rc1 Rb8 18.Fd4 c5 19.Fxc5 Fxc5 20.Dxc5 Txe5 21.Db4+ Ra8 22.g3 Te1+ 23.Rb2 Tb8 24.Dxb8+ Rxb8 25.gxf4 Df6+ 26.Ra3 Dd6+ 27.c5 Dc6 28.Tb2+ Ra8 29.Fg2 Dxg2 30.Txe1 Dc6 31.Tb4 Fb5 32.Cb3 et on conclut la nulle ici. 1/2-1/2.