Citation de la semaine :

Votre seul travail dans les ouvertures est d'obtenir un milieu de partie jouable.
Lajos Portisch


En effet, Cournoyer mène l’Estival 2, ex æquo avec Laflamme, Fecteau, Poliquin, Lapierre, Bluteau, Gago, Vallières, Bourassa, Côté, Monga et Bisson. Mais bon, il mène tout de même le tournoi! L’avantage d’un titre si aberrant et irréaliste c’est qu’il pique la curiosité suffisamment pour faire quelques lecteurs de plus!

Sur le premier échiquier, l’expert Simon Laflamme avait à affronter le joueur d’attaque François Gagnon. En effet, ce dernier a démontré une fois de plus qu’il est un joueur d’attaque. Sans même roquer, il s’est mis immédiatement à l’assaut du grand roque de son adversaire, allant même jusqu’à donner la qualité dans l’espoir de mater. Cependant, Simon s’est suffisamment bien défendu pour tenir le coup et finalement gagner une pièce, ce qui lui donne l’avantage d’une tour.

Simon Laflamme (1970) – François Gagnon (1667)
Les Noirs abandonnent 1-0





Je n’ai pas la copie de la partie du deuxième échiquier qui opposait Bertrand Fortier à Martin Fecteau (0-1).

Yvon Poliquin a démontré une fois de plus ses habilités tactiques en gagnant du matériel à trois reprises. Un pion à l’ouverture, une qualité en milieu de partie (si 29…Fxg6, 30. fxg6 et le cavalier h7 est perdu) et un fou en finale. En effet, les Noirs, ayant une tour de moins, préfèrent opter pour l’abandon.

Yvon Poliquin (1924) – Claude Boissinot (1632)
Les Noirs abandonnent 1-0


Après un début de partie sans histoire, Gaétan Lapierre est finalement passé à l’attaque sur l’aile roi. Le coup tactique 27…Cg4! mènera les Noirs à une position catastrophique. Ensuite, 31…Fxh3 mettra le monarque blanc à nu. Finalement, la batterie dame-tour-fou sera suffisante pour obtenir un mat imparable, sans même l’aide de la tour a8 qui n’a pas bougé une seule fois dans la partie!

Joseph Vadlovo (1623) – Gaétan Lapierre (1886)
Les Blancs abandonnent 0-1



Quant à moi, je me suis réveillé à temps… vraiment juste à temps! Disons que j’ai plus ou moins bien réalisé mon seul travail dans l’ouverture selon Portisch. En fait, le coup de mon adversaire Gabriel Boulianne, 12. Dc6, était excellent (coup que je n’ai jamais vu venir), mais le problème c’est qu’il a réveillé le lion qui dormait… ce dernier est passé à la contre-attaque et a profité de la position inconfortable du monarque blanc qui était déroqué. À l’analyse, nous avons réalisé que 12. Dc6 Cb4 13. Dxe6+ était probablement meilleur que de s’emparer de la qualité, avec un jeu précis, les Blancs obtiendraient un pion de plus sans réelle compensation pour les Noirs.

Gabriel Boulianne (1523) – Dominic Cournoyer (1796)
Les Blancs abandonnent 0-1





Bien que le tournoi soit commencé, il y a toujours possibilité de s'inscrire lundi prochain le 31 juillet, puisque c'est un système suisse. La deuxième ronde commencera à 19h. L'adresse est la suivante: Centre communautaire et culturel, 7575 Henri-Bourassa (coin 76e Rue), salle 20, Charlesbourg.