Aux membres FQE,

Maintenant que le COQ est passé, l’heure est au bilan.

Force est de constater que la participation a été pauvre. Mince consolation : il semble que tous les tournois et événements échiquéens aient eu cette année des difficultés. Les raisons sont difficiles à identifier, et vos explications sont probablement aussi bonnes que les miennes. Mais on peut quand même tenter d’en trouver quelques-unes.

Premièrement, les dates. Cette année, nous avons été placés devant un fait accompli et nous n’avons pas eu beaucoup de choix quant aux dates du tournoi. De ce côté, notre association avec le Festival Juste pour rire nous a joué un mauvais tour. Le Festival JPR était lui-même dans une année de transition, ses activités étant tenues cette fois-ci sur la rue St-Laurent. De même, le CÉGEP du Vieux-Montréal a aussi été délaissé au profit de leurs propres installations au Musée Juste pour rire. Tous ces facteurs ont amené les dirigeants de JPR à modifier leur programmation et par voie de conséquence les dates des événements ont été changées. Et pour ajouter au chambardement, les dates ont été connues plutôt tardivement.

Tout ce chamboulement a aussi amené un changement de salle. Là encore, il y a eu des côtés positifs et d’autres négatifs. Côté positif : la salle de visionnement. Il s’agissait en fait d’une salle de projection de films qui a été mise à notre disposition pour la projection en direct des parties grâce au système MonRoi. Véritable salle de cinéma, identique à celles que vous fréquentez, avec fauteuils rembourrés, tapis, écran géant et même un système de son si on avait voulu l’utiliser. Pas de problèmes de ce côté-là. Par contre, les toilettes étaient trop peu nombreuses, les chaises étaient inconfortables, les prix des articles vendus par le concessionnaire étaient trop chers, quoiqu’il se soit ajusté en cours de route, mais le dommage était fait. Quelques-uns se sont plaints aussi du bruit parvenant de la salle d’analyse, et d’autres de la cloche de l’ascenseur quand il s’arrêtait au palier. Au crédit des organisateurs du Festival JPR, il faut mentionner l’ajout à leurs frais et sur notre demande de 25000 Watt d’éclairage afin de donner aux joueurs un environnement visuel adéquat. 25000 Watt, pensez-y un peu : c’est assez pour chauffer et éclairer au moins deux maisons en plein hiver par grand froid, et ce pour toute la durée du tournoi!

Côté positif aussi : le système MonRoi. C’est un système facile à utiliser et très pratique pour les organisateurs ainsi que les joueurs. Et il y a également l’aspect communications : il y a eu plus d’un demi-million de visiteurs sur le site de retransmission qui ont vu les parties du COQ! Il s’agit là d’un facteur non négligeable quand on parle de recherche de commandite et de vente de publicité.

Autre facteur qui n’a pas aidé : l’absence d’impact de la publicité du COQ. Il n’y a pas eu de BUZZ médiatique, pas de coup d’éclat qui aurait fait que le COQ eut été l’événement dont tout le monde aurait parlé. Le COQ a donc eu lieu dans l’indifférence de plusieurs qui auraient peut-être participé si on avait eu de gros noms à annoncer assez longtemps d’avance.

Le bilan à l’interne n’est pas encore terminé, mais au moins la FQE n’a pas fait de déficit avec le COQ. Il reste maintenant à tirer les conclusions qui s’imposent. Première conclusion : le COQ est un événement qui se prépare un an d’avance. Nous avons déjà commencé à négocier avec le Festival JPR pour les dates et le lieu du COQ de l’an prochain. Pour nous, la priorité est de ramener le COQ aux dates auxquelles il s’est toujours tenu. Reste à voir comment cette exigence pourra être maintenue tout en continuant de participer aux activités du Festival. De plus, nous tenons cette année à ce que toute la question des dates et du lieu du COQ 2007 soit réglée avant décembre, de façon à pouvoir planifier et faire nos invitations et annonces en conséquence. Ceci nous permettra de faire une campagne de promotion qui aura plus de punch.

Finalement, il est possible que l’an prochain la FQE s’associe avec un commanditaire. Quelqu’un s’est en effet manifesté, trop tard pour le COQ 2006 mais toujours intéressé pour le COQ 2007. Nous entreprendrons bientôt des négociations qui devraient nous mener, espérons-le, à un accord dans le courant de l’automne. Ceci nous mènerait à la mise sur pied d’un vrai Open de calibre international avec des prix encore jamais vus au COQ. Croisons-nous les doigts et espérons pour le mieux.

Daniel Rousseau, président de la FQE