Championnat Invitation du Québec
Date : 3 au 10 dévembre 2008
Lieu : Regroupement Loisir Québec (Stade Olympique) 4545, Pierre-de-Coubertin à Montréal.
Type de tournoi : rotation de 7 rondes (8 joueurs).
Horaire : ronde 1 à 17h; rondes 2 à 7 à 18h.
Bienvenus à tous les spectateurs.
Téléchargez les parties du CIQ 2008 (complet) : CIQ2008-PGN

App. Tableau croisé Titre Fqe Fide 1 2 3 4 5 6 7 8 Total
1  Sylvain Barbeau MF 2378 2357 X 1 1 ½ 1 ½ 1 1 6
2  Nikita Kraiouchkine M 2285 2086 0 X ½ 0 ½ ½ ½ ½
3  Louie Jiang M 2170 2266 0 ½ X 0 ½ ½ 1 1
4  Jean Hébert MI 2424 2397 ½ 1 1 X 1 ½ 1 1 6
5  Hugues Massé M 2278 2220 0 ½ ½ 0 X 1  0 1 3
6  Valentin Prahov M 2126 2224 ½ ½ ½ ½ 0 X 1  ½
7  Kishor Ramaswamy EX 2196 2118 0 ½ 0 0 1 0 X ½ 2
8  Vahagn Voskanyan MF 2235 2258 0 ½ 0 0 0  ½ ½ X


Rang Tableau cumulatif Fqe 1 2 3 4 5 6 7 Total
1-2 Sylvain Barbeau 2378 6 6
1-2 Jean Hébert 2424 6 6
3-4 Valentin Prahov 2126 ½ 1 1 3
3-4 Louie Jiang 2170 ½ 3  
5 Hugues Massé 2278 2½  3 3
6 Nikita Kraiouchkine 2285 ½  ½  1½ 
7 Kishor Ramaswamy 2196 ½  ½  ½  1½  2 2
8 Vahagn Voskanyan 2235 ½  1½ 


Ronde 1 : 3 décembre à 17h
Sylvain Barbeau 
1-0
 Vahagn Voskanyan
Nikita Kraiouchkine 
½-½
 Kishor Ramaswamy
Louie Jiang 
½-½
 Valentin Prahov
Jean Hébert 
1-0
 Hugues Massé

Ronde 2 : 4 décembre à 18h
Vahagn Voskanyan 
0-1
 Hugues Massé
Valentin Prahov 
½-½
 Jean Hébert
Kishor Ramaswamy 
0-1
 Louie Jiang
Sylvain Barbeau 
1-0
 Nikita Kraiouchkine

Ronde 3 : 5 décembre à 18h
Nikita Kraiouchkine 
½-½
 Vahagn Voskanyan
Louie Jiang 
0-1
 Sylvain Barbeau
Jean Hébert 
1-0
 Kishor Ramaswamy
Hugues Massé 
1-0
 Valentin Prahov

Ronde 4 : 6 décembre à 10h
Vahagn Voskanyan 
½-½
 Valentin Prahov
Kishor Ramaswamy 
1-0
 Hugues Massé
Sylvain Barbeau 
½-½
 Jean Hébert
Nikita Kraiouchkine 
½-½
 Louie Jiang

Ronde 5 : 7 décembre à 10h
Louie Jiang 
1-0
 Vahagn Voskanyan
Jean Hébert 
1-0
 Nikita Kraiouchkine
Hugues Massé 
0-1
 Sylvain Barbeau
Valentin Prahov 
1-0
 Kishor Ramaswamy

Ronde 6 : 9 décembre à 18h
Vahagn Voskayan 
½-½
 Kishor Ramaswamy
Sylvain Barbeau 
½-½
 Valentin Prahov
Nikita Kraiouchkine 
½-½
 Hugues Massé
Louie Jiang 
0-1
 Jean Hébert

Ronde 7 : 10 décembre à 18h
Jean Hébert 
1-0
 Vahagn Voskanyan
Hugues Massé 
½-½
 Louie Jiang
Valentin Prahov  
½-½
Nikita Kraiouchkine
Kishor Ramaswamy 
0-1
 Sylvain Barbeau

Ronde 1


Barbeau - Voskanyan (1-0)
Le Champion défendant, probablement fébrile à l’idée de prendre une revanche immédiate après sa défaite de dernière ronde au tournoi annuel semi-rapide d’Ahuntsic face au même adversaire, s’est montré au contraire très patient dans une défense française d’avance. Obtenant l’avantage spatial habituel, il sut embourber les Noirs à l’aile-dame. L’échange des Fous de cases noires a grandement favorisé les Blancs qui laissaient les Noirs en situation de mélanopénie chronique. Le plus malheureux de cette situation était le Roi noir qui cherchait désespérément un refuge. L’infiltration de la Dame sur ces mêmes cases noires eut un effet décisif immédiat.

Hébert - Massé (1-0)
Une partie anglaise qui a pris des allures de Grunfeld où les Noirs ont négligé les leviers …f5 et …c6 pour se retrouver avec un manque d’espace central et un pion-problème en c7 et bientôt un autre en e5. Restait à savoir si cela suffisait pour un gain blanc. Le coup 32. Cb6 permis aux Blancs d’émerger avec un net avantage. La transformation vers le gain fut rapide.

Kraiouchkine - Ramaswamy (½-½)
Les cases noires furent aussi un problème pour Ramaswamy qui dut subir les foudres d’une attaque concertée sur le roque. Il s’en sortit fort bien ne concédant qu’un désavantage minime : un pion passé à son adversaire dans une finale de pièces lourdes qui avait une forte probabilité de nulle.¸

Jiang - Prahov (½-½)
Une belle manœuvre de dame permis aux Noirs d’obtenir une finale de tours légèrement avantageuse avec un îlot de pions contre trois. Mais même la technique de Rubinstein n’aurait pas été suffisante pour gagner cette finale. Le pat a mis fin à la partie pour la seconde fois dans cette ronde.

Ronde 2


Prahov - Hébert (½-½)
Une action centrale précoce de la part des Blancs dans l’ouverture permit aux Noirs de construire un centre de pions impressionnant. L’échange des Dames changea la nature de la position, les Noirs devant se montrer patients avec leur centre de pions. Un tel centre impose, mais force aussi à jouer avec circonspection et responsabilise beaucoup. Les Noirs ont jugé plus sage de proposer la nulle au 28e coup qui fut accepté sur-le-champ.

Barbeau - Kraiouchkine (1-0)
Les Noirs acceptèrent d’emblée un pion isolé dans une Écossaise. Ce léger désagrément est minime, mais durable. Le Champion du Québec a jugé plus constructif d’éviter la finale en refusant un échange de dames. Les problèmes des Noirs se sont accentués lorsqu’ils furent contraints de garder leur Roi au centre. Cette fois, le passage à la finale fut pénible pour les Noirs qui perdirent un pion sans compensation transformant le reste de la partie en examen technique pour les Blancs.

Voskanyan – Massé (0-1)
Les Noirs ont peiné devant leurs difficultés à obtenir le coup libérateur …e5. Petit à petit les pièces blanches gagnaient en activité avec comme résultat une Dame noire qui tarde à trouver une place au soleil. Paire de fous, prépondérance au centre (deux pions contre un) et avantage d’espace à l’aile-dame; les plus-values s’accumulaient pour les Blancs. Encore faut-il trouver un plan. Voskanyan opta pour une attaque de minorité impliquant la création d’une situation avec fous de couleur opposée, une décision hasardeuse. Le point critique est survenu lorsque les Noirs ont échangé leur Dame pour deux Tours, combinaison que les Blancs ont raté et qui transforma la suite des événements. Les Tours se sont révélés supérieures en grande partie à cause de l’exposition du Roi blanc.

Ramaswamy – Jiang (0-1)
Le système de Londres (3.Ff4) donne généralement des parties monotones. Ce ne fut pas le cas dans cette partie. Les Blancs ont opté pour une formation Pillsbury avec un Cavalier bien encré en e5. Une formation doublement stonewall pris forme forçant le jeu à se déplacer à l’aile-roi. Mais, telle une tornade, l’action s’est subitement transportée à l’aile-dame et bientôt au centre. Les Blancs, qui, selon toute vraisemblance, semblaient se diriger vers une finale Cavalier contre mauvais Fou, ont subitement donné la chance aux Noirs de réaliser une combinaison (Dame vs Tour + Fou) où ce même Fou se mutait en Dragon. Le Roi blanc n’a pas fait long feu.


Ronde 3


Kraiouchkine – Voskanyan (½-½)
La phase du jeu préférée du jeune Kraiouchkine est la finale. Il centralisa peu à peu son Roi en vue de la finale. Mais ce facteur a moins d’importance dans une fin de partie de dames.

Jiang – Barbeau (0-1)
On peut résumer les problèmes des Blancs dans cette partie en peu de choses : échange inutile du Fou de cases blanches et affaiblissements majeurs de l’aile-roi (h3, g4). La façon d’en profiter a été formulée il y a longtemps par le premier champion du monde : Wilhem Steinitz.

Hébert – Ramaswamy (1-0)
La position noire ressemblait à un certain moment à un château livré aux tirs incessants des catapultes. Sans contre-jeu, ce type de position se détériore par érosion. Un pion noir est tombé et bientôt un second.

Massé – Prahov (1-0)
Le choix d’ouverture des Blancs a semblé prendre les Noirs par surprise. L’acceptation du sacrifice de qualité est risquée. Les Noirs ont dû rendre la qualité, mais ont perdu un pion en cours de route. Le passage à la finale a laissé les Noirs avec une position difficile.


Ronde 4


Barbeau – Hébert (½-½)
Le demi point qui séparait les favoris forçait en quelque sorte les Noirs à jouer pour le gain. Ils ont finalement gagné un pion, mais pour ce faire, ont dû accepter une situation en finale où tous les pions se sont retrouvés sur l’aile-roi. Les Noirs ont tout tenté pour percer la forteresse blanche, mais sans succès.

Voskanyan – Prahov (½-½)
Les Noirs ont généré un pion passé géant au centre avec la complicité des Blancs. Que cela n’ait pas été suffisant pour gagner est dû à quelques erreurs tactiques. À la fin, ce sont les Noirs qui doivent lutter pour la nulle.

Ramaswamy – Massé (1-0)
Le jeune Hugues Massé était méconnaissable dans cette partie. Après 16 coups, la cause était entendue.

Kraiouchkine – Jiang (½-½)
Une partie à saveur tactique entre deux jeunes espoirs. Les Blancs ont gagné la qualité, mais les Noirs ont généré une masse compacte de pions passés. Le partage du point apparait juste et équitable.

Ronde 5


Hébert - Kraiouchkine (1-0)
Jouant avec les Noirs, le jeune champion de Granby était importuné par un début de grippe. Il fut une proie facile.

Jiang - Voskanyan (1-0)
Tentant de secouer sa léthargie, Voskanyan essaya un sacrifice fortement spéculatif sur le roque ennemi. Il eut bientôt trois pions pour la pièce, mais la paire de Fous des Blancs était simplement trop forte.

Prahov - Ramaswamy (1-0)
Le jeune Ramaswamy a montré un peu trop d'optimisme envers son attaque à l'aile-dame. Il a bien gagné deux pions, mais son Roi a été laissé sans défense.

Massé - Barbeau (0-1)
La partie la plus combattue. Jouant la Nimzo-indienne pour la première fois de sa carrière, Barbeau a dû affronter la dangereuse variante Carlsen (g4). Les Blancs ont cependant joué l'attaque avec un pied sur le frein. Ils auraient dû continuer par h4 tout de suite après. Les Noirs ont eu le temps de solidifier leur position laissant les Blancs avec plusieurs faiblesses particulièrement nuisibles en finale.


Ronde 6


Kraiouchkine - Massé (½-½)
Les Noirs ont sacrifié un pion pour ouvrir la grande diagonale menant au Roi blanc, mais celui-ci s'est réfugié au centre. Dans la position finale, les Blancs n'ont pas voulu prendre de risques malgré un pion de plus et ont accepté la nulle proposée par les Noirs.

Barbeau - Prahov (½-½)
Une autre partie courte, celle-ci caractérisée par de longues périodes de réflexion du Champion. Avec seulement 13 minutes pour atteindre le 30e coup et des chances d'égalité problématiques, les Blancs ont préféré accepté faire la paix offerte par les Noirs.

Jiang - Hébert (1-0)
Les Blancs ont perdu beaucoup de temps dans une Sicilienne Kalachnikhov avec leurs pièces majeures : Dame et Tours cherchant en vain la bonne configuration. Il est évident que la finale était supérieure pour les Noirs qui ont bientôt gagné un pion. Les Blancs ont abandonné devant la perte immimente d'un second pion.

Voskanyan - Ramaswamy (½-½)
Une autre nulle, mais celle-ci fortement combattue. À la recherche d'un gain, les deux joueurs ont pris des risques importants. La finale de dame résultante accordait peu de chances de gain aux Blancs. Le danger pour les Noirs était la transposition en finale de Roi + pion contre Roi.


Ronde 7


Ramaswamy - Barbeau (0-1)
Une attaque Torre qui s'est transformée en Sicilienne légèrement améliorée pour les Noirs. La capture 32.Txd5 est la source des ennuis des Blancs. La cause : un terrible clouage sur la colonne d. Les Noirs pouvaient mettre un point final plus rapidement en gagnant une pièce au lieu d'échanger les Dames au 45e coup

Hébert - Voskanyan (1-0)
Voskanyan n'était vraiment pas en forme dans ce tournoi. Sa partie commençait à ressembler au classique Rotlevi-Rubinstein avec couleur inversée (par ex. si les Noirs poursuivaient par ...e5,e4). Dans ce type de position symétrique, le premier à effectuer Ce4 ou Ce5 s'accapare souvent de l'initiative d'où l'importance de chaque tempo. La percée e4 a fait pencher la balance encore plus.

Massé - Jiang (½-½)
Une partie bien menée par le jeune Massé qui mettait à profit peu à peu les faiblesses causée par l'avance ...g5. Le point névralgique est survenu au 38e coup lorsque les Blancs ont raté 38.Cxf7. Conséquence : la Dame noire s'est libérée et elle n'a pas mis de temps à trouver le Roi avec comme résultat un échec perpétuel généré par le duo Cavalier-Dame.

Prahov - Kraiouchkine (½-½)
La partie la plus intéressante du tournoi. Jouant sa Défense des deux Cavaliers favorite (avec ...b5), le jeune Kraiouchkine, beaucoup plus en forme, y est allé pour la jugulaire. Mais l'expérimenté Prahov s'est défendu avec précision, du moins en première analyse. Cependant, 26.Ce1 semble incorrect, mais les Noirs ont raté 28...Tg3.