Toujours en tête du tournoi après 3 rondes (avec Claude Lessard), Richard Sauvé entend bien montrer qu'il ne laissera personne devenir calife à la place du calife. L'ouverture est plutôt étrange, avec une Dame blanche qui semble aussi indécise que Jean Chrétien questionné sur une intervention militaire canadienne contre l'Irak. S'ensuit un milieu de partie dans lequel Poliquin a des chances d'attaque contre le roi de Richard. Mais Poliquin s'essouffle (tu fumes trop Yvon) et Sauvé profite finalement d'un échange malheureux initié par son adversaire pour obtenir une finale ou les cavaliers blancs ne laisseront aucune chance à la tour noire.

Richard Sauvé (2008) - Yvon Poliquin (1965)

1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 c5 4.cxd5 cxd4 5.Dxd4 Cc6 6.Dd1 exd5 7.Dxd5 Fd7 8.Fg5 Cf6 9.Dd2 Da5 10.Fxf6 gxf6 11.0-0-0 0-0-0 12.Dd5 Db6 13.Dxf7 Dxf2 14.Cf3 Fh6+ 15.Rb1 Ff5+ 16.Ra1 Txd1+ 17.Cxd1 Dc5 18.Cc3 De3 19.a3 Td8 20.g4 Fe6 21.Dxh7 Ca5 22.Dc2 Rb8 23.Fh3 Cb3+ 24.Rb1 Cd4 25.De4 Dxe4+ 26.Cxe4 Cxe2 27.Te1 Cf4 28.Ff1 Cd3 29.Td1 Fa2+ 30.Rxa2 Cb4+ 31.axb4 Txd1 32.Fe2 Td7 33.Cxf6 Te7 34.Cg8 Txe2 35.Cxh6 Tg2 36.g5 Rc7 37.Cf5 Rd8 38.h4 1-0


Les péripéties sont toutes autres sur l'échiquier numéro 2, théâtre d'un duel épique opposant le presque expert Martin Glode (Lâche pas, Marty!), et dans le coin droit, pesant 130 lbs, Claude Lessard. Après un début entreprenant, Martin ne semble plus trop savoir sur quel pied danser, en jouant d'abord le mystérieux 21 Fb5 (Lessard suggère 21 f4!), puis en laissant candidement un pion en prise au 22e coup. Lessard est-t-il du genre à sauter sur le premier pauvre petit pion sans défense? Ha! Autant demander si Catherine Zeta-Jones est un mammifère!

Martin Glode (1938) - Claude Lessard (1992)

1.e4 b6 2.d4 Fb7 3.Fd3 e6 4.Cf3 g6 5.Fg5 f6 6.Fe3 Fg7 7.Cc3 Ce7 8.Dd2 0-0 9.Fh6 c5 10.h4 d5 11.Fxg7 Rxg7 12.e5 fxe5 13.Cxe5 Cbc6 14.h5 cxd4 15.Cxc6 Cxc6 16.Ce2 Df6 17.Cg3 De5+ 18.Ce2 g5 19.Th3 h6 20.Tg3 Rh8 21.Fb5 Tf4 22.0-0-0 Txf2 23.Tf3 Txf3 24.gxf3 De3 25.Fxc6 Dxd2+ 26.Txd2 Fxc6 27.Cxd4 Fd7 28.Te2 Te8 29.Te5 Rg7 30.Rd2 Rf6 31.Te3 e5 32.Ce2 e4 33.Cd4 Re5 34.c3 a6 35.Ce2 Tf8 36.Cd4 b5 37.fxe4 Tf2+ 0-1


Pendant ce temps, à quelques échiquiers de là, Dominic Coulon (1588) faillit causer une commotion cérébrale aux spectateurs; tout semblait en effet présager un massacre en règle de l'homme fort de Charlesbourg Réjean Plante (2173).
Coulon - Plante

Coulon a fort bien joué et obtenu une position agressive contre Plante, un peu déboussolé sans doute d'être arrivé à la course tout de suite après le travail. Je connais ça. Quoiqu'il en soit, Dominic trouve le coup Flex-O-Flex, celui qui agit là ou ça fait mal (en l'occurence le roi noir au centre):
17.f5! Nd4
Joué après une longue réflexion. Plante n'aime visiblement pas sa position.
18.fxe6 Nxe6 19.Nd5 Bxd5 20.cxd5 Qxc1 21.dxe6
Comme dit le frappeur au baseball: voilà ou le bat blesse! L'intermezzo indique que Réjean Plante aurait tout aussi bien pu jeter ici la serviette, toute dégoulinante de sueur qu'elle était. Mais c'est mal connaitre Plante, ce véritable sac Glad des échecs québécois car IL NE LÂCHE PAS! (OK, Reggie, c't'une JOKE! Fais-moi pas mal. C'est parce que t'es meilleur que moi aux échecs pis que je suis JALOUX!!)
21...Qxf1+ 22.Nxf1 Ne5 23.exf7+ Kxf7 24.Bxa6 Rc2 25.Bd4
Hmm...décision douteuse. J'aurais gardé la paire de fous pour l'attaque, par exemple avec 25 Fb7 avec l'idée de 26 Fd5+.
25...Kg7 26.Bxe5 Bxe5 27.Qd7+ Kh6 28.Qh3+ Nulle?!
Il y a des fois ou juste avoir une grosse cote nous fait sauver des demi-points. Bravo quand même à Dominic pour cette performance!