Le championnat invitation du club s’est poursuivi cette semaine, et après deux rondes, François et Bertrand semblent en effet vouloir se détacher du peloton.

Au premier échiquier, le favori a triomphé dans la bataille des François : Le 30è coup des Noirs laisse aller la dame, mais la perte d’une tour était de toute façon inévitable, donnant une position sans espoir :

François Caire (2182) – François Moisan (1912)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f4 0-0 6.Cf3 Cbd7 7.Fe2 e5 8.fxe5 dxe5 9.d5 a5 10.0-0 Cc5 11.Dc2 Ch5 12.Fg5 f6 13.Fe3 De7 14.Ce1 Cf4 15.Fxf4 exf4 16.Txf4 f5 17.Fd3 Fd4+ 18.Rh1 Fe3? (...fxe4!! 19.Txf8+ Dxf8 20.Fe2 Df2! gagnait pour les Noirs selon Fritz) 19.Tf3 f4 20.Tf1 g5 21.De2 g4 22.g3 Fd7 23.Cc2 Cxd3 24.Dxd3 Fc5 25.gxf4 Dh4 26.Ce2 Ff2 27.Ce1 g3 28.Cxg3 Txf4 29.Cg2 Df6 30.Ch5 Tf3 31.Cxf6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au deuxième échiquier, Bertrand a concédé quelques pions à Jean-François, comptant sur sa redoutable paire de fous comme contrepoids. Tout est devenu très compliqué, et la paire de fous des Noirs a bel et bien pesé lourd dans la décision :

Jean-François Dion (1951) – Bertrand Auger (1988)

1.d4 e6 2.Ff4 Cf6 3.Cf3 b6 4.e3 Fb7 5.Cbd2 g6 6.Fd3 Fg7 7.h3 0-0 8.0-0 d6 9.c4 c5 10.Dc2 Cc6 11.a3 cxd4 12.exd4 Ch5 13.Fe3 Tc8 14.Tac1 f5 15.Cb3 f4 16.Fd2 Ce7 17.Cg5 Dd7 18.Tfe1 e5 19.dxe5 dxe5 20.c5 Rh8 21.Fc3 Cc6 22.Fc4 Cd4 23.Fxd4 exd4 24.Fe6 Dc6 25.f3 Tc7 26.Dd3 bxc5 27.Txc5 Db6 28.Txc7 (Cxh7! donnait un grand avantage aux Blancs, selon Fritz) Dxc7 29.Fg4 Cg3 30.Ce6 De7 31.h4 Td8 32.Dd2 d3 33.Cxf4 Df6 34.Cxd3 Db6+ 35.Cbc5 Fd4+ 36.Rh2 Cf1+ 37.Txf1 Fxc5 38.Dc3+ Fd4 39.Db4 Dc7+ 40.Rh1 a5 41.Db5 De7 42.Te1 Dxh4+ 43.Fh3 Fxf3 44.Te8+ Rg7 45.Txd8 Dxh3 mat. 0-1.

Troisième échiquier : J’ai réussi à tenir tête à Antoine qui m’a surpris avec un contre-gambit Albin. Le milieu de partie était sûrement à l’avantage d’Antoine, mais l’échange des dames m’a permis d’échapper au pire.

Richard Sauvé (1932) – Antoine Bérubé (2194)

1.d4 d5 2.c4 e5 3.dxe5 d4 4.Cf3 Cc6 5.g3 Fe6 6.b3?! (je n’ai pas osé jouer Cbd2 à cause de …Fb4, et pourtant c’était le meilleur coup) Dd7 7.Fg2 0-0-0 8.0-0 Fh3 9.Fb2 h5 10.Dd2 h4 g1.Fxh3 Dxh3 12.Cg5 Dd7 13.Df4 Ch6 14.Cd2 f6 15.e6 De7 16.Cf7 Cxf7 17.exf7 Dxf7 18.Cf3 hxg3 19.fxg3 Rb8 20.Tad1 Dh5 21.Dh4 Fc5 22.Dxh5 Txh5 23.Rg2 Rc8 24.a3 a5 25.Td2 Ce5 26.Cxe5 Txe5 27.Tf3 Tde8 28.Rf1 Th8 29.Rg2 The8 30.Rf1 Te3 31.Txe3 Txe3 32.Td3 Te4 33.Rf2 f5 34.Rf3 g6 35.h3 c6 36.a4 Rc7 37.Fc1 b5 38.Fd2 Rb6 39.cxb5 cxb5 40.axb5 Rxb5 41.g4 Fb4 42.gxf5 gxf5 43.Fg5 Fc3 44.e3 Rb4 45.exd4 Fxd4 46.h4 Fc3 47.Fd8 Fe1 48.h5 Fh4 49.Fc7 Fg5 50.Fd6+ Rb5 51.Td5+ Rc6 52.Txf5 Te3+ 53.Rf2 Rxd6 (avec offre de nulle, mais j'ai préféré continuer quelques coups, histoire de m'assurer qu'il n'y avait rien à faire avec mon pion tour) 54.Txg5 Txb3 55.Txa5 Tb7 56.Rg3 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au premier échiquier du Montcalm 7, le tournoi suisse concurrent, une finale endiablée: Voyez comme Pierre s'ingénie à se créer un pion passé, sachant que c'est là sa seule chance, même si pour ce faire il doit en donner trois ou quatre (des pions passés!) à Bruno:

Pierre Lemieux (1886) - Bruno Girard (1707)

1.d4 d5 2.Cf3 Cf6 3.h3 c5 4.c3 Cc6 5.Ff4 Db6 6.Db3 c4 7.Dxb6 axb6 8.Ca3 Ta5 9.Fc7 Cd7 10.e4 e6 11.exd5 exd5 12.Cc2 Fe7 13.Fe2 0-0 14.0-0 Ta7 15.Ce3 Cf6 16.Fxb6 Ta6 17.Fc7 b5 18.a3 Fe6 19.Cg5 Tc8 20.Cxe6 fxe6 21.Fh2 Tca8 22.Cc2 Ca5 23.Tfe1 Cb3 24.Tad1 Tf8 25.Ff3 Te8 26.Te2 Fd6 27.Fxd6 Txd6 28.Tde1 Ca5 29.Ce3 Rf7 30.Cf1 Cc6 31.Cd2 Td7 32.Fg4 Tde7 33.f4 g6 34.Ff3 h6 35.g4 g5 36.fxg5 hxg5 37.Fg2 Rg6 38.Cf3 Ce4 39.Ce5 Cxe5 40.Fxe4+ dxe4 41.dxe5 Td8 42.Txe4 Td2 43.T4e2 Ted7 44.Tf2 T7d3 45.Txd2 Txd2 46.Tb1 Te2 47.Rf1 Txe5 48.Te1 Rf6 49.Txe5 Rxe5 (malgré leur pion de plus, les Blancs sont probablement perdus) 50.Re2 Re4 51.Rd2 Rf3 52.b3 cxb3 53.c4 bxc4 54.a4 Re4 55.h4 gxh4 56.a5 Rd5 57.a6 Rc6 58.g5 h3 59.g6 h2 60.a7 Rb7 61.g7 h1=D 62.a8=D+ Rxa8 63.g8=D+ Ra7 64.Dxe6 Dh2+ 65.Rc3 Dc7 66.De3+ Ra6 67.De6+ Rb5 68.Dd5+ Ra6? (...Ra4! Da8+ 69.Da5+ et les Noirs échangeaient les dames, avec une victoire facile). Bruno n'a finalement jamais pu progresser davantage, et la nulle fut conclue plusieurs coups plus tard, alors que les deux drapeaux étaient au bord de la chute. 1/2-1/2.

Au deuxième échiquier du Montcalm 7, Paul n'était pas peu fier d'avoir pu arracher le scalp de Sébastien (c'est une image, bien sûr!). Le dernier coup blanc est très joli: Il prépare un mat qui ne peut être paré que par l'abandon d'une tour:

Paul Cummins (1693) - Sébastien Caron (1879)

1.d4 Cf6 2.Fg5 Ce4 3.Ff4 f5 4.f3 Cf6 5.e4 d6 6.Fd3 e6 7.Dd2 Cc6 8.Ce2 Fe7 9.exf5 exf5 10.0-0 Cd5 11.Fg3 Fg5 12.f4 Ff6 13.Fb5 Fd7 14.Te1+ Rf8 15.Fc4 Cde7 16.Cbc3 Ca5 17.Fd3 d5 18.Cxd5 Cxd5 19.Dxa5 c6 20.Dd2 Db6 21.c3 Td8 22.Ff2 Dc7 23.g3 Tg8 24.c4 Ce7 25.Tac1 Dd6 26.c5 Dc7 27.Fc4 Cd5 28.Cc3 Fe8 29.De2 g5 30.fxg5 Fxg5 31.Cxd5 cxd5 32.Fxd5 Ff7 33.Fxf7 Dxf7 34.Tc3 Ff6 35.Tf3 Dd7 36.Dd3 Fxd4+ 37.Fxd4 Dxd4+ 38.Dxd4 Txd4 39.Txf5+ Rg7 40.Te7+ Rg6 41.Tf2 Tb4 42.c6 bxc6 43.Te6+ Rg5 44.Txc6 h5 45.h4+ Rg4 46.Rg2 a5 47.b3 Te4 48.Tcf6! Tf8 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

L'échec double est souvent mortel. Au troisième échiquier, Alexandre en a eu un à sa disposition, ce qui lui a permis d'en finir rapidement avec Bertrand:

Bertrand Fortier (1650) - Alexandre Filiatrault (1746)

1.c4 Cf6 2.g3 g6 3.Fg2 Fg7 4.d4 c5 5.e3 0-0 6.Ce2 d6 7.Cbc3 Cbd7 8.0-0 Tb8 9.dxc5 Cxc5 10.e4 Fe6 11.Dc2 Fxc4 12.Td1 Db6 13.Fe3 Cg4 14.Fc1 Cxf2 15.Td2 Ccxe4 16.Ca4 Ch3+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Pour finir, cette partie où Eric a tout de même offert une certaine résistance avant de succomber à une combinaison mortelle de Nicolas:

Eric Dumont (1632) - Nicolas Audet-Bouchard (2104)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.f4 g6 4.Cf3 Fg7 5.Fb5 Cd4 6.e5 Cxb5 7.Cxb5 a6 8.Cc3 d5 9.0-0 Fg4 10.b3 e6 11.h3 Fxf3 12.Dxf3 h5 13.g3 Ce7 14.Fb2 Cf5 15.Ce2 Tc8 16.Rh2 Ff8 17.c4 dxc4 18.Dxb7 Fe7 19.Dxa6 cxb3 20.Db5+ Rf8 21.Fc3 bxa2 22.Txa2 Dd5 23.Ta7 De4 24.Tf2 Rg7 25.Cg1 c4 26.Tf3 Tb8 27.Dd7 Tb1 28.d3 cxd3 29.Dxd3 Dxd3 30.Txd3 Fc5 31.Txf7+ Rxf7 32.Cf3 Fe7 33.Td7 Tc8 34.g4 Txc3 35.Cg5+ Re8 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.