Le champion sortant détient un demi point d'avance avec une ronde à jouer. Je me hasarderai à prédire que si le tournoi se terminait par une double ou une triple égalité en tête, Antoine serait favorisé, puis François.

Jouant au premier échiquier, François me confiait, après la partie, qu’il aurait été bien embêté si Jean-François avait joué 25…Fh6 au lieu de la gaffe 25…Fxh1 ?, coup après lequel les Noirs ont immédiatement abandonné, voyant que 26.Dd3 annonçait un mat imparable.

François Caire (2182) – Jean-François Dion (1951)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.f4 Fg7 5.Cf3 0-0 6.Fd3 c5 7.dxc5 dxc5 8.e5 Cd5 9.Cxd5 Dxd5 10.De2 Cc6 11.c3 Rh8 12.Fc4 Dd8 13.Cg5 e6 14.h4 h6 15.Ce4 b6 16.h5 Ce7 17.Fd2 Fb7 18.0-0-0 Cf5 19.Fe1 Dc8 20.g4 Ce7 21.Fh4 Cd5 22.Tdf1 Cxf4 23.Txf4 g5 24.Fxg5 hxg5 25.Cxg5 Fxh1 et les Noirs abandonnèrent sans attendre. 1-0.

Au deuxième échiquier, Antoine a infligé à Bertrand un long supplice semblable à celui que Thomas Roussel-Roozmon m’avait servi au tournoi du Carnaval : Il fallait empêcher la manœuvre Fb5 suivi de Fxc6 en jouant …a6 avant l’arrivée du fou, pour éviter de se retrouver avec un mauvais fou contre l’excellent cavalier central des Blancs.

Antoine Bérubé (2194) – Bertrand Auger (1988)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 Cf6 4.e5 Cfd7 5.Fd3 c5 6.c3 Cc6 7.Ce2 cxd4 8.cxd4 f6 9.exf6 Cxf6 10.Cf3 Fd6 11.Ff4 0-0 12.0-0 Fxf4 13.Cxf4 Ce4 14.Ch5 Fd7 15.Cg3 Cxg3 16.hxg3 Df6 ? 17.Fb5 ! Fe8 18.Fxc6 Fxc6 19.De2 Tae8 20.Ce5 Te7 21.Tac1 Fe8 22.Tc3 Dg5 23.Tfc1 Fg6 24.Tc8 Tee8 25.T8c7 Te7 26.T1c3 Fe4 27.f4 Df6 28.Dd2 Td8 29.Dc1 Df8 30.Txe7 Dxe7 31.Tc7 Db4 32.Txg7+ Rh8 33.Tg5 Dxd4+ 34.Rh2 h6 35.Cf7+ Rh7 36.Cxd8 hxg5 37.Cxe6 Db6 38.Cxg5+ Rg6 39.Dc8 Dxb2 40.De8+ Rf5 41.De6 mat. 1-0.

Au troisième échiquier, François et moi nous sommes livré une chaude lutte : Nantis de deux pions passés en plein centre après le 28è coup, les Noirs n’avaient aucune raison de perdre cette partie. Je suis persuadé que nous avons tous deux mal joué dans la finale, que j’ai fini par gagner au bout du compte.

Richard Sauvé (1932) – François Moisan (1912)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f3 0-0 6.Fe3 Cc6 7.Cge2 a6 8.Dd2 Tb8 9.Cc1 e5 10.d5 Cd4 11.C1e2 Cxe2 12.Fxe2 Ch5 13.0-0-0 f5 14.exf5 gxf5 15.Rb1 Cf4 16.Ff1 Fd7 17.g3 Cg6 18.Fh6 Fxh6 19.Dxh6 b5 20.h4 Df6 21.h5 Ce7 22.Dxf6 Txf6 23.cxb5 axb5 24.Th2 b4 25.Ce2 c6 26.dxc6 Fxc6 27.Cg1 d5 28.f4 e4 29.Ce2 Fb5 30.Cd4 Fxf1 31.Txf1 Cc6 32.Td1 Cxd4 33.Txd4 Td6 34.Rc2 b3+ 35.axb3 Tdb6 36.Txd5 Txb3 37.Td8+ Txd8 38.Rxb3 Td3+ 39.Rc4 Txg3 40.b4 Tg1 41.b5 Tc1+ 42.Rd5 Tb1 43.Rc6 Tc1+ 44.Rb7 Rf7 45.b6 Re6 46.Ra8 Ta1+ 47.Rb8 Rd5 48.b7 Rd4 49.Tb2 Rc3 50.Tb5 e3 51.Txf5 e2 52.Te5 e1=D 53.Txe1 Txe1 54.f5 Te8+ 55.Rc7 Te7+ 56.Rc6 Te8 57.f6 Rd4 58.f7 Tf8 59.Rd6 Re4 60.Re7 Tb8 61.f8=D Txb7+ 62.Rf6 Tb6+ 63.Rg5 Tb5+ 64.Rg4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Passons maintenant au Montcalm 7. Menant les Noirs au premier échiquier, Nicolas a peu à peu pris l’avantage, poussant son pion e jusqu’à ce qu’il devienne une véritable épine pour l’armée de Pierre. Une attaque de mat a conclu la partie, entraînant une perte matérielle trop importante pour les Blancs.

Pierre Lemieux (1886) – Nicolas Audet-Bouchard (2104)

1.d4 Cf6 2.Cf3 d5 3.Ff4 c5 4.c3 Db6 5.Db3 Cc6 6.e3 c4 7.Dc2 Ff5 8.Dc1 e6 9.Cbd2 Dd8 10.h3 Fd6 11.Ce5 Fxe5 12.dxe5 Cd7 13.e4 Fxe4 14.Cxe4 dxe4 15.Fxc4 Cdxe5 16.Fxe5 Cxe5 17.Fb5+ Cc6 18.De3 Db6 19.De2 0-0 20.0-0 Ce5 21.Fa4 f5 22.Rh1 Tad8 23.Tad1 Td3 24.Fc2 Txd1 25.Fxd1 Td8 26.Fb3 Cd3 27.Fc4 Cf4 28.Dc2 Dc6 29.Fb3 Td3 30.Dc1 e3 31.f3 e2 32.Tg1 Txf3 33.Fxe6+ Cxe6 34.gxf3 Dxf3+ 35.Rh2 Cf4 36.Tg5 Df2+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Le toujours dangereux Eric s’est servi de l’ouverture Bird pour provoquer une des surprises de la soirée. Sébastien prend de plus en plus d’expérience et devient difficile à battre, mais jeudi soir, Eric y est arrivé, mettant à profit la vulnérabilité du roi noir.

Eric Dumont (1632) – Sébastien Caron (1879)

1.f4 Cf6 2.Cc3 c6 3.Cf3 d5 4.e3 g6 5.b3 Fg7 6.Fb2 Ce4 7.Ce5 Cd6 8.Fe2 Cd7 9.Cf3 0-0 10.0-0 e5 11.fxe5 Cxe5 12.Tb1 Cxf3+ 13.Fxf3 Dg5 14.Ce2 Cf5 15.Fxg7 Rxg7 16.Cf4 Ch4 17.Tf2 h5 18.Fe2 Th8 19.Dc1 De7 20.Db2+ Rh7 21.Tbf1 Thf8 22.Fxh5 g5 23.Ce2 Fe6 24.De5 Tae8 25.Tf6 Cxg2 26.Dxg5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Voici maintenant une autre victoire spectaculaire de Paul : 22.g4 ! gagne une pièce, car sur 22…Cf6 suivrait 23.Txf6 gxf6 24.Dh7+ Rf8 25.Dh8 mat.

Paul Cummins (1693) – Philippe Léveillée (1589)

1.d4 d5 2.e4 dxe4 3.Cc3 Cf6 4.Fg5 Ff5 5.f3 exf3 6.Cxf3 Cbd7 7.Ch4 Fg6 8.Cxg6 hxg6 9.Df3 c6 10.0-0-0 e6 11.Fc4 Fe7 12.The1 0-0 13.Dh3 Cd5 14.Fxe7 Dxe7 15.Ce4 C7b6 16.Fb3 Tfd8 17.Dg3 Cf6 18.Cg5 Dd6 19.Dh4 Ch5 20.g3 Te8 21.Tf1 Te7 22.g4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Et pour terminer, enfin une partie nulle ! Jean-François possédait un pion de plus en finale contre André, mais les fous de couleurs différentes lui enlevaient toute importance.

André Bourassa (1623) – Jean-François Leclerc (1530)

1.d4 d5 2.c4 dxc4 3.e4 e5 4.d5 c6 5.Fxc4 Cf6 6.Db3 cxd5 7.exd5 Fd6 8.Cc3 a6 9.a4 0-0 10.Fe3 Cbd7 11.Cge2 Te8 12.0-0 Dc7 13.Cg3 e4 14.Tac1 Cc5 15.Dc2 Fxg3 16.fxg3 Dd6 17.Ff4 Db6 18.Df2 Cg4 19.Dd4 Cxa4 20.Dxb6 Cxb6 21.Fa2 Cd7 22.Tce1 Cgf6 23.Te3 b5 24.b4 Fb7 25.Tfe1 Cb6 26.Cxe4 Cxe4 27.Txe4 Txe4 28.Txe4 Cxd5 29.Fxd5 Fxd5 30.Td4 Fe6 31.Fc7 Rf8 32.Td8+ Txd8 33.Fxd8 Re8 34.Fb6 Rd7 35.Rf2 Rc6 36.Fa5 Rd5 37.Re3 Rc4 38.Rf3 f6 39.h3 h5 40.Re3 g5 41.Rf2 f5 42.Re3 et la nulle fut acceptée. 1/2-1/2.