Stéphane s’est emparé de la première place en défaisant Martin Fecteau. Lors du 38e coup, Te7, les Noirs ont préféré ne pas faire un échange de dames dans le but d’éviter une infiltration de la tour adverse sur la septième rangée. Mais ce choix a entraîné des conséquences encore plus dévastatrices. La réplique 39. Dg4! permet aux Blancs de s’emparer du contrôle de la case g6 et de faire davantage de dommages. La position forçait soit une perte importante de matériel, soit le mat en un qui s’est justement produit dans la partie.

Stéphane Beaudoin (1979) – Martin Fecteau (2022)
Les Noirs abandonnent 1-0



Pourquoi roquer? On sait tous que roquer est une perte de temps et Serge a très bien compris cela. Il a tellement bien compris qu’à partir du coup 13…Tg8, il savait qu’il allait transposer sa partie dans une finale gagnante une trentaine de coups plus tard. En effet, l’échange de dames mène tout droit à une finale avec deux pions de plus et un roi bien centré puisqu’il n’a pas fait l’erreur de roquer. En fait, c’est paradoxal, mais tout au long de la partie le roi de Simon a été bien plus exposé que celui de Serge, ce qui a permis à ce dernier de remporter deux pions dans le feu de l’action.

Simon Laflamme (1938) – Serge Champetier (2096)
Les Blancs abandonnent 0-1


Pourquoi garder sa dame? On sait tous que c’est le nombre qui compte et que de toute façon tôt ou tard on va récupérer suffisamment de matériel. Nelson a très bien compris cela. Il a tellement bien compris qu’à partir du coup 14. Dxb7, il savait qu’il allait transposer sa partie dans une finale gagnante une quinzaine de coups plus tard avec deux fous et une tour contre une dame. Il s’agissait juste en effet de gagner un fou par 29. Txe5. Après être tombé au piège, Jocelyn aurait peut-être dû continuer pour tenter par exemple un échec perpétuel avec sa dame, mais les chances de s’en sortir sont tout de même très minces.

Nelson Gago (pas 1994, mais 1961) – Jocelyn Côté (1848)
Les Noirs abandonnent 1-0





Après avoir joué 5 longues parties au tournoi du Carnaval, j’avais tout simplement le goût d’essayer quelque chose de nouveau hier soir. En fait, c’était du gambling, j’ai carrément donné beaucoup de matériel dans le seul et unique but de capturer le roi adverse. Quoiqu’il en soit, je suis un mauvais gambler, le logiciel Fritz s’est moqué de moi tout au long de l’analyse, sauf vers la fin de ma partie où ma traître paire de fous a réservé une mauvaise surprise à Ismaël. Si les Noirs avaient résisté à la tentation de jouer 30…gxf4??, ils auraient eu de très bonnes chances de gain.

Dominic Cournoyer (1839) – Ismaël Skakni (1668)
Les Noirs abandonnent 1-0



J'ai finalement la partie entre Michel Servant et Réjean Plante. Assez spectaculaire! À n'y rien comprendre! Tactique! Très tactique! Ne faites pas analyser ça par votre ordinateur, il va devenir fou! L'analyse suivante a été faite par Denis Robitaille.

Michel Servant (1669) - Réjean Plante (2108)
Les Blancs abandonnent 0-1


Appariements non-officiels pour la semaine prochaine :

Serge Champetier (2½) – Stéphane Beaudoin (3)
Gaétan Lapierre (2½) – Nelson Gago (2½)
Nicolas Chiffot (2½) – Réjean Plante (2)

Prenez note que notre arbitre Gaétan Lapierre ne jouera pas si le nombre de joueurs incluant lui-même est impair, dans ce cas, le deuxième échiquier serait probablement occupé par un affrontement Chiffot - Gago.

Une dernière chose, suite à ma chronique de la semaine dernière, certains semblent avoir tellement apprécié mes blagues que dorénavant, ils prennent un malin plaisir à m’appeler Dieu. Je leur fais immédiatement une mise en garde : Continuez à m’appeler Dieu, j’apprécie!