Dès le début, Arnaud a pris un énorme avantage d’espace sur l’aile-dame, faisant sauter deux pions impunément. Son avantage était suffisamment écrasant pour laisser sa dame en prise, Sébastien ne pourra pas de toute façon empêcher son adversaire d’obtenir une seconde dame. Pour ceux qui s’interrogent à propos du pion e4 en début de partie : Le pion n’est pas capturable n’importe quand à cause de la fourchette de la dame en a4. Mais dans la position du sixième coup, c’est envisageable avec la suite 6…Cxe4 d5 7. Da5+ et les Noirs ne perdent pas de pièce, mais les Blancs ont en revanche un avantage de développement et d’espace.


Arnaud Rainfray (2387) - Sébastien Caron (1908)
Les Noirs abandonnent 1-0

Quant à moi, je suis imbattable depuis des mois. Donc, l’adversaire n’avait absolument aucune chance dès le début, absolument aucune. Après avoir reculé ma dame en d1, la partie s’annonçait tout de même plus serrée que je l’aurais anticipée, mais bon avec mon immense talent sublime, je vais sûrement m’en sortir. Ensuite, la faiblesse du pion c4 va mener à une partie encore plus serrée. Après une trentaine de coups, la partie s’annonçait tellement serrée que je ne pouvais même plus la tenir. Plus rien ne peut empêcher le pion a2 de damer, c’est beaucoup trop serrée…

Dominic Cournoyer (1919) – Claude Lessard (2005)
Les Blancs abandonnent 0-1

Cette partie était trop serrée pour Gaétan qui malgré la qualité de plus, accusait un déficit de plusieurs pions. Le sacrifice de qualité que Bertrand a fait sur le pion f4 menait forcément à la capture d’un autre pion sous peine de voir le roi blanc se faire mater par 20…Th4# (20. b3 n’est pas mieux à cause de 20… Tf2 suivi de 21…Cf3). J’ai comme l’impression que Bertrand l’a échappé un peu lorsque Gaétan a pu développer ses deux pièces qui étaient dans le coin, mais la différence de pion est trop grande pour que Gaétan puisse s’en sortir, d’ailleurs son temps tombera en même temps qu’il jouera son dernier coup.

Gaétan Lapierre (1911) – Bertrand Auger (1943)
Les Blancs perdent au temps 0-1

Maintenant, finissons avec cette partie qui était trop serrée pour Daniel. Jonathan n’avait qu’un léger avantage positionnel jusqu’à ce que Daniel fasse la bourde de céder le pion a7, ce qui mettra son roi gravement en danger, et ne l’avantagera pas lors de ce duel tactique à venir. C’est tellement serré que Jonathan pouvait en finir de plusieurs façons : 38 Db8+ aurait mis fin à la partie assez rapidement, 47. Fc5! aussi. Mais bon finalement ce ne sera pas trop difficile pour les Blancs de trouver le gain.

Jonathan Perron (1951) – Daniel Dubé (1767)
Les Noirs abandonnent 1-0

Petites annonces :

Le Championnat de la Ville s’en vient, dès le 26 mars! Le vainqueur de la section A du Montcalm 6 sera déclaré Champion de la Ville par la Ligue d’échecs de la Capitale.

Ça fait longtemps que la région du Saguenay n’a pas organisé un tournoi de cette ampleur, le Championnat ouvert du Saguenay 2009 sera fort probablement un succès, il aura lieu les 4 et 5 avril à Chicoutimi.