Cette fois-ci c’est ex æquo avec Bertrand Auger et Réjean Plante que je mène le tournoi (2,5/3). Mais pas pour très longtemps puisque j’affronterai probablement François Caire lors de la quatrième ronde, je crois que je peux oublier la première place. De toute façon, je devrai fort probablement m’absenter lors de la dernière ronde.

C’est moi qui avais l’honneur d’être sur le premier échiquier (pas pour l’échiquier démonstrateur, mais bel et bien pour jouer). Moi et mon adversaire avions présenté un festival d’erreurs aux spectateurs. Réjean, parce qu’il était en pression de temps et moi, parce que… ??? En tout cas, je n’étais pas du tout en pression de temps. Je n’ai même pas pris la peine de fournir un effort suffisant pour sauvegarder ma pièce de plus en finale. Mais bon, nous avons tout de même mérité (ou plutôt simplement récolté) un demi-point chacun.

Dominic Cournoyer (1931) – Réjean Plante (2032)
Nulle ½-½


Bertrand se méritera une partie sur le premier échiquier la semaine prochaine contre Réjean. Il pouvait s’il voulait, conserver sa pièce de plus, mais il a opté pour une avance de deux pions et une attaque féroce sur le roi adverse. Suite à 33. Tg5+ Éric a préféré abandonner. D’ailleurs après quelques secondes de calcul, le logiciel Fritz considère 33…Dg6 comme étant le moins pire coup pour les Noirs! Excellente idée d’avoir opté pour l’abandon.

Bertrand Auger (2018) – Éric Myre (1922)
Les Noirs abandonnent 1-0




Disons que le roi de Richard (ne pas confondre avec le roi Richard) était dans une dangereuse position. Ce qui est étonnant c’est que même l’ordinateur ne trouve aucune façon pour les Noirs de faire de graves dommages. Le maximum que la machine suggère c’est un pion de plus pour les Noirs, d’ailleurs Yvon a obtenu une telle finale. Mais le pion de plus n’a décidément pas fait la différence.

Richard Sauvé (1917) – Yvon Poliquin (1794)
Nulle ½-½


À l’instar de moi, Bertrand n’a pas su quoi faire avec sa pièce de plus. Pièce qu’il a gagnée subtilement avec 15…h6, si 16. Cxe4, alors 16…Cxe4 17. Dxe4 Ff5. Finalement Pierre a détruit le château-fort du roi adverse suite à 24…fxg6?? Bertrand ne peut tout simplement plus parer le mat que l’artillerie lourde s’apprête à infliger, malgré sa pièce de plus.

Pierre Lemieux (2021) – Bertrand Fortier (1583)
Les Noirs abandonnent 1-0




Quant à Mathieu, c’est avec une qualité de plus qu’il ne sait pas quoi faire. Est-ce que c’était voulu de la part de Nicolas de laisser l’adversaire prendre la qualité ? Je l’ignore, mais le contrôle des cases noires par les Blancs donnera énormément de contre-jeu. À mon avis, les Noirs devaient fermer la grande diagonale en jouant f6 plutôt que f5.

Nicolas Chiffot (1891) – Mathieu Laferrière (1549)
Les Noirs abandonnent 1-0