Définition de la semaine

Analyse : Preuve irréfutable que vous auriez dû gagner une partie que vous avez perdue.



Mentionnons tout d’abord qu’avec Richard Sauvé, Claude Lessard, Michel Vadnais et Nicolas Leblanc qui se sont joints à nous, nous sommes dorénavant 28 participants à l’Estival 2.

Être le favori du tournoi est un lourd fardeau, tout le monde veut le battre! David Vallières a bien tenté de vaincre Simon Laflamme. Hélas, ce sera pour une autre fois. David est passé bien proche de remporter la victoire, grâce à son dangereux pion passé sur la colonne a. Toutefois, la bourde 46.Tb1 mène les Noirs à la victoire grâce à un mat en 5 qui commence par 46…Txh3. Deux trouvailles fritziennes: 17…Fb7! gagne un pion sans compensation et 43. De7!! gagne la tour. Mais bon, c’est peut-être simple pour Fritz, mais beaucoup moins pour les «pousseux de pions» que nous sommes.

David Vallières (1769) – Simon Laflamme (1970)
Les Blancs abandonnent 0-1


Étant beaucoup trop occupé avec mon adversaire coriace, je n’ai pas pensé à prendre la copie de la partie Fecteau-Gago (1-0).

Après avoir pris l’avantage matériel d’une qualité et d’un pion, Yvon Poliquin a manœuvré afin de créer deux pions passés et liés sur l’avant-dernière rangée, ce qui sera suffisant pour convaincre l’adversaire d’abandonner.

Jocelyn Côté (1721) – Yvon Poliquin (1924)
Les Blancs abandonnent 0-1


Samuel Bourassa avait une partie parfaitement jouable contre Gaétan Lapierre, jusqu’à ce qu’une imprécision tactique mène à la perte d’une pièce. Le pion f5 était tout à fait récupérable en autant d’opter pour la variante 19…Cxf5 20. Cxf5 Fxf5 où l’échec de la dame en d5 aurait été un pétard mouillé puisque le fou aurait pu à la fois bloquer l’échec et obtenir protection en e6.

Gaétan Lapierre (1886) – Samuel Bourassa (1721)
Les Noirs abandonnent 1-0





Le titre de la chronique fait référence à ma partie contre Alain Monga, en effet je l’ai volée. Pas d’Anglaise pour cette semaine, je me suis lancé en terrain inconnu, ce qui a tout de même mené à une partie très intéressante et serrée. Alain a sacrifié deux pièces pour m’enlever cinq pions, ce qui a mis mon roi à découvert. Ensuite, le gain a été manqué deux fois par mon adversaire 35…Ff2 donne un avantage important aux Noirs et 40…f3! mène tout droit à une promotion! Le cavalier est immobilisé étant donné la menace 41…Tg1 mat! Toutefois, Fritz a trouvé un gain que j’ai manqué, 31. Cb5 aurait été presque décisif! Bref, moi et mon adversaire avons perdu l’analyse. Petite précision: la tour donnée vers la fin de la partie était due à l’extrême zeitnot.

Dominic Cournoyer (1796) – Alain Monga (1705)
Les Noirs abandonnent 1-0


La semaine prochaine, Martin Fecteau (2/2) affrontera avec les Noirs Gaétan Lapierre (2/2), Yvon Poliquin (2/2) affrontera avec les Blancs Yvon Bluteau (2/2), tandis que moi (2/2), je verrai si je peux encore me sortir des positions embarrassantes face à Richard Sauvé (1,5/2), j’aurai les Noirs.