Dans la section A du Montcalm 2, déjà plus aucun joueur ne détient un score parfait, après deux rondes seulement, mais Paul Marquis a maintenant 2 en 2 dans la section B, tandis que la section C est aussi le théâtre d’une lutte serrée, que Paul Cummins domine pour l’instant.

Au premier échiquier, Antoine et Bertrand avaient déjà joué cette variante connue de la Française Tarrasch. Les Blancs ne sont sortis des sentiers battus qu’au 18è coup !

Antoine Bérubé (2107) – Bertrand Auger (1960)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 Cf6 4.e5 Cfd7 5.Fd3 c5 6.c3 Cc6 7.Ce2 cxd4 8.cxd4 f6 9.exf6 Cxf6 10.0-0 Fd6 11.Cf3 0-0 12.Ff4 Fxf4 13.Cxf4 Ce4 14.Ch5 g6 15.Cg3 Cxg3 16.hxg3 Db6 17.Da4 a6 18.Tfd1 Fd7 19.Dc2 Txf3 20.gxf3 Cxd4 21.Dc1 Cxf3+ 22.Rg2 Tf8 23.De3 d4 24.De2 e5 25.Fe4 De6 26.Fxf3 Txf3



27.Txd4 Fc6 28.Rg1 Tf6 29.Td8+ Rg7 30.Tc1 De7 31.Dd2 De6 32.De2 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au deuxième échiquier, François a encore été tenu à une nulle. Michel a cédé une qualité contre une couple de pions, et la position résultante leur a semblé suffisamment équilibrée pour donner à tous deux l’envie de partager le point :

François Caire (2248) – Michel Valley (2021)

1.e4 c5 2.c3 Cf6 3.e5 Cd5 4.d4 cxd4 5.cxd4 Cc6 6.Cc3 Cxc3 7.bxc3 d6 8.f4 e6 9.Cf3 Fe7 10.Fd3 0-0 11.0-0 b6 12.De2 Fb7 13.Fd2 Tc8 14.Tae1 dxe5 15.fxe5 Ca5 16.Df2 Fd5 17.Dg3 g6 18.Fh6 Txc3 19.Fxf8 Dxf8 20.Fb1 Ta3 21.Tc1 Dd8 22.Df4 et la nulle fut décidée. 1/2-1/2.

Troisième échiquier: Vladimir, qui menait les Noirs, l'a emporté sur Claude. Merci à Vladimir qui m'a gentiment expédié les coups de sa partie cet après-midi (vendredi le 21):

Claude Lessard (2040) - Vladimir Gaspariants (2254)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 Fb4+ 4.Cbd2 d5 5.e3 0-0 6.a3 Fe7 7.Dc2 b6 8.cxd5 exd5 9.b4 Fb7 10.Fd3 Cbd7 11.Ce5 c5 12.bxc5 bxc5 13.Tb1 cxd4 14.exd4 Tc8 15.Da4 Cxe5 16.dxe5 Cd7 17.Ff5 Cc5 18.Dg4 Fa6 19.Cf3 Cd3+ 20.Fxd3 Fxd3 21.Fh6 Da5+ 22.Cd2 Fg6 23.h4 gxh6 24.h5 Tc4 25.Dg3 Fg5 26.0-0 Dd2 27.hxg6 hxg6 28.e6 fxe6 29.Tb8 Df4 30.Txf8+ Rxf8 31.Db3 Tc1 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au quatrième échiquier, Gaétan a progressivement enfoncé l’aile-dame de Jean-François, jusqu’à ce que la marche de son pion b lui procure la victoire :

Gaétan Lapierre (1874) – Jean-François Dion (1959)

1.c4 Cf6 2.Cc3 g6 3.g3 Fg7 4.Fg2 0-0 5.e4 d6 6.d4 e5 7.dxe5 dxe5 8.Dxd8 Txd8 9.Cf3 Te8 10.0-0 c6 11.h3 h6 12.Fe3 Ca6 13.a3 c5 14.Cd2 Fd7 15.f4 Fc6 16.f5 Tad8 17.Cd5 Fxd5 18.cxd5 g5 19.g4 Ff8 20.Tfc1 b6 21.Ff1 Cb8 22.Rf2 Tc8 23.Rf3 Ted8 24.Tc2 a6 25.a4 Ce8 26.Cc4 Cd7 27.a5 b5 28.Cb6 Cxb6 29.axb6 Cd6 30.Txa6 c4 31.Ta7 Tb8 32.Tc7 Tdc8 33.Tc6 Cb7 34.b3 Ca5 35.Txc8 Txc8 36.bxc4 bxc4 37.Ta2 Cb7 38.Ta7 Cd6 39.Tc7 Tb8 40.Fxc4 Cb7 41.Fa6 Cd8 42.b7



et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au cinquième échiquier, Paul m’a surpris avec une défense Tarrasch du gambit-dame. Je croyais être en bonne position, quand je n’ai pas vu l’évident 20…Ff5, après lequel j’étais sans doute perdu. Peut-être ai-je eu une seconde chance lors de notre zeitnot (30.Ff4 !?) mais si c’est le cas, je l’ai ratée. La technique de Paul, qui avait Dame contre tour et fou, a fait le reste :

Richard Sauvé (1875) – Paul Marquis (1856)

1.d4 d5 2.c4 e6 3.Cc3 c5 4.cxd5 exd5 5.g3 Cc6 6.Cf3 Cf6 7.Fg2 Fe7 8.0-0 0-0 9.Ff4 a6 10.Tc1 c4 11.Ce5 Fe6 12.Cxc6 bxc6 13.b3 cxb3 14.Dxb3 c5 15.Fe5 cxd4 16.Fxd4 Tb8 17.Dc2 Tb4 18.Tfd1 Tc4 19.Dd3 Dc8 ! 20.Tb1 ?? Ff5



21.e4 dxe4 22.De3 Cg4 23.Df4 Td8 24.Ce2 Fd6 25.Dg5 f6 26.Dd2 e3 27.Fxe3 Fxb1 28.Fd5+ Rh8 29.Fxc4 Fe4 30.Fb6? Ce5! 31.Dxd6 Txd6 32.Txd6 Cd7 33.Cc3 Dxc4 34.Txd7 h5 35.Cxe4 Dxe4 36.Td1 h4 37.h3 hxg3 38.fxg3 De6 39.Fd4 Dxa2 40.h4 Db3 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

La dernière partie à se terminer fut, comme je l’ai baptisée, la partie des optimistes (Lemieux-L’Heureux). Clément a finalement fait damer son pion e, forçant l’abandon de Pierre :

Pierre Lemieux (1899) – Clément L’Heureux (1873)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.Ff4 d6 4.e3 Fg7 5.h3 0-0 6.c3 c5 7.Fd3 cxd4 8.exd4 Cc6 9.0-0 Cd5 10.Fg5 Db6 11.Dd2 f6 12.Fh6 Fe6 13.Fxg7 Rxg7 14.Te1 Ff7 15.Ca3 Tac8 16.Cc4 Dc7 17.Ce3 Tfe8 18.Cg4 Dd8 19.Dh6+ Rh8 20.Ch4 Tg8 21.Dd2 Ca5 22.Ch6 Tg7 23.Cxf7+ Txf7 24.g3 Rg7 25.Tac1 Cc4 26.De2 b5 27.a4 a6 28.axb5 axb5 29.Ta1 Dd7 30.Rh2 e5 31.Fe4 De6 32.Cf3 h6 33.Tad1 Cc7 34.Fd3 Ta8 35.d5 Dc8 36.Fxc4 bxc4 37.Dxc4 Db7 38.b4 Cb5 39.Dd3 Ta3 40.Tc1 Tc7 41.Te4 Tcxc3 42.Txc3 Txc3 43.Dd1 Da7 44.Rg2 Da3 45.De2 Cc7 46.Tc4 Cxd5 47.Txc3 Dxc3 48.Db5 Ce7 49.Dd7 Rf7 50.b5 e4 51.Cg1 Dd2 52.Da7 Re6 53.h4 Cd5 54.Ch3 e3 55.Da8 e2 56.Dc8+ Rf7 57.Dd7+ Ce7 58.Cf4 e1=D



et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Voici maintenant une partie de la section C où Alexandre a cédé deux qualités, mais entraîné Paul a lui imposer la nulle, parce que les deux fous noirs semblaient tout aussi intimidants que les deux tours blanches, sinon plus :

Paul Cummins (1787) – Alexandre Filiatrault (1826)

1.d4 Cf6 2.Fg5 c5 3.Fxf6 gxf6 4.dxc5 Da5+ 5.Dd2 Dxc5 6.Cc3 Fg7 7.b4 Dxb4 8.Tb1 Dc5 9.Tb5 Dc6 10.e3 f5 11.Tb3 0-0 12.Cf3 d6 13.Cd5 Dd7 14.Fb5 Cc6 15.0-0 a6 16.Fxc6 bxc6 17.Cb6 Da7 18.Cxa8 Dxa8 19.Tfb1 Fe6 20.Ta3 c5 21.h3 Fd5 22.Ce1 Dc6 23.f3 Rh8 24.Cd3 e5 25.Ce1 Tg8 26.Td1 Fe6 27.Dxd6 Db5 28.Dxa6 Db2 29.Tad3 Ff6 30.Da3 Db5 31.Rh1 e4 32.T3d2 Df1+ 33.Rh2 exf3 34.Cxf3 Txg2+ 35.Txg2 Dxf3 36.Dxc5 h5 37.Df8+ Rh7 38.Dg8+ et la nulle fut imposée ici. 1/2-1/2.

Et comme digestif, une courte nulle entre deux François :

François Moisan (1814) – François Dorion (1769)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 Cge7 4.0-0 g6 5.d4 Fg7 6.c3 0-0 7.dxe5 Cxe5 8.Cxe5 Fxe5 9.Fh6 Fg7 10.Fxg7 Rxg7 11.Dd4+ f6 12.Cd2 c6 13.Fc4 d5 14.exd5 cxd5 et on s’arrêta là. 1/2-1/2.