On a vu davantage de parties corsées cette semaine au Montcalm 3. Une couple de favoris sont même tombés.

Pour ma part, j’ai vu à quel point la peau d’un maître pouvait être coriace (et même empoisonnée !). Arrivé avec vingt-cinq minutes de retard, François a commis deux erreurs importantes, mais il n’a jamais perdu son sang-froid, jusqu’à ce que je m’empêtre suffisamment dans mes calculs pour lui abandonner le point tout entier. Faut-il être aveugle pour avoir raté 29.Db6+!

Richard Sauvé (1846) – François Caire (2230)

1.d4 Cf6 2.c4 e5 3.dxe5 Cg4 4.Ff4 Cc6 5.Cf3 Fb4+ 6.Cbd2 De7 7.e3 Cgxe5 8.Cxe5 Cxe5 9.Fe2 0-0 10.0-0 d6 11.a3 Fxd2 12.Dxd2 Fd7 ? 13.c5 Fc6 14.cxd6 cxd6 15.Tfd1 d5 16.Dd4 f6 17.b4 b5 ? 18.Fxb5 Fb7 19.Tac1 a6 20.Fe2 Tfc8 21.Txc8+ Txc8 22.Da7 Cc4 23.Tc1 Rf7 24.Ff3 Re6 25.Fg4+ f5 26.Fe2 Ta8 27.Dd4 Df6 28.Txc4 dxc4



29.Fxc4+ ?? Re7 30.Dc5+ Re8 31.Fe5 Dg6 32.g3 ?? Tc8 33.Fc7 Rd7 34.Fd3 Fe4 35.Fxe4 fxe4 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au deuxième échiquier, Paul a opposé une résistance farouche à Nicolas, qui a dû démontrer sa technique de quasi-maître pour finalement arriver à simplifier et ainsi faire apparaître l’avantage décisif de la qualité :

Nicolas Audet-Bouchard (2193) – Paul Cummins (1867)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 g6 6.Fe3 Fg7 7.Dd2 Cg4 8.Fg5 h6 9.Fh4 a6 10.h3 Cf6 11.0-0-0 Cc6 12.Cxc6 bxc6 13.e5 Cd5 14.Cxd5 cxd5 15.exd6 Db6 16.c3 0-0 17.Fxe7 Te8 18.Rb1 Tb8 19.Fd3 Fd7 20.Ra1 Tec8 21.Tc1 Tc5 22.g4 Ta5 23.The1 Fb5 24.Te2 Fa4 25.b4 Dxb4 26.d7 Tc5 27.Fxc5 Dxc5 28.Te8+ Txe8 29.dxe8=D+ Fxe8 30.Db2 Fb5 31.Fxb5 axb5 32.Rb1 Dc4 33.Db3 Dd3+ 34.Rb2 De2+ 35.Tc2 Dd3 36.h4 Ff6 37.h5 g5 38.a3 Rg7 39.Ra2 Rg8 40.Tc1 De2+ 41.Tc2 Dd3 42.Tb2



Fxc3 43.Dxb5 Dd4 44.Tc2 De5 45.Dc5 Fd4 46.Dc8+ Rg7 47.Df5 De1 48.Dd3 Da1+ 49.Rb3 Db1+ 50.Ra4 Db6 51.f3 Da7+ 52.Rb3 Fc5 53.a4 Fe7 54.Tc6 Da5 55.Dc3+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au troisième échiquier, une première surprise : Acculé à prendre des risques après la perte d’un pion, Alain-Nicolas a su repérer la vulnérabilité du roi de Christian et mettre celle-ci à profit :

Alain-Nicolas Potvin (1801) – Christian Marquardt (2069)

1.d4 Cf6 2.Cf3 e6 3.e3 b6 4.Fd3 Fb7 5.Cbd2 Fe7 6.0-0 c5 7.b3 0-0 8.Fb2 d5 9.Ce5 a6 10.f4 b5 11.c4 Db6 12.Tb1 Cc6 13.g4 cxd4 14.Cxc6 Dxc6 15.cxb5 axb5 16.Fxd4 Txa2 17.Tc1 Dd7 18.Fb1 Taa8 19.Fxf6 Fxf6 20.g5 Fe7 21.Fxh7+ Rxh7 22.Dh5+ Rg8 23.Tf3 Fxg5 24.fxg5 f5 25.gxf6 Txf6 26.Txf6 gxf6 27.Rf2



Dh7 28.Dxh7+ Rxh7 29.Tc7+ Rg6 30.Txb7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Il est toujours dangereux de céder la paire de fou à Bertrand. C’est ce qu’a constaté Sébastien au quatrième échiquier. Un retard de développement à l’aile-dame a empiré le malaise des Noirs qui, pris dans l’étau, n’ont pu jouer leur 30è coup dans les délais :

Bertrand Auger (2004) – Sébastien Caron (1809)

1.Cf3 c5 2.c4 Cf6 3.Cc3 e6 4.g3 Fe7 5.Fg2 0-0 6.0-0 Cc6 7.d4 cxd4 8.Cxd4 Fc5 9.Cb3 Fe7 10.Cd4 Fc5 11.Cdb5 a6 12.Cd6 De7 13.Cce4 Cxe4 14.Cxe4 h6 15.Cxc5 Dxc5 16.b3 b5 17.Fe3 De7 18.Tc1 b4 19.Dd2 Fb7 20.Tfd1 Tfd8



21.Fb6 Tab8 22.Fxd8 Txd8 23.Dd6 Rf8 24.Dc7 d5 25.Dxe7+ Cxe7 26.cxd5 exd5 27.Tc7 Fc6 28.e3 a5 29.Tc1 Fe8 et les Noirs dépassèrent ici le temps alloué. 1-0.

Au cinquième échiquier, autre surprise. Surprise si l’on peut dire, car un Jacquelin à son meilleur peut battre presque n’importe qui. Clément critique son coup 16.Ce4, auquel il préfère maintenant 16.Dg3. Chose certaine, il s’est retrouvé avec une dame surchargée, incapable de tout défendre :

Clément L’Heureux (1951) – Jacquelin Perreault (1760)

1.d4 Cf6 2.Cc3 d5 3.Fg5 e6 4.Dd3 Fe7 5.Cf3 b6 6.Ce5 Cfd7 7.Fxe7 Dxe7 8.f4 Fa6 9.Dg3 Cxe5 10.fxe5 0-0 11.e3 f6 12.exf6 Txf6 13.0-0-0 c5 14.De5 Dd7 15.dxc5 bxc5 16.Ce4



Txf1 17.Thxf1 Fxf1 18.Cxc5 Df7 19.Cxe6 Cc6 20.Dxd5 Fxg2 21.e4 Te8 22.Cf4 Fxe4 23.Dxf7+ Rxf7 24.Td7+ Te7 25.Td6 g5 26.Ch3 Fg2 27.Cxg5+ Rg7 28.c3 Ce5 29.Ce6+ Rf7 30.Cf4 Cc4 31.Td4 Te1+ 32.Rc2 Fe4+ 33.Rb3 Ca5+ 34.Ra3 Cc6 35.Tc4 Ff3 36.Tc5 Te5 37.Tc4 Ta5+ 38.Ta4 Txa4+ 39.Rxa4 Re7 40.Rb5 Rd6 41.b4 Cb8 42.c4 Re5 43.Cd3+ Rd4 44.Cc5 Fc6+ 45.Ra5 Rxc4 46.a4 Fd5 et les Blancs, en zugzwang, abandonnèrent. 0-1.

Au sixième échiquier, une longue partie nulle bien disputée entre Dominic (qui n’a tout de même pas osé jouer sa côtelette) et Paul :

Dominic Cournoyer (1682) – Paul Marquis (1910)

1.c4 g6 2.Cc3 Fg7 3.Cf3 Cf6 4.g3 0-0 5.Fg2 d6 6.d4 a5 7.0-0 c6 8.Fd2 Fg4 9.Dc1 Fxf3 10.Fxf3 Cbd7 11.Fh6 e5 12.Fxg7 Rxg7 13.d5 Dc7 14.dxc6 bxc6 15.Tfd1 Cc5 16.Dc2 Tfe8 17.e3 Tad8 18.Td2 Cfd7 19.Tad1 Cb6 20.b3 f5 21.a3 e4 22.Fe2 De7 23.b4 axb4 24.axb4 Cb7 25.Db2 Df6 26.Cb1 Dxb2 27.Txb2 Tb8 28.Cc3 Rf6 29.Ta2 Ta8 30.Tda1 Txa2 31.Txa2 Ta8 32.Txa8 Cxa8 33.Rf1 Cb6 34.Re1 c5 35.bxc5 dxc5 36.Cd1 Cd6 37.Cb2 Re5 38.h4 h6 39.Rd2 g5 40.hxg5 hxg5 41.Ff1 f4 42.gxf4 gxf4 43.exf4 Rxf4 44.Fe2 Re5 45.Re3 Cf5+ 46.Rd2 Rd4 47.Rc2 Cd6 48.Rb3 Cb7 49.Rc2 Ca5 50.f3 e3 51.f4 Re4 52.Cd3 Caxc4 53.Cxc5+ Rxf4 54.Cd3+ Re4 55.Ce1 Ce5 56.Cg2



et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au septième échiquier, Gaétan a lentement exploité un point sensible du côté du roi d’André. A la fin, les Blancs avaient trop de pions passés impossibles à stopper :

Gaétan Lapierre (1881) – André Bourassa (1691)

1.Cf3 d5 2.d4 e6 3.c4 c6 4.e3 Fd6 5.Cc3 Cd7 6.e4 dxc4 7.Fxc4 Cb6 8.Fb3 Dc7 9.0-0 Ce7 10.a3 Cg6 11.Fe3 Ff4 12.Tc1 0-0 13.e5 De7 14.Dd2 Fxe3 15.fxe3 Cd5 16.Ce2 f5 17.exf6 Cxf6 18.Cg5 Te8 19.g3 h6 20.Dd3 Cf8 21.Cf3 Rh8 (offrant la nulle, mais Gaétan en veut évidemment plus) 22.Ce5 Rg8 23.Cg6 Df7 24.Cxf8 Txf8 25.e4 De7 26.Cf4 De8 27.e5 Cd5 28.Cxd5 exd5 29.Fc2 g6 30.Txf8+ Rxf8 31.Tf1+ Rg7 32.Df3 De7 33.Df6+ Dxf6 34.exf6+ Rf7



35.Fxg6+! Rf8 36.Te1 Fd7 37.Te7 Fe8 38.Th7 Fxg6 39.Th8+ Rf7 40.Txa8 Rxf6 41.Rf2 b6 42.Txa7 Fe8 43.a4 c5 44.Ta6 cxd4 45.Txb6+ Re5 46.b3 Fd7 47.Re2 Ff5 48.Txh6 d3+ 49.Rd2 Rd4 50.Tc6 Fd7 51.Tc7 Fe8 52.a5 Fb5 53.h4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, au huitième échiquier, Claude s’est servi de l’attaque des quatre pions pour enfoncer la Benoni de Jean-François :

Claude Lessard (1967) – Jean-François Dion (1940)

1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.e4 d6 5.f4 0-0 6.Cf3 c5 7.d5 Fg4 8.Fe2 Fxf3 9.Fxf3 a6 10.0-0 Cbd7 11.Fe3 Dc7 12.Dd2 Tfe8 13.Tad1 Cf8 14.Ff2 Ted8 15.Fg3 C6d7 16.Tfe1 Da5 17.e5 Tab8 18.a4 Db4 19.De2 Cb6 20.Dc2 dxe5 21.fxe5 Cxc4 22.b3 Ca5 23.Tb1 Tbc8 24.d6 exd6



25.Cd5 Da3 26.Ce7+ Rh8 27.Cxc8 Txc8 28.exd6 Cd7 29.Te7 Td8 30.Txf7 Db4 31.De2 Dd4+ 32.Rh1 Ce5 33.Txg7 Cxf3 34.Txh7+ Rxh7 35.De7+ Rh6 36.Dxd8 De4 37.Tf1 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.