L’une des hypothèses les plus probables s’est réalisée : Réjean et Antoine ont terminé ex-aequo en tête du Montcalm 5. Comme leur score cumulatif était identique, il a fallu se servir du système Bucholtz pour les départager. André Bourassa a déjà annoncé dans son site que, tout bien compté, c’est Réjean qui se qualifie pour le championnat invitation du club, qui aura lieu au mois de mai.

Mais Antoine n’y perd rien, assuré qu’il est de se qualifier lui aussi, puisqu’il figure parmi les meneurs de la course au championnat.

Voici donc neuf parties de cette dernière ronde, jouée jeudi soir, fête des Irlandais :

Au premier échiquier, Réjean a vite profité de la mauvaise coordination des pièces de son adversaire : Bertrand a abandonné au 24è coup, incapable d’éviter la perte d’une pièce :

Réjean Tremblay (2234) – Bertrand Auger (1918)

1.d4 e6 2.c4 Cf6 3.Cc3 Fb4 4.e3 b6 5.Ce2 Fb7 6.a3 Fe7 7.Cf4 0-0 8.Fd3 d5 9.cxd5 exd5 10.0-0 c5 11.b3 Cbd7 12.Fb2 cxd4 13.exd4 Dc7 14.Df3 Fd6 15.Cfxd5 Fxd5 16.Cxd5 Cxd5 17.Dxd5 Fxh2+ 18.Rh1 Cf6 19.Df5 Fd6 20.Tac1 Dd7 21.Dxd7 Cxd7 22.Tc6 Fe7 23.Tc7 Tfd8 24.Fb5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au deuxième échiquier, Antoine a dû faire preuve d’une excellente technique pour arracher le gain en finale à Nicolas :

Nicolas Audet-Bouchard (2057) – Antoine Bérubé (2125)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fd3 g6 7.0-0 Fg7 8.h3 0-0 9.Fe3 b5 10.f4 Fb7 11.Df3 Cbd7 12.g4 Cb6 13.g5 Cfd7 14.Tae1 Tc8 15.Cde2 b4 16.Cd1 Cc4 17.Fc1 Da5 18.b3 Ca3 19.Ce3 Cc5 20.f5 Cxd3 21.cxd3 Db5 22.f6 exf6 23.gxf6 Fh8 24.Cf5 Dxf5 25.exf5 Fxf3 26.Txf3 Fxf6 27.Fh6 Cc2 28.Tef1 Cd4 29.Cxd4 Fxd4+ 30.Rh1 Fg7 31.Fd2 Fc3 32.Fh6 Tfe8 33.fxg6 fxg6 34.Tf7 Te1 35.Txe1 Rxf7 36.Te4 Tc5 37.Fe3 Ta5 38.Ff4 Td5 39.Tc4 Re6 40.Tc7 h5 41.Tc6 a5 42.Ta6 Fe5 43.Fg5 Txd3 44.h4 Td5 45.Rg2 Ff6 46.Fxf6 Rxf6 47.Rf3 Re5 48.Re3 Tc5 49.Ta8 Rf5 50.Tf8+ Rg4 51.Tf6 g5 52.hxg5 Txg5 53.Txd6 Rg3 54.Td1 Te5+ 55.Rd4 Te2 56.Tg1+ Tg2 57.Ta1 h4 58.a3 h3 59.axb4 axb4 60.Ta8 h2 61.Th8 Tf2 62.Tg8+ Rf3 63.Th8 Rg2 64.Tg8+ Rf1 65.Th8 Rg1 66.Rc5 Tf4 67.Tg8+ Rf2 68.Th8 Rg2 69.Tg8+ Rh3 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Incroyable, la performance de Dominic dans ce tournoi! Au troisième échiquier, il a brillamment défait le dangereux Jean-François, terminant tout juste derrière Réjean et Antoine :

Jean-François Dion (1917) – Dominic Cournoyer (1346)

1.d4 b5 2.Cf3 Cf6 3.Ff4 Fb7 4.e3 a6 5.c3 e6 6.Fd3 c5 7.Cbd2 c4 8.Fc2 g6 9.h3 Fg7 10.e4 d6 11.De2 0-0 12.0-0 Ch5 13.Fh2 Te8 14.e5 dxe5 15.dxe5 Fh6 16.Ce4 Fxe4 17.Fxe4 Ta7 18.Tad1 Td7 19.Txd7 Cxd7 20.Td1 Dc7 21.g4 Cf4 22.Fxf4 Fxf4 23.Td6 Cxe5 24.Txa6 Cxf3+ 25.Dxf3 Td8 26.a4 bxa4 27.Txa4 Td2 28.Tb4 Dd6 29.Rg2 Fg5 30.Dg3 Ff4 31.Dh4 Fe3 32.Txc4 Txb2 33.Tc8+ Rg7 34.Td8 Df4 35.Ff3 Txf2+ 36.Dxf2 Fxf2 37.Rxf2 Dc4 38.Td7 Dxc3 39.Tb7 e5 40.Rg2 Dd4 41.Te7 h6 42.Te8 Rf6 43.h4 Dd7 44.Th8 Dd4 45.Te8 Rg7 46.Rg3 f5 47.Te7+ Rf6 48.Tc7 Df4+ 49.Rg2 fxg4 50.Tc6+ Rf5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Nouvelle victoire de Pierre au quatrième échiquier : Pierre, qui faisait un retour après plusieurs années d’absence, n’aura perdu que contre Réjean dans ce tournoi :

Pierre Lemieux (1871) – Bertrand Fortier (1642)

1.d4 d5 2.Cf3 e6 3.Ff4 Fd6 4.Fg3 Ce7 5.e3 0-0 6.Fd3 h6 7.Cbd2 c5 8.c3 Cbc6 9.0-0 cxd4 10.exd4 Cf5 11.Fxf5 exf5 12.Ce5 Cxe5 13.dxe5 Fb8 14.Cb3 Te8 15.Dd4 Fc7 16.Tad1 Fe6 17.Rh1 Fb6 18.Db4 g5 19.f4 g4 20.Ff2 Fxf2 21.Txf2 b6 22.Cd4 h5 23.Tfd2 h4 24.Cc6 Dc7 25.Cd4 Dc5 26.Db3 Ted8 27.Dc2 Dc8 28.Dd3 Rg7 29.Cb5 Dc6 30.Cd6 Rg6 31.Cb5 Th8 32.Cd4 De8 33.Db5 Dxb5 34.Cxb5 a6 35.Cc7 Ta7 36.Cxd5 b5 37.Cb4 a5 38.Cc6 Ta6 39.Td6 Rh5 40.a3 Fb3 41.T1d2 Fc4 42.Cd4 Txd6 43.exd6 h3 44.d7 Td8 45.Cc6 hxg2+ 46.Rxg2 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au cinquième échiquier, Clément avait affaire à forte partie. François a fait montre de sa solidité habituelle pour emporter le point :

François Caire (2201) – Clément L’Heureux (1924)

1.d4 Cf6 2.Cc3 e6 3.e4 Fb4 4.e5 Cg8 5.Dg4 Rf8 6.Fd2 b6 7.a3 Fxc3 8.Fxc3 Cc6 9.Cf3 Cce7 10.Fd3 Fb7 11.Dh3 f6 12.0-0 De8 13.Tae1 f5 14.Fd2 g6 15.c4 Rg7 16.d5 h6 17.Cd4 Df7 18.Cb5 a6 19.Cxc7 Tc8 20.d6 Cc6 21.Fe3 g5 22.Fxb6 h5 23.f4 g4 24.Dh4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Sixième échiquier : Non, je n’ai pas sous-estimé Huy Hao. Non, je ne me suis pas endormi. Non, je n’ai pas été nonchalant. Oui, je me suis fait proprement assommer par mon jeune adversaire après lui avoir gagné deux pions dans mon ouverture favorite.

Huy Hao est déjà un très dangereux joueur d’attaque. Il n’empêche que j’ai honte, j’ai honte! Allons, soyez gentils, ne regardez pas cette partie :

Huy Hao Dao (1664) – Richard Sauvé (2047)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 Cf6 4.e5 Cfd7 5.Fd3 c5 6.c3 Cc6 7.Ce2 cxd4 8.cxd4 f6 9.f4 fxe5 10.fxe5? Cxd4 11.0-0 Cxe5 12.Da4+ Cdc6 13.Fb5 Fd7 14.Cf3 Fc5+ 15.Rh1 0-0 16.Fg5 Fe7 17.Cxe5 Cxe5?? (17…Txf1+ était nécessaire) 18 .Txf8+ Rxf8 19.Df4+ Rg8 20.Dxe5 Fxb5 21.Dxe6+ Rf8 22.Tf1+ Re8 23.Tf7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Partie excitante entre Sébastien et François au septième échiquier : Alors qu’il restait environ cinq minutes à chacun pour compléter, dans une position très complexe, on a décidé de partager le point :

Sébastien Caron (1814) – François Moisan (1937)

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 0-0 8.a4 b4 9.d4 d6 10.c3 a5 11.Cbd2 Fg4 12.d5 Cb8 13.cxb4 axb4 14.Cf1 c5 15.Cg3 g6 16.Fh6 Te8 17.Fc4 Fd7 18.b3 Rh8 19.Te2 Cg4 20.Fc1 f5 21.h3 f4 22.Cf1 Ch6 23.g4 Cf7 24.C3d2 h5 25.f3 hxg4 26.hxg4 Rg7 27.Fd3 Th8 28.Cc4 Th3 29.Th2 Dh8 30.Taa2 Cg5 31.Taf2 Dh4 32.Cb6 Ta7 33.Cxd7 Cxd7 34.De2 Ta8 35.Rh1 Th8 36.Fb5 Cf6 37.Txh3 Dxh3+ 38.Ch2 Fd8 39.Tf1 Fb6 40.Fc4 Cxg4 41.fxg4 f3 42.Dc2 Cxe4 43.Tf2 Cxf2+ 44.Dxf2 Dxg4 45.Ff1 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au huitième échiquier, André semblait en voie de soutirer une pièce à Gaétan sans problèmes, mais il est tombé victime d’un traître mat de fond !

Gaétan Lapierre (1918) – André Bourassa (1635)

1.Cf3 d5 2.d4 e6 3.g3 c5 4.e3 Cf6 5.Fg2 Dc7 6.0-0 Cbd7 7.Cbd2 Fd6 8.c3 0-0 9.Te1 e5 10.dxe5 Fxe5 11.e4 dxe4 12.Cxe4 Cxe4 13.Txe4 Ff6 14.Ff4 Db6 15.De2 Cb8 16.Td1 Fe6 17.Td6 Cc6 18.Ce5 Tad8 19.Cxc6 bxc6 20.Texe6 fxe6 21.Txc6 Da5 22.Dxe6+ Rh8 23.Fc7 Td1+ 24.Ff1 Db5 25.c4 Dxb2 26.Fd6 Tfd8 27.Fxc5 Db1 28.Tc8 Txf1+ 29.Rg2 Tg1+ 30.Rh3 Df1+ 31.Rg4 Dd3 32.De8+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Enfin, au neuvième échiquier, un clouage mortel a permis à Jacquelin de vaincre le pas toujours commode Eric dans une sicilienne fermée :

Eric Dumont (1606) – Jacquelin Perreault (1774)

1.e4 c5 2.Cc3 d6 3.f4 Cc6 4.Fb5 Fd7 5.Cf3 a6 6.Fxc6 Fxc6 7.d3 e6 8.0-0 Ce7 9.De1 g6 10.f5 gxf5 11.exf5 Cxf5 12.Cg5 De7 13.Cce4 0-0-0 14.Ff4 h6 15.Cf3 Tg8 16.a4 Tg4 17.Fd2 Fg7 18.Tb1 Tg8 19.Tf2 Cd4 20.Cxd4 Fxd4 21.Fe3 Fxe4 22.dxe4 Txe4 23.Te2 Txe3 24.Txe3 Dg5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.