Il s’en est fallu de peu que Pierre, tout frais de retour au jeu, ne cause une petite surprise en annulant contre Réjean en deuxième ronde du Montcalm 5, jeudi soir dernier, mais un écart de dernière minute a ruiné tous ses efforts :

Pierre Lemieux (1871) – Réjean Tremblay (2234)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.Ff4 Fg7 4.h3 d6 5.e3 0-0 6.c3 e6 7.Cbd2 De7 8.Fc4 Cbd7 9.Dc2 e5 10.dxe5 dxe5 11.Fh2 e4 12.Cd4 c5 13.Ce2 Ce5 14.Fxe5 Dxe5 15.Cg3 Te8 16.0-0 a6 17.a4 h5 18.Tad1 h4 19.Ce2 Ff5 20.Fa2 b5 21.Tfe1 Ch5 22.Cf1 Cf6 23.Cf4 c4 24.Ce2 g5 25.Cd4 Fg6 26.Fb1 g4 27.hxg4 Cxg4 28.axb5 Dh5 29.De2 axb5 30.Td2 h3 31.Ch2 Cxh2 32.Dxh5 Fxh5 33.Rxh2 hxg2 34.Rxg2 Ta6 35.Tg1 Fxd4 36.Txd4 Ff3+ 37.Rf1 Rf8 38.Re1 Te5 39.Rd2 Th6 40.Rc2 Th2 41.Td2 Re7 42.b3 cxb3+ 43.Rxb3 Th6 44.Rb4 Tc6 45.Fa2 f5 46.Tg7+ Rf6 47.Tf7+ Rg5 48.Td5 Txd5 49.Fxd5 Td6 50.Rc5 Td8 51.Tb7 Fe2 52.Tg7+ Rh4 53.Tf7?? Txd5+! 54.Rxd5 Fc4+ 55.Re5 Fxf7 56.Rxf5 Fd5 57.Re5 Fa8 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au deuxième échiquier, François a mené une autre partie convaincante. Il y est allé de sacrifices temporaires, malmenant le roque de Jacquelin suffisamment pour lui arracher quelques pions et une victoire en finale :

François Caire (2201) – Jacquelin Perreault (1774)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 b6 4.Cc3 Fb4 5.Fg5 Fb7 6.e3 0-0 7.Fd3 d6 8.0-0 Fxc3 9.bxc3 Cbd7 10.Cd2 c5 11.f4 Dc7 12.De2 d5 13.cxd5 exd5 14.Tf3 Tfe8 15.Df2 Ce4 16.Dh4! f6 17.Th3! Cf8 18.Cxe4 dxe4 19.Fc4+ Rh8 20.Fxf6 gxf6 21.Tg3 Cg6 22.Txg6 Tf8 23.Txf6 cxd4 24.Dh6 Txf6 25.Dxf6+ Dg7 26.Dxg7+ Rxg7 27.cxd4 Tc8 28.Fb3 Tc3 29.Rf2 Fa6 30.g4 Fd3 31.Te1 b5 32.d5 a5 33.d6 Tc6 34.d7 Td6 35.Fe6 Fc4 36.Fxc4 bxc4 37.Tc1 Txd7 38.Txc4 Td2+ 39.Rg3 Txa2 40.Txe4 a4 41.Te7+ Rg8 42.Ta7 a3 43.h4 Ta1 44.g5 a2 45.Rg2 Te1 46.Txa2 Txe3 47.Tf2 Rg7 48.Tf3 Te4 49.h5 Rf7 50.Rg3 Te1 51.Rg4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Dans une variante de la toujours tranchante sicilienne Najdorf, Antoine a pris peu à peu l’avantage sur Sébastien, accumulant les gains matériels :

Sébastien Caron (1814) – Antoine Bérubé (2125)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fg5 e6 7.f4 b5 8.e5 dxe5 9.fxe5 Dc7 10.Ff4 Fb4 11.Fxb5+ axb5 12.0-0 Cfd7 13.Ccxb5 Db6 14.Fe3 Fa6 15.c4 Fxb5 16.cxb5 Fc5 17.Dg4 0-0 18.Df4 Fxd4 19.Fxd4 Dxb5 20.Tf3 Cc6 21.Fc3 Ce7 22.a4 Dc6 23.Fb4 Db6+ 24.Rh1 Cd5 25.Dg5 Dxb4 26.Tg3 g6 27.Th3 Txa4 28.Tf1 Df4 29.Dxf4 Txf4 30.Tc1 Cxe5 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au quatrième échiquier, Claude nous a servi un autre gambit Benko. Tout s’est terminé quand la tour c1 de Réal a péri sur un échec :

Réal Bisson (1743) – Claude Lessard (1964)

1.d4 c5 2.d5 Cf6 3.c4 b5 4.cxb5 a6 5.e3 g6 6.Cc3 d6 7.Cf3 Fg7 8.Fe2 0-0 9.0-0 axb5 10.Fxb5 Fa6 11.Fxa6 Txa6 12.e4 Cbd7 13.a4 Cg4 14.Fd2 Cge5 15.De2 Cxf3+ 16.gxf3 Da8 17.b3 Tb8 18.Tab1 Cb6 19.Cb5 Db7 20.Tfc1 Taa8 21.a5 Cxd5 22.Cxd6 exd6 23.exd5 Dxd5 24.b4 cxb4 25.Txb4 Txb4 26.Fxb4 Dg5+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au cinquième échiquier, Bertrand et Eric ont entamé tous deux une chasse au roi et c’est Bertrand qui est arrivé le premier :

Eric Dumont (1606) – Bertrand Auger (1918)

1.g4 d5 2.Fg2 Fxg4 3.c4 c6 4.Db3 Dd7 5.cxd5 Cf6 6.Cc3 e6 7.dxe6 Fxe6 8.Dc2 Ca6 9.d3 Cb4 10.Dd1 Fe7 11.a3 Cbd5 12.Fd2 Td8 13.Ce4 Cxe4 14.Fxe4 f5 15.Fg2 f4 16.Cf3 Fh3 17.Tg1 Fxg2 18.Txg2 Ff6 19.Db3 0-0 20.Fxf4 Rh8 21.Fe5 Fxe5 22.Cxe5 Dh3 23.Tg3 Dxh2 24.Dxb7 Dxf2+ 25.Rd2 Df4+ 26.Rc2 Dxe5 27.Tag1 Dxe2+ 28.Rb1 Cc3+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au sixième échiquier, Alex n’a jamais pu terminer son développement; Gaétan a réussi à pointer toutes ses pièces contre l’aile-dame vulnérable pour finalement concrétiser son avantage :

Gaétan Lapierre (1918) – Alex Létourneau (1629)

1.Cf3 d6 2.d4 Cf6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.0-0 0-0 6.c4 Cbd7 7.Cc3 e5 8.dxe5 Cxe5 9.Cxe5 dxe5 10.Dxd8 Txd8 11.Fg5 Td4 12.b3 c6 13.Fe3 Td8 14.h3 Fe6 15.Rh2 Cd7 16.Ce4 Cb6 17.Cc5 Fc8 18.Tad1 Cd7 19.Td2 Rf8 20.Tfd1 Re8 21.Ce4 h6 22.Fc5 b6 23.Fa3 Fa6 24.Cd6+ Re7 25.Cb7+ c5 26.Cxd8 Txd8 27.Fc6 Fc8 28.b4 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Dans une rencontre truffée de complications tactiques, Nicolas l’a emporté sur Dom au septième échiquier, gagnant sa dame au 24è coup :

Nicolas Audet-Bouchard (2057) – Dominic Cournoyer (1346)

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 d6 5.Cc3 e5 6.Cb3 Cf6 7.Fg5 Fe7 8.Dd2 h6 9.Fxf6 Fxf6 10.Cb5 Fe7 11.Td1 Fg4 12.f3 Fh4+ 13.g3 Fxf3 14.Cxd6+ Rf8 15.Df2 Df6 16.Cc5 Td8 17.Ccxb7 Td7 18.Fh3 Tc7 19.0-0 Fxd1 20.Dc5 Dg6 21.Cxf7+ Rg8 22.Cxh8 Rxh8 23.Df8+ Rh7 24.Ff5 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

La semaine dernière, mon adversaire m’avait offert la nulle dans une position gagnante pour lui. Rien de tel cette semaine, Etienne ayant égoistement choisi de ne pas partager le point. Ah! Si seulement j’avais vu 25.Cxf7!

Richard Sauvé (2047) – Etienne Guay (1500)

1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 g6 4.Cc3 Fg7 5.e4 d6 6.Fe2 0-0 7.Cf3 e6 8.0-0 exd5 9.cxd5 Ca6 10.Cd2 Cc7 11.a4 b6 12.f3 a6 13.Cc4 Tb8 14.Ff4 Cfe8 15.e5 dxe5 16.Cxe5 Fb7 17.Db3 Fxd5 18.Cxd5 Dxd5 19.De3 Cd6 20.Tfd1 De6 21.Txd6 Dxd6 22.Td1 De6 23.Fc4 De8 24.De4 Ce6?? 25.Fxe6?? Dxe6 26.Cd7 Dxe4 27.fxe4 Tbd8 28.e5 Tfe8 29.Fg5 Txd7 30.Txd7 Fxe5 31.b3 b5 32.Ta7 Fd4+ 33.Rf1 c4 34.Td7 Fb2 35.bxc4 bxa4! 36.Ta7 Te6 37.Fh6 f5 38.Ta8+ Rf7 39.Ta7+ Re8 40.Ta8+ Rd7 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Finalement, au neuvième échiquier, une deuxième nulle de suite pour Eric contre un joueur coté au-dessus de lui :

François Moisan (1937) – Eric Gaudreau (1578)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 e6 6.Fe2 a6 7.f4 Dc7 8.0-0 Fe7 9.g4 Cc6 10.g5 Cd7 11.Fe3 Ca5 12.f5 Ce5 13.fxe6 fxe6 14.Fg4 Cxg4 15.Dxg4 Cc4 16.Ff2 Da5 17.Cxe6 Fxe6 18.Dxe6 Dxg5+ 19.Fg3 Ce3 20.Cd5 et ici fut conclue la nulle. 1/2-1/2.