Le "Kérès" s'est terminé lundi soir à Charlesbourg avec une multiple égalité en tête: Si on excepte Jocelyn Côté, qui avait quatre en quatre mais qui n'a pas joué la dernière ronde, on se retrouve avec trois vainqueurs: Simon Laflamme, Yvon Poliquin et Jean-Louis Thériault, tous à quatre en cinq. Jean-Louis Thériault a défait Benoît Arteau, tandis que Gaétan Lapierre et Sébastien Caron faisaient nulle, terminant à trois et demie tous les deux. Laflamme, lui, a rattrapé Poliquin grâce à cette victoire:

Simon Laflamme (1920) - Yvon Poliquin (1833)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.Cf3 Fg7 5.Fe3 c6 6.Dd2 Cbd7 7.0-0-0 Da5 8.Rb1 b5 9.Fd3 0-0 10.Fh6 b4 11.Ce2 e5 12.h4 Fxh6 13.Dxh6 Cg4 14.Dg5 Cxf2 15.h5 Cxd1 16.hxg6 fxg6 17.Dh6 Cf6 18.dxe5 Fe6 19.exf6 Dxa2+ 20.Rc1 Tf7 21.Cg5 Cf2 22.Cxf7 Da1+ et la notation s'arrête là. Je dois présumer que les Noirs ont abandonné après avoir joué leur 22è coup, parce qu'après 23.Rd2, ils n'ont plus de contre-attaque et font face à un mat imparable en g7. 1-0.

Le Championnat invitation n'est pas tout-à-fait terminé: La partie Beaudoin-Bonneau a été reportée à plus tard cette semaine. Il manquait d'ailleurs quelques joueurs dans le Kérès, sans parler des participants au Championnat qui auraient préféré ne pas avoir à se présenter lundi soir. Tout cela serait dû à la fièvre du hockey: Il paraît que plusieurs suivent avec passion les exploits d'une équipe dont le gardien de but jouit d'excellentes relations dans le monde criminel, comme en attestent des photos parues dans les journaux il y a quelques mois déjà. D'où le titre de cette chronique, qui est aussi celui d'un film lancé ces jours-ci, et qui raconte le calvaire des victimes de ces gangs.

Mais revenons à nos moutons: Au premier échiquier, Claude Lessard a tenu bon dans une finale inférieure contre le "Korchnoi de Québec":

Claude Lessard (2007) - Martin Fecteau (2013)

1.Cf3 Cf6 2.d4 d5 3.c4 e6 4.g3 c6 5.Fg2 Cbd7 6.cxd5 exd5 7.0-0 Fd6 8.Cc3 0-0 9.b3 De7 10.a4 a5 11.Fb2 Te8 12.Tc1 Fa3 13.Fxa3 Dxa3 14.Ce1 Ta6 15.Cd3 Tb6 16.Tb1 Ce4 17.Cxe4 dxe4 18.Cf4 Cf6 19.e3 Cd5 20.Cxd5 cxd5 21.f3 exf3 22.Dxf3 Fe6 23.e4 dxe4 24.Dxe4 Td8 25.Dh4 Dd6 26.Tfd1 Tb4 27.Fe4 f5 28.Fc2 Txd4 29.Txd4 Dxd4 30.Dxd4 Txd4 31.Te1 Rf7 32.Te5 Td5 33.Te2 Rf6 34.Rf2 g5 35.g4 h6 36.gxf5 Fxf5 37.Fxf5 Txf5+ 38.Rg3 Tf4 39.Te3 h5 40.h3 h4+ 41.Rg2 g4 42.Tc3 Tb4 43.hxg4 Txg4+ 44.Rh2 Tg3 45.Tc5 Txb3 46.Txa5 b6 47.Th5 Tb4 48.a5 bxa5 49.Txa5 Tb3 50.Ta6+ Rg5 et on conclut la nulle ici. ½-½.

Au deuxième échiquier, j'ai fait de mon mieux pour concrétiser mon avantage, mais j'ai succombé dans la phase finale, victime des chausse-trappes qu'un adversaire beaucoup plus doué que moi a su me tendre:

Réjean Plante (2196) - Richard Sauvé (2020)

1.c4 e6 2.e4 d5 3.cxd5 exd5 4.exd5 Cf6 5.Fb5+ Fd7 6.De2+ De7 7.Fc4 Fg4 8.Dxe7+ Fxe7 9.f3 Ff5 10.Cc3 0-0 11.Cge2 Cbd7 12.d4 Cb6 13.Fb3 Tad8 14.Ff4 Cfxd5 15.Fe5 c6 16.Rf2 Cb4 17.g4 Cd3+ 18.Rg2 Fg6 19.Fc7 Td7 20.Fxb6 axb6 21.Cd1 Ff6 22.h4 h6 23.d5 Cxb2 24.Cxb2 Fxb2 25.Tad1 c5 26.Cf4 Fh7 27.Fc4 Fe5 28.Cd3 Fd6 29.The1 Ta8 30.Te2 Rf8 31.a4 Te7 32.Txe7 Rxe7 33.Fb5 Tf8 34.Cb2 Rd8 35.Cc4 Rc7 36.Te1 Fg8 37.Ce3 g6 38.Fc4 (les Blancs offrent la nulle, que je refuse) Te8 39.Fb5 Te7 40.Rf2 f6 41.Td1 Fe5 42.Cc4 Fd6 43.Ce3 (nouvelle offre de nulle, mais je m'obstine à chercher le moyen de progresser) Te5 44.Fc4 Ff7 45.Td3 f5 46.gxf5 gxf5 47.Td1 f4 48.Cg4 Th5 49.Cf6 Txh4 50.Rg2 Rd8 51.Te1 Fe7 52.Ce4 Th5 53.d6 Fxc4 54.dxe7+ Rxe7 55.Cg3+ Rf6 56.Cxh5+ Rg5 57.Cxf4 Fb3 58.Cd5 Fxd5 59.Te5+ Rf4 60.Txd5 Re3 61.Td6 c4 62.Txb6 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Claude Lessard mène donc le Championnat pour l'instant avec 3 ½ points. Pourtant, il ne remportera le titre que si Bonneau bat Beaudoin dans la rencontre qui reste à jouer. Beaudoin n'a besoin que d'une nulle pour être champion, ayant l'avantage au bris d'égalité sur Lessard, grâce à sa victoire contre lui plus tôt dans le tournoi.

La semaine prochaine, début du Zukertort, un tournoi par équipes de six rondes: Il vaut mieux être à peu près sûr d'être disponible chaque lundi, quoiqu'on puisse toujours reporter une partie si nécessaire. A propos, ceci est peut-être ma dernière chronique: Mon horaire de travail va bientôt changer, et je compte me contenter de jouer au club Montcalm dorénavant. Jouer deux soirs par semaine est tout de même un peu exigeant, sans parler des tournois de fin de semaine auxquels je m'inscris de temps à autre.

Au revoir!