Au Montcalm 6, nous sommes maintenant plus qu'à mi-course, et Audet-Bouchard (précisons, puisque nous avons deux Nicolas dans la section A) ne semble pas prêt à concéder quoi que ce soit.


Troisième ronde, premier échiquier. Surprise: alors que nous nous attendions à un ènième Fort Knox entre ces deux habitués, Nicolas a ouvert avec 1.c4 et obtenu un bon milieu de partie. Plutôt que d'endurer une pression lancinante sur son pion arriéré e7, Bertrand a préféré le sacrifier en échange d'un clouage gênant d'une des tours blanches. Mais Nicolas a encaissé les coups sans fléchir, avalant au passage un second pion, et il a conclu par une finale sans bavures.


1-0

Au deuxième échiquier, Claude a sacrifié son pion c4 pour obtenir un avantage d'espace au centre et des chances d'attaque sur mon roi. Ma vieille encyclopédie donne 10.Td1 avec une position incertaine, donc nous avons bien joué jusque là. Après la partie, Claude critiquait son coup 17.g5, de même que 20.Th3. Quant à moi, je craignais qu'il ne joue 17.Rh1, un coup qui me paraissait tout à fait bon, la diagonale de mon fou b7 ne pouvant être dégagée. Finalement, l'attaque blanche a fait long feu, malgré le sacrifice de plusieurs autres pions:


0-1

Au troisième échiquier, Sébastien et l'autre Nicolas se sont livré un bon duel où, après un rapide échange de dames, les Blancs n'ont pu mettre à profit leur légère avance de développement. La finale rois et pions a donné une partie nulle, comme on pouvait s'y attendre:


1/2-1/2

Au quatrième échiquier se jouait une Alekhine opposant Jacquelin et Chin, de la deuxième section. Jacquelin a gagné la qualité contre un pion, mais ce pion central semblait suffisamment fort pour compenser l'avantage de la qualité. Si seulement Chin avait vu la menace de mat induite par 39.Tb1...


1-0