Entre cinquante et cinquante-cinq joueurs se sont inscrits au second tournoi estival de Charlesbourg lundi soir dernier. Un succès inégalé, selon l'arbître Claude Lessard. Stéphane Beaudoin et Antoine Bérubé, occupés au COQ cette semaine, se joindront à nous pour la deuxième ronde.

Au premier échiquier, le maître Réjean Tremblay a longtemps été sur la corde raide avant de l'emporter quand son adversaire a craqué lors du zeitnot. Réjean n'a pas si mal joué. Il faut plutôt féliciter François Crépault qui ne s'est pas laissé intimider par la force de son adversaire, offrant aux spectateurs une partie enlevante. Au vu de la partie, on découvrira que François vaut beaucoup plus que la cote qu'il affiche:

François Crépault (1476) - Réjean Tremblay (2268)

1.Cf3 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 Fg7 4.c4 d6 5.d4 0-0 6.Fe2 Cbd7 7.0-0 e5 8.d5 Cc5 9.Fg5 h6 10.Fxf6 Fxf6 11.b4 Cd7 12.Ca4 Fg7 13.Tac1 a5 14.Db3 axb4 15.c5 f5 16.Cd2 Cf6 17.Dxb4 De8 18.Cc3 De7 19.cxd6 cxd6 20.Tc2 Cxe4 21.Ccxe4 fxe4 22.Cxe4 Ff5 23.f3 Fxe4 24.fxe4 h5 25.Txf8+ Txf8 26.Db6 Fh6 27.Tc7 Dh4 28.Ff3 De1 mat. 0-1.

Victoire facile pour Claude Lessard au deuxième échiquier. Au troisième, j'affrontais le vétéran Jean Turcot et je me suis cru bien placé quand j'ai gagné son pion e5 au 27è coup. Mais j'avais tort: Jean aurait dû jouer Td7 ou Tc7 au 30è coup, profitant des menaces de mat sur la huitième traverse, et c'est moi qui aurais alors dû me débattre pour annuler! Même au coup suivant, il n'était pas trop tard pour occuper la septième, avec une nulle probable.

Jean Turcot (1450) - Richard Sauvé (1988)

1.Cf3 d5 2.b4 e6 3.Fb2 Cf6 4.b5 c5 5.e3 Cbd7 6.c4 b6 7.a4 Fb7 8.Fe2 dxc4 9.Ca3! Fe7 10.Cxc4 0-0 11.0-0 Cd5 12.d3 Ff6 13.Cfe5 Cxe5 14.Fxe5 Cc3 15.Dc2 Cxe2+ 16.Dxe2 Dd5 17.e4 Dd8 18.Fxf6 Dxf6 19.Ta3 e5 20.De3 Tfd8 21.f4 exf4 22.Txf4 Dd4 23.e5 Dxe3+ 24.Cxe3 Te8 25.Cc4 Fd5 26.Tc3 Fxc4 27.Tfxc4 Txe5 28.d4 cxd4 29.Txd4 Tae8 30.Tc1?! f6 31.Tcd1? Rf7 32.Td7+ (Trop tard, maintenant!) T8e7 33.T7d4 Te4 34.Rf1 Txd4 35.Txd4 Re6 36.Re2 Re5 37.Rd3 f5 38.Re3 g5 39.g3 h6 40.h4 Tc7 41.Rd3 Tc5 42.hxg5 hxg5 43.g4 Td5 44.Txd5+ Rxd5 45.gxf5 Re5 46.f6 Rxf6 47.Re2 Re5 48.Re3 Rd5 et les Blancs abandonnèrent ici. 0-1.

Au quatrième échiquier, la plus longue partie de la soirée: Simon Laflamme n'a pas vraiment pu obtenir l'attaque qu'il souhaitait dans le gambit Blackmar-Diemer (c'est bien celui-là, non?) et Jean-François aurait pu l'envoyer au tapis s'il avait trouvé 38...Dxe6! (39.Cxe6 Ce3+ -+). Le tout s'est finalement conclu par un échec perpétuel:

Simon Laflamme (1949) - Jean-François Leclerc (1445)

1.d4 d5 2.e4 dxe4 3.Cc3 Cf6 4.f3 exf3 5.Cxf3 Fg4 6.h3 Fh5 7.g4 Fg6 8.g5 Cd5 9.Fc4 c6 10.Ce5 e6 11.Df3 Cd7 12.Cxg6 hxg6 13.0-0 De7 14.Fxd5 exd5 15.Ff4 0-0-0 16.a3 De6 17.Rg2 Cb6 18.Tae1 Df5 19.Dg3 Dd7 20.b4 Cc4 21.Ca4 Fd6 22.Cc5 Fxf4 23.Txf4 Dc7 24.Df3 Cd6 25.Cd3 Cf5 26.Df2 Th5 27.h4 Tdh8 28.Th1 f6 29.gxf6 gxf6 30.Cc5 De7 31.Te1 Df7 32.De2 Cxh4+ 33.Rf1 Tf5 34.Dg4 (Ici, Jean-François a tout d'abord répondu ...Txf4+ avant de se rendre compte que ce coup était illégal! Heureusement pour lui, cette tour ne pouvait pas bouger du tout, sans quoi il aurait bien entendu été dans l'obligation de la jouer!) b6 35.Ce6 Txf4+ 36.Cxf4+ Rb7 37.Te6 Cf5 38.b5?? cxb5? 39.Df3 Dh7 40.Dxd5+ Ra6 41.Cd3 Dh3+ 42.Re1 Dg3+ 43.Rd2 Th2+ 44.Rc1 Dg2 45.Cb4+ Ra5 46.Cc6+ Ra6 47.Cb4+ et ce fut partie nulle. ½-½.

Outre cette dernière partie, quelques favoris ont dû concéder la nulle: Dominic Coulon à Miguel Levasseur, Paul Cummins à Dominique Cournoyer... Mais la seule grande surprise s'est produite dans la partie suivante, où Réal a trop négligé son développement:

François Gagnon (1317) - Réal Bisson (1775)

1.e4 c6 2.d4 d5 3.Cc3 b5 4.exd5 b4 5.Ca4 Dxd5 6.c4 De4+ 7.Fe3 e5 8.Cf3 exd4 9.Fd3 De6 10.Cxd4 De5 11.Df3 Dc7 12.0-0 Cf6 13.Ff4 Fd6 14.Te1+ Rf8 15.Fxd6+ Dxd6 16.Ff5 Cbd7 17.Cb5 cxb5 18.Dxa8 Cb6 19.Cxb6 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.