Après deux rondes, Nicolas Chiffot, Serge Champetier et Paul Marquis restent seuls à détenir un score parfait (je suppose que la partie qui opposait Daniel Dubé à Sébastien Caron s'est terminée par une nulle, ce dont je ne suis pas certain). François Caire, qui nous reviendra jeudi prochain, et Réjean Plante, les deux favoris, suivent toutefois de près, à un point et demi, de même que quelques autres participants.


Marc Bergeron nous a fait voir qu'il méritait largement son titre d'expert, malgré sa mauvaise performance du dernier tournoi. Il a livré un beau duel à Réjean Plante, qui nous disait après la partie avoir raté le coup 25...Tf4, plus prometteur sans doute que le défensif 25...Tfe8 qu'il a choisi. La partie s'est finalement conclue par la nullité:




1/2-1/2

Au deuxième échiquier, on a vu un marathon de 69 coups où l'avantage a changé de mains. La position de Gaétan semblait en effet prometteuse, alors qu'il détenait deux pions passés à l'aile-dame, mais il a abandonné son fou e2 à Nicolas, obligation ou hallucination, je n'ai pas vérifié. Nicolas a pris le temps de glaner deux autres pions sur échec, avant de sacrifier sa tour sur le dernier pion passé blanc. Avec trois pions contre la qualité, les Noirs ont eu le meilleur:



0-1

Paul Marquis m'a surpris avec une ouverture peu usitée (2...Cc6), mais j'étais assez satisfait de ma position jusq'à ce que je laisse le cavalier-dame noir s'établir en a5. Je me suis rendu compte que, loin d'être mal placé, ce cavalier contenait presque à lui seul tout le contre-jeu que je comptais obtenir à l'aile-dame. Pendant ce temps, les pièces noires se sont tranquillement amoncelées contre mon roque, et j'ai commis la gaffe fatale avec 23.Fc4??, un coup qui perdait deux gros pions centraux, et à brève échéance, la partie.




0-1