Ou plutôt : La combinaison était presque parfaite, pour paraphraser Alfred Hitchcock. Quand j’ai joué 23…Ce5 contre Michel en dernière ronde du Montcalm 1, au premier échiquier, j’étais loin d’avoir vu toutes les subtilités de la combinaison qu’il pouvait enclencher par 24.Cf5. Je voyais que, s’il tentait l’aventure, je gagnais en partant une qualité et un pion, autant de matériel que je pouvais lui rendre par la suite, si j’étais serré de trop près. Et puis, si vraiment 23…Ce5 n’était pas jouable, c’est que j’étais de toute façon dans de mauvais draps, sans compter qu’il me restait une vingtaine de minutes contre près de quarante pour Michel.

Heureusement pour moi, mon flair ne m’a pas trompé cette fois-ci. La finale qui a suivi m’était favorable et, bien que les Blancs pouvaient encore combattre après la perte de leur pion tour, ils ont choisi d’abandonner, la résistance devenant de plus en plus difficile.

Michel Valley (2002) – Richard Sauvé (1864)

1.d4 e6 2.c4 Cf6 3.Cc3 Fb4 4.Dc2 0-0 5.a3 Fxc3+ 6.Dxc3 b6 7.f3 d5 8.e3 Fb7 9.Fd3 dxc4 10.Fxc4 Cbd7 11.Ce2 c5 12.0-0 Tc8 13.dxc5 Cxc5 14.b4 Ccd7 15.Dd4 e5 16.Dh4 e4 17.Fb3 exf3 18.gxf3 Ce5 19.Cd4 Cg6 20.Df2 Dd7 21.Fb2 Dh3 22.Dg3 Dxg3+ 23.hxg3 Ce5 24.Cf5



…Cxf3+ 25.Txf3 Fxf3 26.Ce7+ Rh8 27.Tf1 Tc7 28.Txf3 Txe7 29.Txf6 Txe3 30.Txf7 Txf7 31.Fxf7 Txg3+ 32.Rf2 Th3 33.Re1 h5 34.Fd5 Rh7 35.Rf2 Rh6 36.a4 Td3 37.Fc1+ g5 38.Fb7 Td4 39.Fa3 Td2+ et les Blancs abandonnèrent, découragés par la perte inévitable du pion a4 après 40…Ta2. 0-1.

Au deuxième échiquier, Claude avait besoin d’une victoire pour me rejoindre en première place, mais c’est Christian qui l’a emporté grâce à ses deux pions passés liés, vite devenus irrésistibles :

Christian Marquardt (2075) – Claude Lessard (1977)

1.d4 Cf6 2.Cf3 g6 3.Ff4 d6 4.h3 c5 5.e3 Fg7 6.c3 cxd4 7.exd4 Db6 8.Db3 Dxb3 9.axb3 0-0 10.Fd3 Cd5 11.Fd2 Cc6 12.b4 e5 13.b5 Cd8 14.dxe5 dxe5 15.0-0 Ce6 16.Te1 Td8 17.Fc2 f6 18.Ca3 Cdf4 19.Cc4 Fd7 20.Cd6 Ff8 21.Cxb7 Tdb8 22.Ca5 Txb5 23.Fa4 Txa5 24.Fxd7 Txa1 25.Txa1 Cc5 26.Fb5 Rg7 27.Fxf4 exf4 28.Fc6 Tc8 29.Txa7+ Rh6 30.Cd4 Cd3 31.b4 Fd6 32.Ta8 Tc7 33.Ta6 Te7 34.Cf3 Ce1 35.Rf1 Cxf3 36.Fxf3 Fe5 37.Tc6 Ta7 38.Re2 Ta2+ 39.Rd3 Txf2 40.b5 Tb2 41.b6 Rg5 42.c4 Tb3+ 43.Re4 Rh4 44.c5 Rg3 45.Tc8 Te3+ 46.Rd5 Td3+ 47.Re6 Fd4 48.b7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au troisième échiquier, Nicolas et Alain-Nicolas nous ont donné un duel intéressant, mais le roi noir était trop vulnérable et Nicolas n’a eu aucune pitié pour lui :

Nicolas Audet-Bouchard (2146) – Alain-Nicolas Potvin (1821)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.Fe3 c6 5.Dd2 b5 6.Fd3 Cg4 7.Fg5 h6 8.Fh4 Fg7 9.h3 Cf6 10.Cf3 Cbd7 11.e5 b4 12.Ce2 dxe5 13.dxe5 Cd5 14.e6 Cc5 15.exf7+ Rxf7 16.0-0 Fxb2 17.Tad1 Cxd3 18.Dxd3 Ff5 19.Dc4 Dc8 20.Ced4 Rg7 21.Tfe1 Te8 22.Cxf5+ gxf5 23.Fg3 Fc3 24.Fe5+ Rh7 25.Fxc3 bxc3 26.Ce5 e6 27.Td4 Db7 28.Th4 Tac8 29.Dd3 c5



30.Cg4 Dg7 31.Cxh6 Rg6 32.Txe6+ Rg5 33.Dg3 mat. 1-0.

Au quatrième échiquier, Vladimir semblait améliorer peu à peu sa position contre Dominic, mais voilà qu'au 33è coup, le ciel est tombé sur la tête de ce dernier:

Dominic Cournoyer (1590) – Vladimir Gaspariants (2307)

1.d4 Cf6 2.Cc3 d5 3.Ff4 e6 4.e3 Fd6 5.Fg5 Fe7 6.Fd3 h6 7.Ff4 0-0 8.Cge2 a6 9.Dd2 c5 10.dxc5 Cc6 11.Cd4 Fxc5 12.Cf3 b5 13.0-0 De7 14.Ce5 Fb7 15.Cxc6 Fxc6 16.h3 e5 17.Fg3 b4 18.Cd1 Ce4 19.Fxe4 dxe4 20.c3 Tfd8 21.De2 bxc3 22.Cxc3 Fb4 23.a3 Fa5 24.b4 Fb6 25.Cb1 Td7 26.Cd2 Tad8 27.Cc4 Fc7 28.Tfd1 Fb5 29.Tdc1 f5 30.Dh5 f4 31.exf4 exf4 32.Fh2 Fxc4 33.Txc4 De5!



34.De2 Dxa1+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au cinquième échiquier, Paul s’est lancé dans une chasse au gros gibier et son audace a payé : Bertrand a sous-estimé les chances d’attaque des Blancs sur son roi, et mal lui en a pris :

Paul Cummins (1739) – Bertrand Auger (1996)

1.d4 e6 2.e3 f5 3.f4 Cf6 4.Cf3 Fe7 5.Fd3 b6 6.Cbd2 Fb7 7.De2 0-0 8.c3 Ce4 9.Cf1 c5 10.Fd2 Cc6 11.0-0-0 Dc7 12.Rb1 a6 13.Fxe4 fxe4 14.Cg5 Cd8 15.Dh5 Fxg5 16.fxg5 g6 17.De2 e5 18.dxc5 bxc5 19.Cg3 c4 20.h4 Ce6 21.Dg4 Dc6 22.h5 Cg7 23.hxg6



…De6 24.gxh7+ Rh8 25.Dh4 Cf5 26.Cxf5 Txf5 27.g4 Tf7 28.Fe1 Taf8 29.Fg3 d6 30.Dh2 Te8 31.Dh5 Tee7 32.g6 Tg7 33.Thf1 Te8 34.Fh4 Dxg6 35.Ff6 Dxh5 36.gxh5 Rxh7 37.Fxg7 Rxg7 38.Txd6 Fc8 39.Tff6 a5 40.h6+ Rh8 41.Tc6 Fg4 42.Txc4 Fe2 43.Tc7 a4 44.Tff7 et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au sixième échiquier, Jacquelin n’a pas craint d’échanger sa dame contre trois pièces mineures, mais quand il s’est retrouvé avec deux pièces seulement, pour finir avec tour contre dame, c’était devenu trop facile pour Jean-François :

Jacquelin Perreault (1755) – Jean-François Dion (1954)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.Fc4 Fg7 5.De2 Cc6 6.e5 Cxd4 7.exf6 Cxe2 8.fxg7 Tg8 9.Cgxe2 Txg7 10.Fh6 Tg8 11.0-0-0 c6 12.The1 d5 13.Fb3 g5 14.Ce4 Dc7 15.Fxd5 cxd5 16.Txd5 Fe6 17.Txg5 Txg5 18.Fxg5 Ff5 19.Cd4 Fxe4 20.Txe4 0-0-0 21.Cb5 Dc5 22.Fxe7 Dxb5 23.Fxd8 Rxd8 24.c4 Dg5+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au septième échiquier, un autre joueur en progrès (la région n’en manque pas) a ramené un scalp intéressant jeudi soir. Alain a profité d’une gaffe horrible de Gaétan, sans doute à court de temps comme cela lui arrive parfois. La partie semblait pourtant bien disputée jusque là :

Alain Gagnon (1625) – Gaétan Lapierre (1885)

1.d4 Cf6 2.c4 d6 3.Cc3 Cc6 4.e4 e5 5.d5 Cd4 6.Fe3 c5 7.dxc6 bxc6 8.Fxd4 exd4 9.Dxd4 Fe7 10.Dd2 Da5 11.Fd3 0-0 12.Cge2 Tb8 13.0-0 Cg4 14.Tab1 De5 15.Cg3 h5 16.f4 Dc5+ 17.Rh1 h4 18.Cf5 Fxf5 19.exf5 Ce3 20.Tfe1 Cg4 21.Ce4 Dxf5 22.Cg5 Dc5 23.h3 Cf2+ 24.Rh2 Fxg5 25.fxg5 Dd4 ??? 26.Fh7+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au huitième échiquier, François a fourni une autre solide démonstration, contre un Sébastien qui, il faut le dire, a déjà joué de meilleures parties :

Sébastien Caron (1858) – François Dorion (1684)

1.e4 e5 2.Cf3 d6 3.Fc4 Fe7 4.h3 Cf6 5.De2 0-0 6.c3 c6 7.d3 Cbd7 8.Cbd2 d5 9.Fb3 Fd6 10.Cf1 a5 11.Fg5 a4 12.Fc2 Db6 13.Tb1 c5 14.Cg3 h6 15.Fd2 d4 16.Cf5 Te8 17.Cxd6 Dxd6 18.0-0 Cf8 19.Ch2 Cg6 20.Dd1 Fd7 21.cxd4 cxd4 22.Cf3 Fb5 23.Te1 Da6 24.Fb4 Cf4 25.Cd2 Fxd3 26.g3 Fxc2 27.Dxc2 Cd3 28.Fa3 Cxe1 29.Txe1 Tac8 30.Dd1 Dd3 31.Cf3 Dxd1 32.Txd1 Tc2 33.Fd6 Cxe4 34.Fxe5 Cxf2 35.Txd4 Cxh3+ 36.Rh1 f6 37.Ff4 Cxf4 38.Txf4 Tee2 et les Blancs abandonnèrent, car il était impossible de sauver le cavalier après 39…Tc1+ 40.Cg1 Tee1. 0-1.

N’oubliez pas qu’un nouveau tournoi commence jeudi prochain le 13. Les joueurs seront divisés en sections de six, par ordre de cote, et chacun affrontera les cinq autres au fil des semaines. Venez nombreux !