On me pardonnera de citer Sol (Marc Favreau) dans le titre de mon article. C'est que cinq joueurs se retrouvent séparés par un demi point seulement après trois rondes du championnat du club.

Le premier échiquier nous a offert jeudi une partie particulièrement électrisante : Antoine, qui devait absolument gagner pour conserver des chances dans le tournoi, a bravement dédaigné un échec perpétuel et, alors qu’il ne lui restait pourtant que quelques minutes au cadran, a contraint François à l’abandon de façon spectaculaire :

Antoine Bérubé (2194) – François Caire (2182)

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cc3 Fb4 4.Cf3 b6 5.Fg5 Fb7 6.e3 h6 7.Fh4 Fxc3+ 8.bxc3 d6 9.Cd2 Cbd7 10.Dc2 De7 11.e4 e5 12.Fd3 0-0-0 13.0-0 g5 14.Fg3 Ch5 15.a4 a5 16.Tfe1 Cxg3 17.fxg3 g4 18.Cf1 Df6 19.c5 dxc5 20.d5 h5 21.Ce3 h4 22.gxh4 Dxh4 23.g3 Dh5 24.De2 Tdg8 25.Tab1 Cf6 26.Cf5 Tg5 27.Tf1 Dh7 28.Cd6+ cxd6 29.Txf6 Th5 30.Dxg4+ Rb8 31.Txb6 Txh2 32.Txb7+ Ra8 33.Ta7+ Rb8 34.Tb7+ Ra8 35.Tb1 Td2 ? (Ce coup semblait très fort pour les Noirs mais, selon Fritz, il perd la partie, au contraire. Voyez les explications que donne François sur le babillard de quebecechecs dans la rubrique: "Partie Bérubé-Caire") 36.Dh4 ! Dg8 37.Txd6 ! Td1+ 38.Txd1 Txh4 39.Ta6+ et les Noirs abandonnèrent : Sur 39…Rb7 suivrait 40.Tb1+ Rc7 41.Ta7+ avec mat imparable. Quelle fin de partie ! 1-0.

Au deuxième échiquier, Bertrand m’a surpris en ouvrant avec 1.b4. Le milieu de partie me semblait assez égal, mais Bertrand a peut-être eu tort de ne pas échanger son mauvais fou b2 quand il en a eu l’opportunité. Peu après l’ouverture de la colonne c, il a gaffé, croyant pouvoir se protéger avec 25.Td2 :

Bertrand Auger (1988) – Richard Sauvé (1932)

1.b4 e5 2.Fb2 Fxb4 3.Fxe5 Cf6 4.Cf3 Cc6 5.Fb2 0-0 6.e3 Te8 7.Fe2 d5 8.0-0 Fg4 9.d4 Dd7 10.Ce5 Cxe5 11.dxe5 Fxe2 12.Dxe2 Ce4 13.f3 Cg5 14.Cc3 Dc6 15.Cb5 Fc5 16.Cd4 Fxd4 17.exd4 Ce6 18.f4 Db6 19.c3 c5 20.Tad1 cxd4 21.cxd4 Tac8 22.Tf3 Tc4 23.Df2 Tec8 24.h4 ?? Tc2 25.Td2 Dxb2 26.Tfd3 Dc1+ 27.Rh2 Txd2 28.Txd2 Da3 29.f5 Cf8 30.f6 Ce6 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au troisième échiquier, François a inscrit son premier demi point au tableau. L’initiative gênante qu’il semblait posséder depuis un moment a poussé Jean-François à sacrifier une tour pour obtenir un échec perpétuel, quand l’occasion s’est présentée :

François Moisan (1912) – Jean-François Dion (1951)

1.e4 d6 2.d4 Cf6 3.Cc3 g6 4.f4 Fg7 5.Cf3 0-0 6.Fe3 c6 7.Fd3 b5 8.e5 dxe5 9.dxe5 Cd5 10.Cxd5 Dxd5 11.De2 Dd8 12.0-0 Cd7 13.c4 a6 14.Tad1 Dc7 15.Cg5 h6 16.Cxf7 Txf7 17.e6 Tf6 18.exd7 Fxd7 19.Fd4 Te6 20.Df2 Tf8 21.Fxg7 Rxg7 22.Dd4+ Tff6 23.c5 Fe8 24.f5 Te5 25.fxg6 Th5 26.h3 Txh3 27.gxh3 Dg3+ 28.Rh1 Dxh3+ 29.Rg1 Dg3+ 30.Rh1 Dh3+ 31.Rg1 Dg3+ avec nulle par échec perpétuel. 1/2-1/2.

Passons au Montcalm 7, le tournoi suisse. En défaisant Alexandre, Sébastien est demeuré seul à détenir un score parfait. Il devrait affronter Nicolas Audet-Bouchard la semaine prochaine :

Alexandre Filiatrault (1746) – Sébastien Benoît (1742)

1.e4 c5 2.Cc3 Cc6 3.f4 g6 4.Fb5 Cd4 5.Cf3 a6 6.Fc4 Fg7 7.d3 e6 8.0-0 b5 9.Fb3 Ce7 10.Cxd4 Fxd4+ 11.Rh1 0-0 12.Ce2 Fg7 13.c3 Fb7 14.f5 exf5 15.Cg3 fxe4 16.Cxe4 c4 17.Cc5 Fxg2+ 18.Rxg2 cxb3 19.Dxb3 Dc7 20.d4 d6 21.Cd3 Dc6+ 22.Rg1 Cf5 23.Fg5 Tae8 24.Tae1 h6 25.Ff4 Ch4 26.d5 Dd7 27.Dd1 Dh3 28.Tf2 Txe1+ 29.Cxe1 Cf5 30.Dd2 Te8 31.Te2 Dg4+ 32.Tg2 Txe1+ 33.Dxe1 Dxf4 34.De8+ Rh7 35.Dxf7 Dc1+ 36.Rf2 Dxb2+ 37.Rg1 Dc1+ 38.Rf2 Dd2+ et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Au deuxième échiquier du suisse, Nicolas a eu le meilleur sur la sicilienne Dragon de Paul. Son pseudo-sacrifice 28.Txg6+ lui permettait de reprendre la tour c8, tirant ainsi les marrons du feu :

Nicolas Audet-Bouchard (2104) – Paul Cummins (1693)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 g6 6.Fe3 Fg7 7.Dd2 Cc6 8.f3 0-0 9.Fc4 Fd7 10.0-0-0 Da5 11.h4 Tfc8 12.Fb3 Ce5 13.g4 Cc4 14.Fxc4 Txc4 15.Cb3 Da6 16.h5 Tac8 17.hxg6 fxg6 18.e5 Txc3 19.bxc3 Cxg4 20.fxg4 Fxg4 21.Tdg1 Ff3 22.Th3 Da3+ 23.Rb1 Fe4 24.Th4 Ff5 25.Fd4 dxe5 26.Fxe5 Fxc2+ 27.Dxc2 Fxe5 28.Txg6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.

Au troisième échiquier, la plus longue partie de la soirée opposait Sébastien et Pierre. Après une lutte épique, on s'est mis d'accord pour la nulle dans une finale dame contre deux tours:

Sébastien Caron (1879) - Pierre Lemieux (1886)

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 Cf6 4.e5 Cd7 5.f4 c5 6.c3 cxd4 7.cxd4 Da5 8.Fd3 Cc6 9.Ce2 f5 10.0-0 Fe7 11.Rh1 Cf8 12.Cb3 Db6 13.Fe3 Fd7 14.Cc3 0-0-0 15.Ca4 Db4 16.Cc3 Db6 17.a3 Rb8 18.Ca4 Dc7 19.Tc1 Tc8 20.Cbc5 Ra8 21.b4 Dd8 22.Tf2 g5 23.b5 Ca5 24.Tb2 gxf4 25.Fxf4 Cg6 26.Fd2 Fxc5 27.Cxc5 Cc4 28.Fxc4 dxc4 29.Df3 Dc7 30.Fa5 Cxe5 31.Dc3 b6 32.Ca6 Db7 33.dxe5 bxa5 34.Dxa5 Thg8 35.Dc3 Tg7 36.Df3 Fc6 37.bxc6 Dxb2 38.c7+ Db7 39.Tb1 Tgxc7 40.Txb7 Txb7 41.h3 c3 42.Cb4 c2 43.Cxc2 Txc2 44.a4 Rb8 45.Dd1 Tbc7 et la nulle fut conclue. 1/2-1/2.

Au quatrième échiquier, le sacrifice d’une pièce pour trois ou quatre pions semblait prometteur pour Bruno, mais Bertrand est parvenu à renverser la vapeur, grâce surtout à son pion passé a:

Bruno Girard (1707) – Bertrand Fortier (1650)

1.e4 c6 2.d4 d5 3.Cc3 dxe4 4.Cxe4 Cf6 5.Cxf6+ exf6 6.Fc4 Fe7 7.Ce2 b5 8.Fb3 a5 9.a4 b4 10.0-0 0-0 11.Cg3 Dc7 12.c3 c5 13.Fe3 Tfd8 14.Dh5 g6 15.Fxf7+ Rxf7 16.Dxh7+ Re6 17.Dxg6 Rd7 18.dxc5 Fb7 19.Df5+ Re8 20.Ch5 Dc6 21.Dg6+ Rd7 22.Tfd1+ Rc8 23.Txd8+ Fxd8 24.Td1 Cd7 25.Ff4 Dxa4 26.Dg4 bxc3 27.bxc3 f5 28.De2 De4 29.Dxe4 fxe4 30.Cg7 Cxc5 31.Ce8 Fe7 32.Cc7 Ta7 33.Cb5 Ta6 34.h4 Cd3 35.Fg3 a4 36.Ta1 a3 37.h5 Fc6 38.Cd4 Rb7 39.Cf5 Ff6 40.Cd6+ Ra8 41.Cc4 a2 42.Fe5 ? Cxe5 43.Cb2 Cd3 44.Cd1 Cb4 45.g4 Cc2 46.Txa2 Txa2 47.h6 Ta1 48.h7 Txd1+ 49.Rh2 e3 et les Blancs abandonnèrent. 0-1.

Enfin, au cinquième échiquier, André a dû s’incliner devant la précision de François. Au 17è coup, il fallait absolument jouer…Dd8, sous peine de perdre du matériel :

François Crépault (1536) – André Bourassa (1623)

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d3 Cc6 4.g3 Cf6 5.Fg2 e5 6.0-0 Fe7 7.h3 Fd7 8.c3 Dc7 9.Te1 0-0 10.d4 cxd4 11.cxd4 exd4 12.Cxd4 Db6 13.Cb3 Fe6 14.Fe3 Dc7 15.Cc3 a6 16.Tc1 Tac8 17.Cd5 Db8 ?? 18.Txc6 Cxd5 19.Txc8 Cxe3 20.Txb8 Cxd1 21.Txf8+ Rxf8 22.Txd1 Re8 23.e5 b6 24.exd6 Ff6 25.Fc6+ Rd8 26.Fd5 Fxh3 27.Fxf7 Fxb2 28.d7 Ff6 29.Fe8 Rc7 30.Tc1+ Rd6 31.Cd2 Fd8 32.Cc4+ Re6 33.Te1+ Rf6 34.Cd6 Fe6 35.Cb7 Fe7 36.a3 Fxd7 37.Fxd7 Fxa3 38.Te6+ et les Noirs abandonnèrent. 1-0.